Mots-clés

< Retour à la page d'accueil des mots-clés

6 résultats trouvés contenant le mot 'pesticide'

Articles

  • Soutenance de thèse d'Anthony Bouétard (INRA ESE) - Potentiel évolutif des réponses transcriptomiques et phénotypiques d'un invertébré d'eau douce, Lymnaea stagnalis, vis-à-vis du stress d'origine anthropique
  • Les pesticides : meilleurs alliés des ravageurs ? - Contact OSUR
  • Pesticides chlorés et destruction de la couche d’ozone : un lien possible ? - Dans un article récent de Trends in Plant Science (février 2018) intitulé "Plant-Pesticide Interactions and the Global Chloromethane Budget", Françoise Bringel (CNRS, Université de Strasbourg) et Ivan Couée (ECOBIO) discutent dans quelle mesure la dissémination massive de pesticides chlorés pourrait affecter l’émission par la végétation de chlorométhane destructeur d’ozone.
  • A des faibles doses, supposées non-toxiques, les triazines perturbent les régulations hormonales et les réponses aux stress des plantes - Diana Alberto, Ivan Couée, Cécile Sulmon, Gwenola Gouesbet (ECOBIO) et Stéphanie Pateyron (Institut des Sciences des Plantes de Paris-Saclay) publient en septembre 2018 un article dans la revue Plant Science qui met en évidence le fait que, sous une apparente non-phytotoxicité, les triazines perturbent les régulations hormonales et les réponses aux stress, y compris à faible dose.
  • Persistance pluriannuelle et impact biologique de pesticides toxiques résiduels dans les paysages agricoles de Bretagne : quelles conséquences pour l'agriculture, l'environnement et la santé ? - Anne-Antonella Serra et ses collègues d’ECOBIO (CNRS, université de Rennes 1), Anne-Kristel Bittebière, Cendrine Mony, Kahina Slimani, Frédérique Pallois, David Renault, Ivan Couée, Gwenola Gouesbet et Cécile Sulmon, publient dans la revue  Science of the Total Environment (numéro daté du 20 novembre) un article sur la dynamique, à l'échelle locale, des interactions plantes-pesticides dans un paysage agricole breton (de la Zone Atelier Armorique, ZAAr). La pollution des sols par des produits chimiques d’origine anthropique est en effet une préoccupation majeure pour la durabilité de la production agricole et des fonctions et services des écosystèmes. Mais la compréhension des effets complexes de la pollution des sols nécessite des approches à plusieurs niveaux et à plusieurs échelles. Ainsi, les communautés végétales des lisières de champs et des bandes enherbées (i.e. des bandes végétales filtrantes artificielles qui jouent un effet tampon vis-à-vis des cours d’eau notamment) sont confrontées aux xénobiotiques agricoles qui résultent des applications chimiques, par le biais de la contamination des sols, la contamination aérienne, le ruissellement et/ou le lessivage. Dans cette étude, la dynamique des pesticides dans les bandes enherbées a été étudiée à l'échelle du champ au sein de la ZAAr. Les résultats montrent que si les bandes enherbées ont effectivement permis une réduction significative des pesticides entre le champ et les compartiments riverains, il s’avère cependant que la comparaison des modalités d'utilisation des pesticides et l'analyse chimique du sol mettent en évidence la persistance significative des pesticides dans les champs et les bandes enherbées ; cette comparaison suggère aussi la contribution de sources multiples de contamination, telles que la rémanence annuelle, la persistance pluriannuelle, voire une contamination plus large à l'échelle du paysage.
  • DEEP IMPACT : un projet ANR pour analyser des interactions plante-microbiote et promouvoir la défense des plantes aux bioagresseurs - Le projet DEEP IMPACT est un projet scientifique qui vise à l’analyse des interactions plante-microbiote pour promouvoir la défense des plantes aux bioagresseurs. Il se concentrera sur l’étude du microbiome des cultures. Outre le volet recherche, un volet enseignement est mis en avant et mobilisera largement les enseignants-chercheurs de l’Institut Agro de Rennes et l’Université de Rennes1. Le projet qui débutera début 2021 pour une durée de 6 ans est coordonné par Christophe Mougel (INRAE, IGEPP).