Le CReAAH accueille N'Doua Etienne Ettien, archéologue ivoirien

Soumis par Alain-Herve Le Gall le jeu 28/04/2022 - 11:26
N'Doua Etienne Ettien a obtenu une bourse pour son Projet AMRUGE (C2D) du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de la République de Côte d’Ivoire

N'Doua Etienne Ettien a obtenu une bourse pour son Projet AMRUGE (C2D) du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de la République de Côte d’Ivoire.

 

Projet-AMRUGE

 

Son sujet de mobilité : Amas coquilliers et mode de vie des populations côtières.

 

Objectifs et le programme du séjour

En Côte d’Ivoire comme en France, on rencontre de nombreux sites d’amas coquilliers, qui contrairement à la partie ivoirienne, font l’objet de recherches continues. Les amas coquilliers sont : « des dépôts coquilliers meubles et parfois sableux d’âge récent. Les coquilles qui les composent peuvent être brisées, témoignant d’un dépôt allochtone, ou s’être sédimentées sur place dans des endroits préférentiels sans montrer de signes de triturations ».

En Côte d’Ivoire, les écrits d’Archambault ont signalé dès 1938 la présence d’amas coquilliers. L’intensité de ce phénomène fut révélée par les recherches de la Société pour le Développement Minier de la Côte d’Ivoire (SODEMI) entre 1964 et 1968, suite à des prospections visant à identifier des gisements de calcaire. Plus d’une centaine de sites sont connus à ce jour. Les amas coquillers sont situés de façon générale sur les abords des plans d’eau lagunaires avec une quantité très importante de vestiges archéologiques variés.

L’objectif principal de cette bourse de stage de perfectionnement est par conséquent d’acquérir des bases solides dans l’analyse des vestiges issus des investigations archéologiques et dans leur sécurisation.

Pour ce faire, il travaille notamment avec Catherine Dupont, spécialiste française en malacologie.

Concrètement, pour N'Doua Etienne Ettien, il est donc question de :
- participer à des études de laboratoire sur les coquillages provenant d’amas coquilliers de France
- de renforcer ses capacités sur les études de mobiliers notamment céramiques
- de s’imprégner des stratégies de sauvegarde, de protection et de valorisation des amas coquilliers de France pour mieux les réinvestir en Côte d’Ivoire.

 

Domaine de compétences actuel

N'Doua Etienne Ettien est archéologue de formation, spécialiste de la céramique et des amas coquilliers du sud côtier de la Côte d’Ivoire : ses études visent à mieux faire connaitre l’environnement lacustre qui abrite ces sites anciens. En associant l’étude des amas coquilliers à la céramique, témoignages de la vie quotidienne des populations en présence, celle-ci nous permet d’avoir une vision d’ensemble sur la période néolithique de la zone côtière et forestière de Côte d’Ivoire. Il s’agit là, d’une approche importante pour voir comment l’homme s’adapte à un milieu de vie spécifique. Les données sur les modes de vie pouvant fortement aider à mieux se projeter dans l’avenir.

 

Et ensuite ?

En venant au CReAAH, N'Doua Etienne Ettien bénéficie de l'expérience rennaise dans l’étude du contexte de mise en place des amas coquilliers, de la céramique et dans les stratégies de sauvegarde et de valorisation de ce phénomène archéologique propre aux littoraux. En Côte d’Ivoire en effet, ces sites sont confrontés à des pillages, qui risquent de les faire disparaître sous peu, si rien n’est fait pour procéder dans un premier temps, à l’accumulation adéquate de données par des sondages et fouilles.

Cette bourse de stage de perfectionnement permettra (par les analyses futures) d’avoir une bonne compréhension de l’histoire du peuplement de la Côte d’Ivoire côtière et forestière, au plan archéologique. Ceci dans la mesure où, malgré les études menées sur ces d’amas coquilliers dans notre pays, et qui ont abouti à des résultats probants, des questions restent non élucidées à savoir : Quels peuples sont à la base de ces traces matérielles ? D’où viennent-ils ? Quels ont été leurs rapports avec le peuplement actuel ? Comment ont-ils été phagocytés par les nouveaux arrivants ?

Ainsi, en acquérant de nouvelles aptitudes en matière d’analyse des sites de façon globale, N'Doua Etienne Ettien sera à même de jeter un regard nouveau sur ces amas coquilliers, leur environnement et le mobilier céramique qu’ils renferment.

 

Son séjour a lieu à l’Université de Rennes 1, au labo CReAAH, en Mai 2022. A cette occasion il donne un séminaire - une Conf'Midi - le 3 mai 2022, intitulé "Amas coquilliers et histoire du peuplement à Songon (Sud Côte d’Ivoire)"

Résumé:
L’archéologie en Afrique subsaharienne et en Côte d’Ivoire constitue un excellent moyen de connaissance des migrations et de l’histoire du peuplement des peuples ; en un mot, les différents mouvements des populations. Dans la zone de Songon, ce milieu semble bien organisé avec un contexte de formation bien particulier où la quasi-totalité des vestiges qu’ils renferment, témoignent bien d’occupations humaines antérieures. Alors, qui sont ces peuples à l’origine de l’édification de ces amas coquilliers au regard de la culture matérielle archéologique collectée sur l’ensemble des sites ?
En nous appuyant sur le milieu écologique à forte dominance lagunaire et l’ensemble des connaissances sur les sites coquilliers de Songon, l’objectif de cette étude est de montrer l’apport de l’archéologie dans la compréhension des migrations dans l’espace Songon. En outre, si l’utilité de la nature environnante et surtout celle de la lagune deviennent quotidienne, ces artefacts constituent biens de témoins anthropiques qui en disent beaucoup sur les populations en présence.

 

conf-Midi_Etienne-Ettien-03mai2022

 

Contact
N’Doua Etienne ETTIEN
Archéologue (ISAD-Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody-Abidjan, Côte d'Ivoire) / ettienetienneatgmail [dot] com (mail)

cycl'OBS L'infolettre mensuelle