Présentation du DIPEE Rennes

Soumis par Alain-Herve Le Gall le jeu 16/06/2022 - 12:03
Les dispositifs de partenariat en écologie et environnement (DIPEE)

[Source : CNRS InEE]

Le DIPEE Rennes a pour socle 3 Unités Mixtes de Recherche (UMR) principales – le CReAAH, ECOBIO et le LETG - ayant pour problématique commune l’Evolution des Paysages et les Relations Hommes-Milieux sur les temps longs et les temps courts. Participent également ce dispositif les laboratoires avec lesquels ces unités collaborent de longue date comme ESO, IODE, le CREM, l’IRISA et l’IRSET.

A noter également que la Zone-Atelier Armorique (ZAAr) - dispositif d'observation de l'OSUR - est rattaché au DIPEE Rennes.

 

Paysage, interdisciplinarité, biodiversité, relations hommes-milieux, temps longs et courts

Le DIPEE Rennes est construit autour de 5 interfaces interdisciplinaires dans lesquelles se distribuent les problématiques des UMRs sur les thèmes Environnement et Biodiversité : Paysage-Socio-Ecosystèmes, Paysage-Santé, Paysage-Droit et Sciences Politiques, et plus récemment Paysage-Climat et Paysage-Numérique. Ces interfaces s’articulent autour du Paysage qui est notre échelle de travail commune, parfois également un objet d’étude, et un dénominateur commun important dans la recherche menée dans les laboratoires. De cette échelle et ces interfaces découlent bons nombres de problématiques, méthodes et outils qui nourrissent nos projets disciplinaires mais aussi et surtout interdisciplinaires, notamment grâce à la diversité des UMRs qui contribuent au DIPEE Rennes : Paysage et Interdisciplinarité en font l’identité principale.

Une partie des recherches est réalisée au sein de la Zone Atelier Armorique qui recouvre un large gradient d’anthropisation des terres soit lié à l’agriculture, soit lié à l’urbanisation (Rennes principalement). Les interactions entre les chercheurs impliqués dans le DIPEE et les acteurs locaux des territoires sont nombreuses, dynamiques et pérennes. Pour ces raisons, et bien qu’il ait également une forte composante de recherche à l’international, ce dispositif  a un ancrage local fort tant avec les collectivités territoriales (Région Bretagne, Département Ille et Vilaine, Rennes Métropole, Communautés de Communes de Pleine-Fougères, Ville de Rennes, etc.) que les associations (Groupe Mammalogique Breton, Bretagne Vivante, etc.) ou le secteur privé.

Les impacts du climat sur la biodiversité en contexte agricole ou urbain mobilisent actuellement plusieurs chercheurs impliqués dans le DIPEE Rennes. En ville, ces projets reposent sur un réseau de capteurs météorologiques déployé, maintenu et incrémenté par les climatologues de le LETG depuis 2003 en partenariat avec la Ville de Rennes et Rennes Métropole. Initialement composé d’une quinzaine de stations météorologiques, le réseau comprend désormais également environ 90 capteurs adossés au réseau LoraWan de Rennes Métropole et déployés sur l’ensemble de la ville, en partenariat avec les acteurs du territoire et des partenaires privés. Les mesures en continu des températures, de l’humidité et du vent, distribuées dans la ville, permettent aux climatologues du DIPEE Rennes de modéliser et spatialiser l’ilot de chaleur urbain rennais. Sur cette base, les écologues des laboratoires LETG et ECOBIO collaborent pour comprendre la réponse de la biodiversité à ces variations de température liées à l’activité humaine (projet post-doctoral EcoHeat et 2 thèses en cours). Les chercheurs du DIPEE Rennes sont également impliqués dans l’étude de la réponse des communautés de plantes, en particulier les landes, au changement climatique (Projet Landman) dans une visée de conservation de ces milieux. Ce projet se fait en partenariat avec les acteurs du territoire comme par exemple l’Agence Bretonne de la Biodiversité ou encore le Département Ille et Vilaine.

cycl'OBS L'infolettre mensuelle