Formation de haut niveau "Paysage" : 26 janvier 2017

AHLeGall, jeudi 09 fvrier 2017 - 14:54:34

Thème de la journée : Aménagement, structure des paysages de loisir
Lieu : salle de conférence de l'OSUR, université de Rennes 1, campus de Beaulieu, RDC du bâtiment 14B

Accueil à partir de 9:30 - Début de la formation à 10:00


Animateurs : Jean Nabucet (Université de Rennes 2, LETG-Rennes-COSTEL et Farnçoise Burel (ECOBIO/OSUR, Université de Rennes 1)

Programme prévisionnel

Matin
François Duceppe-Lamarre (université de Lille, IRHiS) : Les aménagements liés à la pratique de la chasse au Moyen-Âge

François Duceppe-Lamarre est professeur agrégé, chercheur associé à l'IRHiS
Nouveau champ d’investigation archéologique, qui enrichit la démarche historique, la chasse a laissé derrière elle des traces nombreuses entre le XIe et le XVIe siècle. Afin de satisfaire à cette activité éminemment sociale, un spicilège d’aménagements a vu le jour qui parsème les seigneuries, les forêts et les mondes ruraux en général. Encore faut-il aborder les familles de sources qui peuvent être mises à profit concernant les aménagements cynégétiques. Sans par ailleurs négliger les relations entre l’homme et l’animal, déterminantes pour comprendre l’apparition desdits aménagements. Le tout, en terminant par une proposition de typologie de ces structures archéologiques par trop méconnues.

Gaëlle Aggeri (CNFPT, Montpellier) : Généalogie des idées dans la construction des espaces verts publics : De la gestion différenciée à la nature en ville / Quelles nouvelles Pistes des politiques publiques des politiques publiques locales de nature ?

Gaëlle Aggeri est ingénieure paysagiste, docteur en sciences de l’environnement, responsable de formation filière technique et environnement au Centre National de la Fonction Publique Territoriale ; Chercheuse associée à l'ENSP
Influencés par le contexte politique international de l’après-sommet de Rio, les collectivités locales repensent, depuis les années 80, « les espaces de nature » comme de véritables laboratoires d’expérimentations paysagères et écologiques au cœur même des espaces publics.
Les grands paysagistes communiquent régulièrement leurs biographie et projets de parcs mais rares sont les collectivités territoriales qui publient la genèse des espaces urbains et les intentions de la maitrise d’ouvrage publique.
Cette exposé synthétisera l’aventure humaine des pionniers des collectivités locales qui ont inventé et diffusé le mouvement de la « gestion différenciée », puis celui des « villes-nature » offrant aux usagers des parenthèses de verdure à la fois horticoles, champêtres et sauvages, mises en scène et orchestrées par les responsables territoriaux aidés de scientifiques, agriculteurs, associations citoyennes et artistes.
En filigrane, il est question aussi de nouvelles symboliques et images des paysages, d’une évolution des demandes et représentations sociales qui interrogent les légitimités contemporaines de la nature dans la ville.

Après midi : les prairies Saint Martin, projet urbain et observatoire de recherche
• Laurence Roux (Ville de Rennes, Direction des Jardins et de la Biodiversité) : présentation du projet de la ville de Rennes
• Table ronde avec les chercheurs :

--> Solène Croci
Projet de suivi de la biodiversité en réponse à l'aménagement du parc des Prairies de Rennes

De part leur histoire et leurs usages passés, les Prairies Saint Martin (30ha au cœur de Rennes) présentent une part importante de surfaces végétales très diversifiées (jardins familiaux, friches, bâti, voiries, etc.) ainsi que des conditions climatiques et une pollution des sols particulières. Ces prairies influencent l’îlot de chaleur urbain et peuvent jouer un rôle important dans la trame verte rennaise. La municipalité a pour projet (en cours) de réorienter les usages de ce site en le réaménageant en parc urbain qui jouera également un rôle dans l'expansion des crues. Ses caractéristiques et son futur réaménagement font du site des Prairies St Martin un terrain particulièrement pertinent pour étudier comment les changements d'usage du sol et du climat liés à l’urbanisation d’une part, et les pollutions liées aux activités anthropiques d’autres part, interagissent et affectent la biodiversité. Nous verrons en particulier les problématiques scientifiques en écologie abordées sur le site devenu un Observatoire d'environnement urbain ainsi que les protocoles expérimentaux mis en place pour le long terme pour y répondre."

--> Vincent Jung
Effet de la gestion différenciée sur les communautés végétales des prairies urbaines de la ville de Rennes

Simon Chollet, Charlotte Brabant, Samson Tessier et Vincent Jung

Depuis une vingtaine d’années, les préoccupations concernant la biodiversité urbaine augmentent de manière importante chez les scientifiques, mais également chez les décideurs publics et les gestionnaires du milieu urbain. En effet il a été démontré que certains espaces (parcs, friches, jardins privés…) abritent une riche biodiversité, parfois plus importante que celles des zones agricoles adjacentes aux villes et que ces espaces sont l’unique accès à la nature pour un nombre croissant d’habitants. Il apparaît donc nécessaire de développer des méthodologies de gestion propices à favoriser la biodiversité urbaine. La gestion différenciée, qui consiste à appliquer des intensités de gestion variables selon les différents espaces, est mise en place par un nombre croissant de villes dans les espaces verts.
La ville de Rennes est pionnière en la matière, puisqu’elle a mis en place une gestion différenciée de ses parcs urbains depuis les années 80. Au printemps 2016, nous avons mis en place un protocole visant à évaluer les effets de la gestion différenciée sur les communautés végétales des prairies urbaines de la ville de Rennes. L’objectif principal du projet était d’estimer si les différents régimes de tonte effectués par la ville dans ses espaces verts avaient des effets positifs visibles sur la flore. Nous présenterons les résultats majeurs de cette étude, portant sur la diversité spécifique et fonctionnelle des communautés végétales, ainsi que sur leur hétérogénéité spatiale.

--> Giulia Giacché
agro-géographe, ingénieure de recherche en post-doc à ESO-Rennes sur le projet JardiSAT (« Des jardins partagés dans le système agro-alimentaire territorial rennais »).

"Un débat sur la place de l’agriculture dans le renouvèlement de l’urbanité et de la complémentarité entre ville et nature est en cours. Cultiver la terre appréhende aussi d'autres significations telles que la culture de soi et culture de la communauté. A l’heure actuelle différents acteurs contribuent à l'intégration de l'agriculture en ville avec des démarches variées et des motivations multiples. L’agriculture urbaine nous révèle des espaces et des lieux multifonctionnels qui répondent aux attentes et aux désirs de citadins d'une ville plus verte et equitable et d'une nourriture plus fraîche et locale.
L’intervention se focalisera sur les jardins partagés à Rennes en montrant comment des jardiniers urbains deviennent des habitants-producteurs à travers la production de leurs espaces de loisirs."