Témoignages

Sébastien (Promo 2016, Témoignage recueilli en Février 2017). « Après des études vétérinaires, j’ai suivi le Master 2 Mode dans le but d’obtenir des compétences complémentaires en modélisation et en statistiques appliquées à l’écologie, nécessaires pour mon objectif de poursuivre dans la thématique de recherche des maladies de la faune sauvage. Les enseignements du master ainsi que le stage m’ont permis d’acquérir les connaissances et les savoir-faire nécessaires pour me permettre de poursuivre en thèse dans la thématique qui m’intéresse, ce qui était mon objectif. Je recommande donc le master si vous souhaitez avoir un bagage solide en modélisation.»

Clément (Promo 2016, Témoignage recueilli en Février 2017). « Le Master de Modélisation en Écologie de l'OSUR/AgroCampus Ouest m'a permis d'acquérir/approfondir toutes les compétences nécessaires pour effectuer ma thèse : les Mathématiques, l'Écologie et la Programmation. Ce master permet d'aborder beaucoup de domaines différents (épidémiologie, génétique, dynamique des populations, etc) ayant des débouchés directs dans la recherche, comme un doctorat ou un poste d'ingénieur. La modélisation, surtout en écologie, est un domaine dans lequel les laboratoires de recherche recrutent de plus en plus, avec le master MODE les possibilités de stage et de doctorat sont vraiment très larges (différents domaines, possibilité de partir à l'étranger facilement, etc) ! »

Victor (Promo 2016 M1, Témoignage recueilli en Février 2017). « Ce master vous permettra de bien progresser en modélisation (à la fois en théorie mathématique et en code informatique) tout en vous assurant un bagage en écologie de très bon niveau. Le mélange entre les deux disciplines est très bien géré. Un des points forts du master est la communication entre les enseignants, ils savent ce que l'on apprend dans les autres cours, évitent de le répéter et y font écho dans leur cours. »

Robin (Promo 2015, Témoignage recueilli en Février 2017). « Un bon master multidisciplinaire qui donne tous les outils nécessaires pour aborder la modélisation en écologie au sens large : de l'épidémiologie à l'halieutique, de la théorie à la programmation. »

Julie (Promo 2015, Témoignage recueilli en Février 2017). « Le M2 MODE permet de se familiariser avec plusieurs aspects des nombreuses facettes que peut représenter la modélisation. Une grande majorité de l’enseignement se fait via des projets ou TD ce qui permet d’avoir une approche très concrète des méthodes. Cette orientation « main dans le cambouis » et la pluralité des thèmes abordés ne permet pas d’avoir une connaissance approfondie de chacun mais de former des étudiants adaptables face à de nouvelles thématiques et de nouveaux outils. Ce système est, je pense, le mieux adapté à un domaine aussi diversifié que l’est la modélisation. »

Jakez (Promo 2015, Témoignage recueilli en Février 2017). « La formation correspondait bien à mes attentes au niveau du programmes et des points abordés. A enrichir avec des livres et de la lecture car la quantités de cours n'est pas élevée. J'ai pu trouver un stage intéressant. Dans mon emploi actuel, avoir étudié la modélisation de systèmes biologiques complexes et variables me permet d'appréhender d'autres sujets vastes et complexes, que ce soit en biologie ou non. Des compétences en gestion de projet informatiques, et quelques notions d'informatiques seraient utile à ajouter dans le programme pour apprendre mener à bien le développement de modèles complexes et pour le faire de manière rigoureuse. »

Julie (Promo 2015, Témoignage recueilli en Février 2017). « J'ai beaucoup aimé ce master. Les enseignements étaient intéressants et j'ai beaucoup appris. J'ai particulièrement apprécié le fait d'avoir des minis projets de modélisation à faire (sous R, et Python) je trouve que ça permet de bien assimiler à la fois le côté mathématique et informatique de la modélisation, puis à la fin on est content d'avoir des résultats. Cependant n'ayant pas réussi à décrocher de bourse de thèse, il m'a fallu un an pour trouver un premier CDD en modélisation. »

Ludmilla (Promo 2015, Témoignage recueilli en Février 2017 ). « Son développement toujours croissant fait de la modélisation un champ de spécialisation très riche, avec une multitude d’aires d’application. Cependant, l’approche plus commun est celui des écologistes qui utilisent certains modèles pour ses systèmes spécifiques. La nécessité vient avant l’outil. Celle-là est loin d’être une pratique reprochable, cependant, le chemin contraire, d’un écologiste qui développe ses outils, est plus rare. Le Master MODE nous offre, alors, une boîte à outils que nous serons qualifiés à utiliser à la fin de la formation, dans un domaine spécifique, ou pas. Au delà de cela, on construit une maturité qui nous permettra aussi de les combiner, critiquer et améliorer en temps voulu. À la fin du master, je me suis aperçue que cette “connaissance interne” et le fait d’être à l’aise avec la programmation et les mathématiques derrière les modèles est ce qui à été le plus estimé lors de ma participation sur les projets où je me suis engagée. »

Valentin (Promo 2015, Témoignage recueilli en Février 2017). « Pour ma part, le master Mode, grâce à sa double compétence biologie-modélisation a été un réel atout pour ma recherche de thèse. Les enseignements dispensés couvrant à la fois de nombreux champs disciplinaire de la biologie-écologie (dynamique des populations, épidémiologie, génétique...) ainsi que différentes approches de modélisation (approches fréquentistes, bayésiennes, modèles individu-centrés, multi-agents...). Ses compétences étant de plus en plus recherchées dans de nombreux labo (il n’y a qu’à regarder les offres de thèses), le master s’inscrit donc parfaitement dans la mouvance actuelle de la recherche. Une erreur à ne pas commettre serait de penser que ce master s’adresse à des étudiants très doués en mathématiques. Un intérêt prononcé et de la motivation devrait suffire, parole de biologiste. »

Sarah (Promo 2013, Témoignage recueilli en Mars 2017). « J'ai intégré le master modélisation en M2 et avec le recul je considère que cela a été une excellente décision pour ma carrière. Que l'on se destine à la recherche ou vers une carrière dans le privé, acquérir des compétences, ou au moins s'intéresser aux méthodes quantitatives est un réel atout. Ce master m'a permis de développer ou d'acquérir des connaissances en stats, programmation et modélisation mathématique, tout en les appliquant à des questions en écologie et évolution. Même s'il n'est pas aisé d'intégrer ces connaissances immédiatement, un nombre élevé de TP avec des exercices pratiques sur différents logiciels de programmation permet de se mettre en selle, et le stage de master permet de confirmer et de développer ces acquis. Avoir ces compétences a, dans mon cas, permis de me démarquer et d'obtenir un stage de M2 intéressant et par la suite, une bourse de thèse. J'ai bénéficié de l'aide et de la bienveillance des responsables du master (notamment Frédéric Hamelin, qui avait les bons contacts !) pour trouver mon stage de master 2. Ils m'ont aidé à définir le thème de recherche qui m'intéressait et indiqué les personnes et labos à contacter. Il est très agréable d'être toujours suivie depuis la fin de mon master, et l'implication de Cédric Wolf et Frédéric Hamelin à maintenir ce réseau d'anciens élèves est un formidable atout pour pouvoir s'échanger les annonces de jobs dans le privé ou la recherche. »

Jérémy (Promo 2013, Témoignage recueilli en Février 2017). « J'ai adoré le contenu du Master MODE, qui m'a permis de découvrir mes capacités scientifiques, et qui a ouvert la porte de mes rêves en recherche. Si j'avais une seule critique négative à donner, c'est qu'on ne peut malheureusement pas intégrer tous les langages informatiques en un seul Master qui lie les domaines de la biologie, des mathématiques et de l'informatique ; ayant choisi la branche MODE et non BIG, j'ai de ce fait manqué de bases en Linux, et plus précisément en langage Bash au début de ma thèse. Mais le Master m'a permis d'obtenir les bases pour apprendre par moi-même ce qui m'a manqué par la suite dans mes recherches. Maintenant j'utilise ce langage tous les jours, et suis heureux de partager mon expérience et mes connaissances avec la nouvelle génération. »

Roland (Promo 2012 – master MSVE, Témoignage recueilli en Février 2017). « Suite au master msb, je me suis dirigé vers l'informatique "pur". De mon expérience actuelle, la formation correspond bien à des profils pour thèses mais aussi à des profils de Data scientists. Ces derniers vont être très demandé avec la venue du Big Data dans les entreprises, tous domaines confondus. Il faut sur le marché des personnes capables de comprendre et d'analyser des données, le master répond bien à cette demande. Et la méthodologie apprise sur le domaine de la biologie peut facilement s'exporter dans les autres domaines. »

Thomas (Promo 2011 – master MSVE, Témoignage recueilli en Février 2017). « Bien qu'intéressé par les aspects algorithmiques/bio-informatique à l'époque du master, j'ai rapidement retrouvé un goût oublié pour les maths/proba et cela a vite développé mon intérêt pour la modélisation. Les modules axés écologie des populations et mathématiques/probabilités associés au même thématiques m'ont renvoyé vers la modélisation. Au fil de mon stage de master (développement appliqué bioinformatique), j'ai rapidement compris qu'il me manquait des notions basiques de statistiques: c'est ce qui m'a poussé à faire une thèse en biostats, alors que je n'avais que peu de compétences à ce niveau. En sortie de thèse, il m'a été assez aisé de vendre le mélange de compétences "analyse statistique de données" et "modélisation épidémiologique" »