Soutenance de thèse d’Antoine BERCOVICI


 Olivier Troccaz    09/12/2009 : 13:30
 Aucun    Agenda

abercovici.jpg

Le mercredi 9 décembre 2009, à 14h30, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1.

Le mercredi 9 décembre 2009, à 14h30, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1. Reconstitutions paléoenvironnementales du domaine Ouest Téthysien à la transition Permien-Trias Impacts relatifs du climat, de la ré-organisation de la biosphère continentale et des topographies sur la préservation des systèmes sédimentaires continentaux Résumé : L’assemblage final de la Pangée à la fin du Paléozoïque a conduit à une continentalisation d’espaces immenses sans équivalent dans les périodes géologiques postérieures. D’un point de vue climatique, on assiste, après la fin de l’ère glaciaire au cours du Permien inférieur, à l’émergence progressive d’un climat de plus en plus chaud, provoquant l’aridification de vastes régions. Le Trias inférieur représente alors une période où la végétation est rare voire absente, deux raisons peuvent être invoquées : l’aridité extrême du climat ou la reconquête extrêmement lente du domaine continental par les flores terrestres après la quasi-disparition catastrophique du couvert végétal fini-permien consécutive à la crise permo-triasique (disparition d’environ 85% des espèces). Pendant le Permien supérieur, la sédimentation continentale est confinée dans une série de bassins endoréiques isolées, dans lesquels, un partitionnement, matérialisé par les compositions des assemblages floristiques et les conditions de préservation, est évident. Dans tous les bassins sédimentaires du domaine nord-ouest téthysien et à l'exception du centre du Bassin germanique, la transition entre le Permien et le Trias est marquée par une absence de dépôt pendant une durée plus ou moins importante. L'ensemble de ces observations implique l'existence d'un relief Varisque toujours actif, modifiant les conditions climatiques et contrôlant les conditions de sédimentation au sein des Bassins fini-permiens, alors que l'évolution générale des flores permiennes reste conditionnée au premier ordre par l'aridification globale de la Pangée, et ce bien avant la crise d'extinction de la limite Permien/Trias. Paleoenvironmental reconstructions of the west-tethyan domain at the Permian-Triassic transition Impact of climate, terrestrial biosphere re-organization and topography on the preservation of continental sedimentary systems Abstract: The final buildup of Pangea at the end of the Palaeozoic led to the formation of massive landmass unrivaled in later times. On a climatic perspective, the end of the Carboniferous ice age opened into a period of progressive warming, creating vast arid regions on land. The lower Triassic is the culmination of this trend, and represents a period where land vegetation is scarce or non-existent. Two causes can be inferred: the extreme aridification of climate or the slow recovery of terrestrial floras after the permo-triassic crisis (disappearance of 85% of species). During the lower Permian, continental sedimentation was limited in a series of isolated endoreic basins, in between differences in preservation and floral assemblages can be observed. In all sedimentary basins of the north-western tethyan domain, with the exception of the germanic basin, the Permian/Triassic transition is characterized by a lack of sedimentary deposition of variable time. All these observations imply the existence of a still active Variscan range, modifying the palaeoclimatic conditions and controlling sedimentation in the end-Permian sedimentary basins of western Europe. However, the general evolution of Permian floras is still linked at the first order to the global warming event, leading to profound modifications on terrestrial biotas long before the permian/Triassic biotic crisis. Composition du jury : Jean VAN DER DRIESSCHE, Professeur - Université de Rennes 1 - Rennes / président du jury Brigitte MEYER-BERTHAUD, DR - CNRS - CIRAD, Montpellier / rapporteur Jean-Yves REYNAUD, MC HDR - Muséum national d'Histoire naturelle - Paris / rapporteur José Bienvenido DIEZ-FERRER, Professeur - Université de Vigo - Espagne / examinateur William DIMICHELE, Professeur - Smithsonian Institution, NMNH - Washington DC, USA / examinateur Sylvie BOURQUIN, DR - CNRS - Université de Rennes 1 - Rennes / directrice de thèse Jean BROUTIN, Professeur - Université Pierre et Marie Curie - Paris VI / co-directeur de thèse Contact : Antoine Bercovici

Séminaire de Marion EGAL


 Olivier Troccaz    09/12/2009 : 09:00
 Aucun    Agenda

si.jpg

Le mercredi 9 décembre 2009, à 10h00, dans la salle de conférences du CAREN, Campus de Beaulieu, UR1.

Le mercredi 9 décembre 2009, à 10h00, dans la salle de conférences du CAREN, Campus de Beaulieu, UR1. Devenir des métaux et métalloïdes (Fe, As, Tl) en solution: Rôle des phases porteuses et des microorganismes Contact : Aline DIA

Conférences en génomique


 Olivier Troccaz    08/12/2009 : 13:00
 Aucun    Agenda

genome.jpg

Le mardi 8 décembre 2009, de 14h00 à 18h00, dans l'amphithéâtre Louis Antoine, Campus de Beaulieu, UR1.

Le mardi 8 décembre 2009, de 14h00 à 18h00, dans l'amphithéâtre Louis Antoine, Campus de Beaulieu, UR1. Les atouts et les techniques de séquençage des génomes ainsi que l’utilisation de ces informations pour faire évoluer les connaissances en la biologie Voir le programme : Animation_081209_programme_final.pdf Contact : Abdelhak EL AMRANI

Séminaires et soutenance de thèse de Christelle LOISELET


 Olivier Troccaz    08/12/2009 : 12:30
 Aucun    Agenda

manteau.jpg

Le mardi 8 décembre 2009, à 13h30, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1.

Le mardi 8 décembre 2009, à 13h30, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1. Devenir d'une lithosphère en subduction dans le manteau terrestre : Etude de sa déformation et des flux mantelliques associés Résumé : Dans une zone de subduction, différents acteurs principaux sont mis en jeu : la lithosphère en subduction, les lithosphères chevauchante et adjacentes et le manteau environnant. Leur interaction provoque une dynamique aux niveaux des zones de subduction qui se caractérise principalement par la sismicité, le volcanisme arrière arc, la migration du slab, la déformation de la plaque supérieure et enfin des flux mantelliques. Plus particulièrement, ces phénomènes soulignent l'existence d'une dynamique profonde associée à l'interaction entre la lithosphère en subduction et le manteau environnant. Les différentes étapes de l’évolution d'une lithosphère en subduction dans le manteau terrestre correspondent à des événements géologiques qui seront enregistrés et potentiellement préservés. De plus, les données sismologiques (tomographie sismique, anisotropie sismique), provenant des zones de subduction, nous renseignent sur la diversité des géométries des panneaux plongeants en profondeur et des flux mantelliques. Cependant, la géologie de surface et la tomographie sismique ne nous permettent pas de comprendre l’évolution temporelle du comportement de la lithosphère dans le manteau et la dynamique associée. De plus, malgré un effort permanent sur la compréhension de la dynamique des zones de subduction, la viscosité de la lithosphère est encore mal connue: à présent, le rapport de viscosité entre la lithosphère en subduction et le manteau avoisinant utilisé atteint des gammes très larges, allant de 1 à l'infini, ce qui est insatisfaisant et ce qui laisse une grande liberté d'interprétation sur la dynamique interne de la Terre. Les travaux que j'ai conduits sur cette problématique durant la thèse permettent désormais de remédier à cette lacune. Mon approche scientifique a consisté en la combinaison de trois différentes méthodes de modélisation (analogique, semi analytique et numérique) afin de contraindre la rhéologie qui régit la déformation de la lithosphère et les flux mantelliques associés. Par l'étroite confrontation des prédictions (modèles) et les observations disponibles (données sismologiques pour l'essentiel), j'apporte de nouvelles contraintes sur le devenir d'une lithosphère en subduction dans le manteau, couplées avec une précision sur la structuration du manteau. Les résultats des modèles au regard des données géophysiques prédisent une lithosphère faiblement visqueuse (le rapport de viscosité entre la lithosphère et le manteau ne saurait excéder 100) qui atteint lors de sa descente dans le manteau la forme spécifique d'une méduse. Ce résultat majeur apporte une nouvelle interprétation sur l'origine des épanchements de lithosphère dans le manteau profond et une précision sur la stratification entre le manteau supérieur et le manteau inférieur faible pour permettre ainsi la pénétration de la lithosphère dans le manteau inférieur. Cette étude apporte de nouvelles données sur la compréhension de l’interaction entre le flux mantellique et la lithosphère. Composition du jury : Philippe DAVY Directeur de Recherche, Rennes 1 / président Saskia GOES Lecturer , Imperial College London / rapporteur Yanick RICARD Directeur de Recherche, ENS Lyon / rapporteur Luce FLEITOUT Directeur de Recherche, ENS Paris / examinateur Joseph MARTINOD Professeur, P. Sabatier Toulouse III / examinateur Neil RIBE Directeur de Recherche, IPG Paris / examinateur Jean BRAUN Professeur, J. Fourier Grenoble I / directeur de thèse Laurent HUSSON Charge de Recherche, Rennes 1 / co-directeur de thèse Djordje GRUJIC Professeur, Dalhousie University / invité Contact : Christelle LOISELET

Cette soutenance sera précédée de divers séminaires, également en salle de conférences du CAREN : 10h00-10h30 Slab bending and motion partitioning, Saskia Goes, Imperial College London 10h45-11h15 La dynamique de la subduction sous l'Amérique du sud et ses relations avec la cinématique régionale des plaques et la structuration andine, Joseph Martinod, LMTG Toulouse 11h15-12h00 Discussion Avec Luce Fleitout (ENS Paris), Neil Ribe (FAST, Paris), Yanick Ricard (ENS Lyon) et Philippe Davy (Geosciences Rennes)

Soutenance de thèse de Guillaume BIESSY


 Olivier Troccaz    07/12/2009 : 13:30
 Aucun    Agenda

gbiessy.jpg

Le lundi 7 décembre 2009, à 14h30, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1.

Le lundi 7 décembre 2009, à 14h30, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1. Quantification et caractérisation des mouvements verticaux aux courtes échelles de temps dans les zones dites stables Résumé : Les déformations de la surface de la Terre résultent de plusieurs processus géologiques, très étudiés aux frontières de plaques en raison de leurs fortes amplitudes. Leurs caractéristiques sont variées : amplitude, durée, périodicité et variabilité spatiale. Il existe cependant des zones dites stables où les déformations localisées ou diffuses sont moins importantes en amplitude mais non négligeables une fois cumulées sur de longues périodes de temps. L'objectif principal de cette étude est la quantification et la caractérisation des mouvements verticaux au sein de zones à faible taux de déformation aux courtes échelles de temps, avec plusieurs questions sous-jacentes. Quelle stratégie adopter pour mesurer précisément ces faibles déformations ? Comment extraire et filtrer les effets des différents processus dans un signal GPS de déformation ? Comment prendre en compte la surcharge océanique et ses effets locaux dans les traitements GPS ? Dans quelle mesure peut-on relier mouvements verticaux et variations hydrogéologiques ? Cette étude tente de répondre à ces questions tant du point de vue des processus étudiés que de la méthodologie employée. Afin de répondre à ces questions, nous nous sommes intéressés à deux zones : la Bretagne (France) et la plaine du Saïs (Maroc). Le site breton est situé sur une marge passive, à sismicité modérée, sujette à de fortes amplitudes de marées océaniques, et à l'aplomb d'un aquifère cristallin fracturé. La zone d'étude au Maroc est située entre les rides pré-rifaines et le Moyen Atlas, sismiquement actifs, et à l'aplomb d?un vaste aquifère profond et calcaire. Abstract: Deformation at the Earth surface results from various geological processes. They are well studied at plate boundaries because of their high amplitudes. These processes are various in terms of amplitude, acting time, periodicity and spatial variability. However, it exists some regions where deformations, localized or diffuse, have lower but significant amplitudes once cumulated over long time periods. The aim of the study is to quantify and to characterize the ground motion into these low deformation areas at short time scales (several years), with several questions. Which strategy do we have to adopt to measure precisely these low deformations? How do we extract and filter the effects of some processes? How must we take into account the ocean tide loading and its local effects in the GPS processing? How can we correlate vertical ground motions with hydrogeological variations in aquifer areas? This study will try to give some answers to these questions, in a methodological and in a process point of view. We propose to quantify and to characterize present day ground motions in two areas with low deformation rate: the South of Brittany (France) and the Saïs plain in Morocco. The Brittany area is located on a passive margin, with moderate seismicity and high ocean tide amplitudes. Moreover, it is located above a crystalline fractured aquifer of Ploemeur. The area in Morocco is located between the active regions of Rif and Mid-Atlas and above a large-scale deep limestone aquifer. Composition du jury : Marcia MAIA, Rapporteur, Chargée de recherche CNRS, IUEM Brest Pierre BRIOLE, Rapporter, Directeur de recherche, ENS Paris Jean Mathieu NOCQUET, Examinateur, Chargé de recherche, Géosciences Azur Nice Olivier BOUR, Examinateur, Professeur, Géosciences Rennes Olivier DAUTEUIL, Directeur de thèse, Directeur de recherche CNRS, Géosciences Rennes Frédérique MOREAU, Co-directrice de thèse, Maître de conférences, Géosciences Rennes Contact : Guillaume Biessy

Conférence ARBRE/ECOBIO de Jeff DOYLE


 Olivier Troccaz    04/12/2009 : 11:45
 Aucun    Agenda

jdoyle.jpg

Le vendredi 4 décembre 2009, à 12h45, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1.

Le vendredi 4 décembre 2009, à 12h45, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1. Paleopolyploidy and gene family evolution in soybean and related species Contact : Malika Aïnouche

Soutenance de thèse de Cécile LE LANN


 Olivier Troccaz    02/12/2009 : 08:00
 Aucun    Agenda

clelann.jpg

Le mercredi 2 décembre 2009, à 9h00, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1.

Le mercredi 2 décembre 2009, à 9h00, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1. Partage de la ressource au sein d’une guilde : des histoires de vie, comportements et réactions à la température contrastés Résumé : Dans cette thèse à l’interface entre l’écologie évolutive, comportementale et physiologique de l’insecte, trois hypothèses ont été testées : (i) pour partager une même ressource limitante, les espèces devraient présenter des stratégies différentes, (ii) la température devrait affecter les contraintes et les compromis entre traits comportementaux, physiologiques, morphologiques et d’histoire de vie des organismes, (iii) les niveaux de plasticité et de tolérance thermique devraient être sous sélection et dépendants du régime thermique rencontré. Nous avons étudié trois espèces de parasitoïdes du genre Aphidius (Hymenoptera : Aphidiidae) attaquant le puceron S. avenae. Ces espèces ont évolué dans des habitats variés et peuvent partager la ressource grâce à des stratégies de ponte différentes vis-à-vis du puceron. La température affecte les taux métaboliques de ces espèces ectothermes et modifie les contraintes physiologiques à la base des traits étudiés. Les individus ayant un métabolisme plus élevé ont une fécondité plus élevée au détriment d’une longévité réduite et inversement pour les individus ayant un taux métabolique plus bas. Le taux métabolique élevé serait une adaptation de ces populations à des climats froids, leur permettant de soutenir leurs processus physiologiques à basses températures. Enfin, les espèces étudiées présentent des tolérances reflétant leurs patrons d’activités saisonnières. Elles ont des adaptations physiologiques différentes pour tolérer et résister à des événements climatiques extrêmes opposés de types canicules ou gelées. Les potentialités d’adaptation de ces espèces sont discutées dans le contexte du changement climatique. Composition du jury : E. Desouhant, MC, Université de Lyon I Rapporteur A. Rivero, CR, IRD de Montpellier Rapporteur J-S. Pierre, Pr, Université de Rennes I Examinateur J. Ellers, Pr, VU University of Amsterdam, Pays-Bas Examinateur G. Boivin, Pr, Agriculture et Agro-alimentaire Canada Directeur de thèse J.J.M. van Alphen, Pr, Université de Rennes I Co-directeur de thèse J. van Baaren, MC, Université de Rennes I Contact : Cécile LE LANN

Soutenance d'HDR de Frédéric GUEYDAN


 Olivier Troccaz    27/11/2009 : 13:30
 Aucun    Agenda

fgueydan.jpg

Le vendredi 27 novembre 2009, à 14h30, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1.

Le vendredi 27 novembre 2009, à 14h30, dans la salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1. Rhéologie de la Lithosphère et Mécanique des Systèmes Tectoniques Composition du jury : Rapporteurs Mark HANDY - Freie Universitat, Berlin Jean Pierre BURG - ETH, Zurich Jean CHERY - Géosciences Montpellier Examinateurs Claudio FACCENNA - Univ. Roma 3, Rome Laurent JOLIVET - Orleans Jean Pierre BRUN - Géosciences Rennes Philippe DAVY - Géosciences Rennes Contact : Frédéric GUEYDAN

Séminaire de Nicolas Coltice


 Olivier Troccaz    19/11/2009 : 10:00
 Aucun    Agenda

elearning.jpg

Le jeudi 19 novembre 2009, à 11h00, salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1.

Le jeudi 19 novembre 2009, à 11h00, salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1. E-learning : un catalyseur de l'excellence académique Résumé : En 5000 jours, l'internet a mis à disposition 24h/24 et gratuitement une quantité d'informations équivalente à celle produite sur l'histoire de l'humanité. Le web modifie aussi profondément le rapport des jeunes générations au savoir et à l'apprentissage. Comment enseigner avec ces technologies ? Comment l'Université peut-elle en profiter pour prendre une nouvelle dimension dans la société ? Contact : Nicolas Coltice

Conférence de Jeffrey J. Doyle


 Olivier Troccaz    17/11/2009 : 12:00
 Aucun    Agenda

glycine.jpg

Le mardi 17 novembre, à 13h00, salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1.

Le mardi 17 novembre, à 13h00, salle de conférences du CAREN, campus de Beaulieu, UR1. Recent allopolyploidy in genus Glycine (Fabaceae): Comparative genomics-transcriptomics and evolution of Photosynthesis Résumé : Glycine (Fabaceae) includes the annual species soybean and its wild progenitor (G. max and G. soja) as well as approximately 26 perennial species of subgenus Glycine. The genus is a paleopolyploid, with 2n = 4x = 40 (38). In addition to "diploid" (2n = 38, 40) species, subg. Glycine also includes eight allopolyploid species (2n = 78, 80). We have used various nuclear and plastid DNA sequences to decipher the evolutionary history and origin of the polyploid species. Unlike all diploid species of subg. Glycine, which are confined to Australia, five of the polyploid species have colonized islands of the Pacific Ocean, some of them multiple times. Current research focuses on identifying commonalities among the allopolyploids, in the hope of eventually identifying a unifying feature underlying their ability to colonize. As expected, cell size is larger in polyploids than in diploids. In at least some cases, polyploids have a higher capacity for photoprotection (non-photochemical quenching). We are exploring this by transcriptome sequencing using the Illumina (Solexa) platform, initially on one allopolyploid and its diploid progenitor species. This approach has allowed us to survey expression at over 40,000 genes and to identify the contributions to expression in the polyploid from each of the two homoeologous copies contributed by its diploid progenitors. Different suites of genes are up-regulated under light-stress conditions in all three species, with the polyploid showing slightly higher expression than midparent predictions. Contact : Jeffrey J. Doyle