Mots-clés

< Retour à la page d'accueil des mots-clés

8 résultats trouvés contenant le mot 'croûte'

Articles

  • Séminaire de Chris Hawkesworth (University of Bristol, UK) - Geological cycles and the generation of the continental crust"
  • Séminaire de Loïc Labrousse (iSTeP UPMC Paris 6) - La fusion partielle de la croute continentale : conditions, reactions et implications mécaniques
  • Séminaire d'Yves Lagabrielle (Géosciences Rennes) - Le point sur l'extension crétacée dans le domaine pyrénéen : comportements du socle et de la couverture mésozoïque
  • Séminaire de Francesco Giuntoli (Plymouth University, UK) - Unravelling the metamorphic and deformative history of subducted crust
  • Séminaire de Daniela Rubatto (Institute of Geological Sciences, University of Bern) - Fast and furious or slow and steady: rates of subduction and crustal melting
  • Comment les cyclones tropicaux déforment la croûte terrestre - Contact OSUR
  • Combien de temps une racine orogénique peut-elle rester partiellement fondue ? - Des chercheurs de trois laboratoires français, dont Marc Poujol (Géosciences Rennes / OSUR), ainsi que des géologues du Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, ont mis en évidence que sous le plateau orogénique de la Province protérozoïque de Grenville (Canada), similaire à celui du Tibet, la croûte continentale peut rester partiellement fondue pendant plus de 70 millions d’années (Ma), et même demeurer à plus de 450-500°C pendant plus de 110 Ma. De telles durées ont pu être estimées grâce à une approche combinant observations de terrain et pétrochronologie de la monazite et de l’apatite et ouvrent de nouvelles perspectives sur l’évolution thermique et mécanique des orogènes. L'article est paru dans la revue Terra Nova en avril 2018.
  • Croissance crustale et origine de la croûte terrestre à l’Archéen - La Terre a 4,56 milliards d’années (Connelly et al., 2017). Elle peut être divisée en deux grands ensembles, des continents émergés qui occupent environ 30% de sa surface et des océans qui complètent celle-ci. La représentation cartographique de notre planète telle qu’elle nous est familière a bien évidemment fortement évolué au cours du temps. Les continents se sont formés puis disloqués, les océans se sont ouverts puis refermés. Tous ces phénomènes sont le résultat de la tectonique des plaques. Une des grandes questions qui animent les débats scientifiques en sciences de la Terre est justement de savoir depuis quand cette tectonique des plaques est active. Une étude menée par des chercheurs du Geological Survey of Western Australia en collaboration avec Marc Poujol (Géosciences Rennes) apporte des éléments de réponse dans un article publié en décembre 2019 dans la revue NATURE Communications.