Mots-clés

< Retour à la page d'accueil des mots-clés

18 résultats trouvés contenant le mot 'qualité'

Articles

  • Soutenance de thèse de Morgane DERRIEN (Géosciences) - Validation de l'utilisation des stéroïdes en tant qu'outil de traçage de l'origine des contaminations fécales des eaux de surface
  • Soutenance de thèse de Cédric LE GUILLOU (SAS) - Effets combinés de la qualité des résidus de culture et de la disponibilité en azote minéral sur la stabilisation de la structure du sol par les microorganismes
  • Soutenance de thèse de Jo de Ridder (Géosciences) - Réponse des processus biochimiques d’une tourbière soumise à des fluctuations du niveau d’eau
  • Séminaires communs en hydrologie - Trends, seasonality, daily cycles, and fractal structures in water quality: from hours to decades, and H+ to U
  • Séminaire de Florentina Moatar (GéoHydrosystèmes COntinentaux, univ Tours) - Variabilité temporelle de la qualité des eaux : métriques et incertitudes. Application aux bassins de la Loire et de la Seine
  • Projet européen iSQAPER - Qualité des sols
  • Projet Interreg CPES : améliorer la qualité de l’eau en encourageant les paiements pour services écosystémiques - Le projet Interreg CPES « Channel Payments for Ecosystem Services », piloté par l’Université de Chichester (Angleterre), vise à améliorer la qualité de l’eau dans les bassins-versants agricoles intensifs du sud de l’Angleterre et du nord-ouest de la France (Bretagne, Normandie), en testant les modalités d’implantation et de pérennisation d’outils financiers de type Payment for Ecosystem Services (ou Paiement pour Services Ecosystémiques - PSE - en français).  L’objectif est d’encourager les agriculteurs opérant dans les bassins-versants à adopter de nouvelles pratiques agricoles afin de réduire les pertes de nutriments (principalement azote et phosphore) aux cours d’eau. L’outil PES consiste à offrir une rémunération à l’agriculteur, fournie par des acheteurs publics ou privés, en contrepartie de l’adoption de pratiques réduisant ces pertes à des niveaux allant au-delà de ceux inscrits dans les réglementations et politiques environnementales actuelles. Le projet met en œuvre 7 sites pilotes répartis de part et d’autre de la Manche : 4 en Angleterre, 3 en France, dont un situé en Bretagne (bassin versant du Lac au Duc), et géré par un consortium regroupant les laboratoires de l'OSUR (UMRs CNRS/UR1 ECOBIO et Géosciences Rennes), les UMRs INRA/Agrocampus Ouest SAS et SMART, le Syndicat Mixte du Grand Bassin de l'Oust (SMGBO), le bureau d’étude Sara Hernandez Consulting ltd, la profession agricole, l’association les Petits Débrouillards, et le Centre de Ressources et d’Expertise Scientifique pour l’Eau en Bretagne (CRESEB). Le Programme France (Manche) Angleterre est cofinancé par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER). Le budget alloué au projet CPES est de 2,8 million d’euros (2017-2021).
  • Soutenance de thèse de Kévin Potard (ECOBIO) - Les émissions de Composés Organiques Volatils (COVs) par les sols dans les paysages agricoles. Identification des sources et incidences sur la qualité de l’air
  • Séminaire de Françoise Lucas (LEESU - Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains - Université Paris-Est Créteil) - Diversité microbienne et gestion des eaux urbaines
  • Usages et continuité écologique des cours d’eau en Bretagne. Remous autour de la gestion des rivières - Usages et continuité écologique des cours d’eau en Bretagne. Remous autour de la gestion des rivières
  • Quelles actions pour le Lac au Duc ? - Quelles actions pour le Lac au Duc ?
  • Un nouveau modèle met en lumière la stabilité spatiale de la qualité de l’eau quelque soit son origine géographique - Rémi Dupas (INRA SAS) et ses collègues Camille Minaudo et Ben Abbott publient en mai 2019 dans la Revue Environmental Research Letters un article qui propose une nouvelle méthode qui démontre la stabilité spatiale de la qualité de l’eau quelque soit son origine géographique. L'étude a porté sur 4500 stations de mesure en France métropolitaine. En s'appuyant sur ce modèle, et en privilégiant la haute résolution spatiale plutôt que temporelle, les auteurs espèrent pouvoir atteindre un des objectifs majeurs des suivis de la qualité de l’eau : identifier les sources de pollution pour localiser au mieux les actions de remédiation et conservation des écosystèmes.
  • Occurrence des résidus de médicaments vétérinaires dans les eaux bretonnes - Périmètre de l'étude
  • Que peuvent nous dire les poissons sur les effets de l’Homme sur les cours d’eau ? - Olivier Dézerald (ESE, INRAE, LIEC-Univ. de Lorraine), Cédric P. Mondy (Direction régionale OFB), Samuel Dembski (Direction régionale OFB), Karl Kreutzenberger (Direction générale OFB), Yorick Reyjol (OFB-CNRS-MNHN), André Chandesris (Riverly-INRAE), Laurent Valette (Riverly-INRAE), Sébastien Brosse (EDB-Univ. Paul Sabatier), Aurèle Toussaint (Institue of Ecology and Earth Science-Univ. Of Tartu), Jérôme Belliard (HYCAR-INRAE), Marie-Line Merg (HYCAR-INRAE), et Philippe Usseglio-Polatera (LIEC-Univ. de Lorraine) ont publié en Mai 2020 un article dans la revue STOTEN ‘Science of the Total Environment’ visant à identifier la ou les pressions d’origine anthropique (nitrates, pesticides, urbanisation des berges, barrages et seuils, espèces exotiques et envahissantes) qui impactent les communautés de poissons d’eau douce de France métropolitaine.

Pages