Formation de haut niveau "Paysage" : 13 janvier 2015

AHLeGall, lundi 19 janvier 2015 - 11:00:26

Thème de la journée : La dynamique des paysages
Lieu : salle de conférence de l'OSUR, université de Rennes 1, campus de Beaulieu, RDC du bâtiment 14B

Accueil à partir de 9:30 - Début de la formation à 10:00


Animatrice : Annie Antoine



Le cours traitant des dynamiques du paysage sur les derniers siècles et millénaires abordera les sources des archéologues et paléo-environnementalistes et les méthodes utilisées. Il y sera question de chronologie, de durée des phénomènes, de rupture/continuité, de résilience. On y suivra des exemples d’interactions homme-paysage dans l’ouest de la France. Les rapports paléo-biodiversité et changement d’utilisation des terres aux échelles locale et régionale seront évoqués. Enfin, la longue création des paysages de l'ouest jusqu’à la genèse du bocage y sera brossée sur l’Holocène et l’Anthropocène.





L’analyse des dynamiques contemporaines du paysage implique un suivi des structures et éléments du paysage (cartographies diachroniques), mais également un suivi de la composition de l’ensemble et donc de la résultante paysagère (observatoires photographiques du paysage). La compréhension de ces dynamiques passe ensuite par une approche systémique plus globale qui prend en compte l’évolution des usages et pratiques en lien avec l’évolution des représentations sociales, l’évolution des contraintes techniques et économiques, et l’évolution des contraintes juridiques (non développées ici). Ces évolutions seront présentées à partir d’exemples en Bretagne, plus spécifiquement dans les paysages ruraux. Des politiques publiques paysagères ont été initiées pour suivre et évaluer les dynamiques contemporaines du paysage, notamment dans le cadre de la convention européenne du paysage






Le projet de loi sur la biodiversité, présenté par le gouvernement en mai 2014, prône une vision renouvelée de la biodiversité ?depuis les gènes au niveau le plus important d?organisation des écosystèmes que sont les paysages sur terre comme en mer?. A cet effet, cette future loi introduit de nouveaux concepts et mécanismes de protection et de valorisation socio-économique des ressources et services écosystémiques. La future loi sur la biodiversité propose ainsi d?intégrer les processus biologiques et la géodiversité parmi les constituants du Patrimoine commun de la Nation. Elle suggère d?inclure, parmi les objectifs d?intérêt général de protection et de gestion de ce patrimoine, la connaissance, la préservation de la capacité à évoluer et la sauvegarde des services qu?ils fournissent. Elle consacre le principe de solidarité écologique, notion apparue dans la loi 2006/436 sur les parcs naturels, qui vise à prendre en compte les interactions des écosystèmes, des êtres vivants et des milieux naturels ou aménagés. Consacré au paysage, le titre VI du projet de loi exprime selon le gouvernement un changement de paradigme de la politique des paysages à la lumière de la convention européenne du paysage entrée en vigueur en 2006. Il élargit la notion de paysage pour y inclure la diversité des paysages ruraux, péri-urbains, urbains, remarquables on non, et renforce les dispositions de la loi sur les paysages de 1993.

Nonobstant les critiques formulées à son encontre lors des premiers débats parlementaires et des réactions mitigées des acteurs de la société civile, ce titre VI invite à se poser les questions suivantes : pourquoi prôner un tel changement de paradigme de la politique des paysages ? Quelles sont les évolutions spatio-temporelles de l?appréhension juridique des paysages ? Les dynamiques paysagères et leur diversité sont-elles intégrées dans l?encadrement et la régulation juridique des activités humaines? Comment se conjuguent la multiplicité des dynamiques socio-écosystémiques et la construction du droit? La multiplicité et la diversité des atteintes paysagères révèlent toute l?ambivalence de la contribution du droit écartelé entre des impératifs de protection de l?environnement naturel et culturel et le développement socio-économique des territoires (transition énergie, agriculture, tourisme, infrastructures..). Quel rôle peut jouer l?approche paysagère et l?écologie du paysage dans la formation et la mise en oeuvre de nouvelles politiques et normes juridiques? Au delà de la dimension juridique, la question ?quels paysages voulons nous pour les générations futures et présentes? justifie l?adoption d?un état d?esprit interdisciplinaire propre à questionner la contribution de sa propre discipline à la conception de nouvelles politiques des paysages.