Le volet recherche du Programme Intelligence environnementale

Soumis par Guillaume Pajot le mar 07/12/2021 - 14:08
Vers des relations renouvelées entre disciplines académiques et avec la société sur les questions environnementales

Des projets structurants qui participent de l'Intelligence environnementale: Terra Forma, Glaz

Terra Forma rassemble des scientifiques, dans un effort interdisciplinaire au carrefour des sciences de la Terre, naturelles, technologiques, informatiques et sociales. Les observatoires mis en place sont des points de convergence entre les communautés scientifiques et les acteurs, dont la mise en oeuvre offrira des services pour répondre à la fois à des questions scientifiques fondamentales et à des demandes des gestionnaires concernant le capital sol, les ressources en eau, l'état chimique, la biodiversité et l'intégrité des paysages. Ces observatoires relèvent le défi de caractériser les processus et trajectoires internes des territoires avec une pertinence et une précision inégalées. De plus, ces nouvelles technologies contribueront à la définition de «variables essentielles» pour les systèmes territoriaux et à l’évaluation de la capacité descriptive et prédictive des modèles.

Le projet Glaz est fondé sur la mise en réseau d’observatoires de recherche existants et déjà labellisés. Il mobilise l’ensemble des sciences de l’environnement et des géosciences, des sciences sociales et des sciences de la donnée pour construire une infrastructure de recherche de niveau mondial capable de détecter, d’anticiper et d’accompagner les transitions socio-environnementales que les écosystèmes terrestres et côtiers vont connaître dans les décennies à venir.

Des projets emblématiques de la démarche Intelligence environnementale

En plus de ces projets structurants, de nombreux projets sont emblématiques de la démarche Intelligence environnementale dans le sens où ils sont caractérisés par de fortes interactions avec les acteurs et de fortes interactions entre disciplines. La démarche Intelligence environnementale s'appuie sur cet écosystème riche, issu de nombreuses années de pratiques de l'interdisciplinarité, de la co-construction avec les acteurs, des partenariats entre établissements et des collaborations entre chercheurs. 

 

Capitaliser sur les expériences acquises

Les travaux menés dans le cadre du volet recherche du Programme Intelligence environnementale s’inscrivent dans un contexte de questionnements sur la contribution de la recherche aux grands défis sociétaux en lien avec les transitions sur la gouvernance de l’eau, le changement climatique, l’agroécologie, l’alimentation, la biodiversité, les paysages etc. La réflexion se veut tournée vers les interactions entre disciplines et les interactions entre monde académique et société et présente une grande proximité avec les sciences de la soutenabilité.

Un groupe de travail réunissant des chercheurs issus des établissements d’ESR Rennais a été mis en place. Le travail de ce groupe s’appuie sur l’analyse collective d’un certain nombre d’expériences de projets interdisciplinaires et co-construits dans lequel des chercheurs du groupe se sont impliqués. Une publication visant à synthétiser ce travail est en cours de rédaction. 

Il s’agit de capitaliser sur ces expériences, d’en identifier les points forts et les difficultés. Le cas échéant, les travaux bénéficient d’apports de chercheurs extérieurs qui partagent leur expérience.

Intelligence environnementale s’appuie sur un coeur de 125 chercheurs et enseignants-chercheurs déjà impliqués dans des projets transdisciplinaires et co-construits. 

Progresser sur le plan conceptuel: redéfinir les relations entre Données, Modèles et Société

Sur le plan conceptuel, le groupe s’attache à définir la notion d’Intelligence environnementale. Celle-ci est couramment utilisée par des bureaux d’études et dans le monde académique. Toutefois, les définitions mises en avant reposent rarement sur les interactions entre science et société et/ou entre disciplines. Le plus souvent, elles sont concentrées sur l’utilisation de données en masse et l’analyse de ces données.

Dans notre approche, l’Intelligence environnementale consiste à redéfinir les liens entre données, modèles et société. Données et modèles ne servent pas uniquement à produire des connaissances; données et modèles servent aussi de support au dialogue entre science et société. Les sciences participatives, la co-construction de scénarios avec les acteurs permettent aux scientifiques de dialoguer avec la société pour une recherche en quête d'effets concrets sur la protection de l'environnement. 

cycl'OBS L'infolettre mensuelle