Condate Eau - Equipes

Soumis par Alain-Herve Le Gall le mer 23/06/2021 - 11:47

Luc AQUILINA est professeur à l’université de Rennes 1. Spécialisé en hydro-bio-géochimie, ses domaines de recherches vont de l’hydrogéologie physique aux processus biogéochimiques qui y sont couplés dans les milieux géologiques complexes (aquifères de socles, karsts…).

Co-Responsable Scientifique

Camille BOUCHEZ est physicienne adjointe au Conseil National des Astronomes et Physiciens (CNAP) et travaille sur le couplage du cycle de l’eau et des cycles biogéochimiques en me focalisant sur la subsurface, c’est-à-dire la zone souterraine dans laquelle l’eau est transportée, redistribuée et où elle peut interagir avec les roches et les microorganismes qui y vivent.

 

Eliot CHATTON est ingénieur de recherche spécialisé dans l’analyse et l’exploitation des traceurs environnementaux (CFCs, SF6, gaz nobles, gaz réactifs, …) pour la caractérisation des processus hydrologiques et biogéochimiques dans les eaux continentales (rivières, lacs, eaux souterraines). Attaché au développement et à la mise en œuvre de méthodes d’analyses des gaz dissous, il se charge plus particulièrement du développement et de la mise en œuvre des mesures in situ à haute-fréquence des gaz dissous par spectrométrie de masse. Titulaire d’un doctorat en Sciences de la Terre, il se charge également de l’exploitation et de la valorisation des données de traceurs environnementaux pour la caractérisation des hydrosystèmes.

 

 

Emilie JARDE est chercheuse en géochimie organique sur la dynamique, nature et réactivité des matières organiques récentes dans les sédiments, les eaux, les sols et les déchets.

Via l’utilisation des outils de la géochimie organique, ses domaines de recherche portent sur (i) le traçage des sources de contamination fécale dans les zones de baignades et conchylicoles (ii) l’occurence et la dynamique des résidus médicamenteux vétérinaires dans les eaux de surfaces et les eaux destinées à la consommation humaine.

Laurent JEANNEAU est chercheur en chimie de l'environnement. ses travaux de recherche portent sur le développement de la "Pierre de Rosette moléculaire" dont l'utilisation, à l'instar d'un dictionnaire, traduit une composition moléculaire en source et dynamique de la matière organique naturelle et anthropique. Ces outils sont utilisés dans le cadre de l'étude de la zone critique en lien avec des enjeux de durabilité des ressources sol et eau, plus spécifiquement pour comprendre la déstabilisation des matières organiques et leur transfert dans le continuum sol-rivière-estuaire. Ils sont aussi appliqués à la paléontologie dans l'étude chemotaxonomique des ambres.

Responsable technique

Thierry LABASQUE est ingénieur de recherche en analyses chimiques appliquées à l’environnement : développement et mise en œuvre de méthodes d’analyses des gaz dissous dans les eaux, applications à la datation des eaux souterraines et aux processus de recharge et développement et mise en œuvre de capteurs physico-chimiques en forage. Il a mis en place la chaine d’analyse chromatographique pour l’analyse des CFC et du SF6. Il en assure la maintenance et surtout le développement de nouvelles méthodologies ou analyses en lien avec la datation.

Marine LIOTAUD est ingénieure d'étude en analyses chimiques appliquées à l’environnement. Elle a la responsabilité technique et veille à la mise en œuvre des couplages chromatographie en phase gazeuse-spectrométrie de masse (CPG-SM) utilisés pour l’étude et le traçage des matières organiques naturelles et anthropiques. Elle élargit ses compétences en se formant à l’analyse de gaz anthropiques (Chlorofluorocarbones, Hexafluorure de soufre) par chromatographie en phase gazeuse-détecteur à capture d’électrons (CPG-ECD) pour la datation des eaux souterraines.

           

Co-responsable Scientifique

Animatrice de la plateforme 

Virginie VERGNAUD est spécialisée en hydrochimie sur les aquifères exploités pour l’alimentation en eau potable et donc gérés par des collectivités. Elle a un doctorat de l’université de Rennes 1 en Sciences de la Terre mention hydrogéologie et a réalisé sa thèse sur la datation des eaux souterraines en Bretagne dans le cadre de la pollution azotée et de sa maîtrise (financements BRGM, CNRS, Région Bretagne et université de Rennes 1). Spécialisée sur l’interprétation des analyses d’âges, elle a dirigé le LADES (Laboratoire de Datation des Eaux Souterraines) pendant 3 ans.

 

Barbara YVARD, diplômée du master Sciences de l'Eau a rejoint l'équipe de la plateforme en 2021. Elle est en charge des analyses isotopiques sur le PICARRO et assure le soutien logistique, analytique et de terrain sur les analyses des datations et le MIMS.