Histoire Carbonifère Permien du domaine intertropical : couplage cycles externes et internes


 AHLeGall    29/11/2019 : 22:55

Logo-SGF-1-300x139.jpg

28-29/11 : REUNION DE LA SGF (SOCIETE GEOLOGFQUE DE FRANCE)

La réunion spécialisée de la SGF intitulée "Histoire Carbonifère Permien du domaine intertropical : couplage cycles externes et internes" est organisée par Géosciences Rennes les 28 et 29 novembre 2019 en salle de conf de l'OSUR.


>>> En savoir plus >>>


Nov2020



Contact OSUR
Sylvie Bourquin (Géosciences Rennes) / @


Zones de déformation précambriennes dans les régimes tectoniques en compression: une perspective numérique en relation avec le bassin de l'Athabasca et sa minéralisation d'uranium


 AHLeGall    29/11/2019 : 22:55

thesard.jpg

29/11 : SOUTENANCE DE THESE DE Jonathan Poh Jing Cun (Géosciences Rennes)

Le vendredi 29 novembre 2019 à 14:00, salle de conf OSUR (Bât.14B, Campus de Beaulieu, Université de Rennes 1), Jonathan Poh Jing Cun soutient sa thèse intitulée "Zones de déformation précambriennes dans les régimes tectoniques en compression : une perspective numérique en relation avec le bassin de l'Athabasca et sa minéralisation d'uranium"

Devant le jury composé de :

  • Taras GERYA : Professeur, ETH Zürich / rapporteur
  • Laurant GUILLOU-FROTTIER : Ingénieur-chercheur, HDR, BRGM Orléans / rapporteur
  • Muriel GERBAULT : Enseignant-chercheur, IRD, GET, Marseille / examinatrice
  • Kerry GALLAGHER : Professeur, Géosciences Rennes / examinator
  • Thibault DURETZ : Chargé de recherche, CNRS / invité
  • Denis GAPAIS : Directeur de recherche, Géosciences Rennes / invité
  • Philippe YAMATO : Professeur, Géosciences Rennes / directeur de thése
  • Patrick LEDRU : VP Exploration, Orano Canada Resources Inc. / co-directeur de thèse



Résumé: Zones de déformation précambriennes dans les régimes tectoniques en compression: une perspective numérique en relation avec le bassin de l'Athabasca et sa minéralisation d'uranium
Les deux modes de déformation apparaissant au cours de l’évolution de la Terre peuvent être classés en fonction de leurs spécificités structurales et tectoniques, de l’âge des provinces géologiques et de la résistance lithosphérique associée. Au vu du contraste entre ces deux styles de déformation, l’héritage structurel pourrait impacter la localisation de futur gisements minéraux. L’idée d’appliquer cette idée au bassin d’Athabasca et à la genèse de dépôts d’uranium a été suggérée. Ces gisements reposent au sein d’un large couloir structural à l’extrémité Est du bassin d’Athabasca. Ces structures ont été interprétées comme résultant d’une orogenèse Paléoprotérozoique majeure, l’orogenèse Trans-Hudson (2,07 à 1,79 Ga). Afin d’examiner la pertinence de ces structures héritées et leur rôle dans le dépôt des minéraux, j’ai utilisé des méthodes numériques classiques pour tester des modèles tectoniques de configurations variables. Ce travail de thèse se présente en trois parties. Dans la première partie, je tente de mieux comprendre les conditions physiques nécessaires à la génération de structures telles que le couloir structural. J’ai caractérisé deux grands modes de déformation crustale et vérifié la faisabilité physique d’un modèle proposé récemment (tectonique «Pop-down »). Le but de la seconde partie est d’identifier une transition entre deux grands modes de déformation tectonique vus au cours de l’histoire de la Terre. Pour cela, j’ai testé les quatre paramètres (taux de déformation, profil thermique, rhéologie de la croûte et dégagement de chaleur radiogénique) contrôlant la résistance de la lithosphère. Les résultats indiquent qu’une telle transition existe et peut être liée, au premier ordre, à la résistance de la croûte. Dans la dernière partie, j’examine le rôle de ces structures héritées dans la préparation de l’environnement géologique des gisements minéraux. Ce travail a été réalisé à l’aide de la modélisation couplée du transport de chaleur et de fluides. Les résultats suggèrent que les structures héritées ont joué le rôle de conduits de chaleur et de fluides, facilitant le mélange des fluides par convection. Ce processus a été identifié comme essentiel dans la minéralisation de l’uranium. Ces résultats indiquent l’importance des structures héritées d’orogenèses précédentes dans le dépôt des ressources minérales. De futures recherches nécessitent de passer à l’échelle de la province afin de mieux caractériser ces structures anciennes héritées ainsi que de potentielles anciennes limites de plaques tectoniques.

Abstract: Precambrian deformation zones in compressive tectonic regimes: A numerical perspective in relation to the Athabasca Basin and its implication to uranium mineralisation
The two tectonic styles that occur throughout the Earth's evolution can be categorised based on their structural and metamorphic specificities, age of the geological localities and the strength of the associated lithosphere. With such contrasting deformation profiles, the extent of the structural inheritance would impact the location for future mineral deposits. This was suggested to apply to the Athabasca Basin and the genesis of the uranium deposits. These deposits resided within a large structural corridor at the eastern extent of the Athabasca Basin. The genesis for these structures was interpreted to be a product from a major Paleoproterozoic orogen, the Trans-Hudson Orogeny (2.07 to 1.79 Ga). To investigate the relevance of these inherited structures and their role in mineral deposits, classical numerical techniques were used to verify tectonic models of varying configurations. This dissertation was conducted in three parts. The first part pertains to knowing the physical conditions required to generate structures that correlate to the structural corridor. Two broad crustal deformation styles were characterised and verified the physical feasibility of a recent tectonic model (Pop-down tectonics). The second part focused on identifying a transition between the two broad tectonic styles seen throughout the Earth's history. This was conducted with the testing of the four parameters (strain-rate, thermal profile, crustal rheology and crustal radiogenic heat production) essential to the strength of the lithosphere. Results indicate that such a transition exists and is linked to the maximum crustal strength at the first order. The final part focused on how the inherited structures aided in the preparation of the geological environment for mineral deposits. This part was conducted using fluid-thermal modelling techniques. Results suggested that the inherited structures operated as fluid-thermal conduits that facilitate the mixing of basinal and basement-hosted fluids with robust convection cells. This was identified as an essential process for uranium mineralisation. These findings indicated the significance of structural inheritance from preceding orogenic activities for mineral resources. Further exploration targeting would require an upscaling to provincial scale to further characterise these inherited ancients structures and potential paleo-plate boundaries.



Contact OSUR :
Jonathan Poh Jing Cun (Géosciences Rennes) / @

Concept d'anthropocène : intérêts et travers, vers la notion d' "intelligence environnementale"



anthropocene.jpg

21/11 : CONFERENCE semaine du développement durable inter campus

Jeudi 21 novembre à 18h30 (Beaulieu, amphi B), dans le cadre de la semaine du développement durable inter campus, Luc Aquilina (Géosciences) et Véronique Van Tilbeurgh (UR2, ESO) proposent une conférence intitulée "Concept d'anthropocène : intérêts et travers, vers la notion d' "intelligence environnementale" "


La Semaine du développement durable sur les campus de Rennes est organisée par le Collectif Rennais Inter-Campus pour le Développement Durable


Présentation
Notre époque est caractérisée par la place qu'ont pris les activités humaines en tant que premier agent géologique, ce qui lui a valu le nom d'Anthropocène. Cette notion, si elle permet d'identifier l'urgence environnementale, ne permet pas toujours de bien identifier les ressorts et les tensions en œuvre au sein de nos sociétés. Nous proposons à travers l'intelligence environnementale, un concept territorialisé d'approche participative et collective pour apporter des solutions durables.



Contact OSUR
Luc Aquilina (Géosciences Rennes) / @
Véronique Van Tilbeurgh (UR2, ESO) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @


Produits résiduaires organiques : Ingrédients clés de la bioéconomie circulaire ?


 AHLeGall    20/11/2019 : 22:55

logo_APIVALE-nov2019.jpg

19-20/11 : COLLOQUE APIVALE

Rennes accueille le colloque APIVALE 2019 qui se tiendra les 19 et 20 novembre 2019 sur le thème Produits résiduaires organiques : Ingrédients clés de la bioéconomie circulaire ?

 

La bioéconomie est fondée sur l'utilisation de biomasse issue de la photosynthèse plutôt que sur l’utilisation des ressources fossiles. Pour être durable cette bioéconomie doit adopter les principes de l'économie circulaire ; les coproduits d'une activité servent de ressources à d'autres activités ou contribuent au maintien de services écosystémiques.

Avec environ 300 millions de tonnes d'effluents d'élevages et 50 millions de tonnes de déchets produits chaque année, les produits résiduaires organiques (PRO) issus de l'agriculture et des industries agroalimentaires constituent des ressources considérables en carbone, azote et phosphore à l’échelle nationale. Aujourd’hui, ils sont principalement utilisés directement ou après transformation pour la fertilisation des sols agricoles. Si l’augmentation de l’efficience de cette fertilisation reste un objectif majeur, le développement de filières innovantes pour une valorisation diversifiée de ces produits est une priorité de recherche croissante. L’objectif est de répondre aux enjeux énergétiques, de fertilisation et de production de molécules biosourcées tout en réduisant les fuites de contaminants et les émissions de polluants atmosphériques.

Dans cette perspective, ce premier colloque organisé par le GIS APIVALE abordera différentes thématiques relatives à la valorisation des PRO :

- la production d’énergie et de molécules biosourcées,

- la production et la valorisation de fertilisants et supports de culture,

- le bouclage des cycles biogéochimiques,

- la réduction des impacts environnementaux et sanitaires,

- l'évaluation de la durabilité des filières de valorisation.

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos propositions de communications pour l’une des thématiques ci-dessus selon le modèle ci-joint à l’adresse suivante : @. Vous trouverez également l’ensemble des informations et le modèle pour le résumé à l’adresse suivante : https://colloque-apivale.irstea.fr

L’appel à communication est ouvert jusqu’au 15 mai 2019.

 

Pour toute information complémentaire, contactez :

@

Apivalement vôtre !

Le comité d’organisation

Asma Allée, Irstea SG - Fabrice Béline, Irstea UR OPAALE - Jean-Yves Dourmad, INRA UMR PEGASE - Nadège Edouard, INRA UMR PEGASE - Melynda Hassouna, INRA UMR SAS - Emilie Jardé, CNRS-Université Rennes 1 UMR Géosciences - Caroline Le Maréchal, Anses - Thomas Lendormi,  UBS UMR IRDL - Brigitte Marchix, Irstea SG - Safya Menasseri, Agrocampus Ouest UMR SAS - Anne Trémier, Irstea UR OPAALE - Aurélie Wilfart, INRA UMR SAS



Contact OSUR
Emilie Jardé (Géosciences Rennes) / @



Nov2019


La ressource en eau en France à l’heure des Objectifs de développement durable : quelles trajectoires ?


 AHLeGall    20/11/2019 : 22:55

logo_futureearth.gif

19-20/11 : ATELIER FUTURE EARTH

Un atelier organisé par Future Earth est accueilli à l'OSUR les 19-20 novembre 2019 sous l'égide de l’Université de Rennes (UniR). Il est consacré à "La ressource en eau en France à l’heure des Objectifs de développement durable : quelles trajectoires ?"


Présentation
L’atelier rassemble environ 30 experts chercheurs ou professionnels du monde de l’eau et de secteurs en lien direct avec ce thème. Les participants sont invités à co-construire une ou plusieurs trajectoire(s) permettant d’atteindre l’objectif 2030, incluant l’identification d’options politiques, de transformations sociétales, d’innovations et des étapes pour y parvenir. L'objectif 2030 à atteindre est défini comme tel :

En France, d’ici à 2030, la disponibilité de la ressource en eau est assurée
durablement et équitablement pour les besoins naturels et humains tout en
préservant la qualité des eaux brutes grâce à des écosystèmes en bonne santé


Pour centrer les discussions et l’étendue thématique des trajectoires, l'atelier se concentre sur :
● Les trois forces motrices déterminantes pour notre capacité à atteindre l’objectif d’ici à 2030 : (i) les pollutions, (ii) les prélèvements, (iii) les altérations  hydromorphologiques et (iv) le changement climatique.
● Et les interactions entre ces forces motrices et les ODD, notamment Agriculture durable (ODD 2), Consommation et production durables (ODD 12), Villes et communautés durables (ODD 11), Energie (ODD 7) et Industrie, innovation et infrastructures (ODD 9).

Les participants sont invités à répondre aux questions suivantes :
● Quelles sont les synergies et les compromis entre l’objectif proposé, les forces motrices et les ODD ?
● Comment tenir compte de ces synergies et compromis dans le développement de trajectoires sociétales de développement durable pour atteindre l’objectif 2030 et la vision 2050 ?
● Quels ont été et quels pourraient être les obstacles principaux à la mise en place de ces trajectoires au sein de l’action politique, des entreprises, des villes et de
la société civile ?
● Quelles sont les options de politiques publiques et les leviers de transformations qui permettraient la réalisation des ces trajectoires ?



OSUR Programme1
OSUR Programme2




Contact
Vincent Virat (Future Earth Secretariat) / @


Contact OSUR
Nathalie Hervé-Fournereau (IODE) / @


Le CNRS… Quelle histoire !


 AHLeGall    12/11/2019 : 22:55

Logo80ANS_OR.jpg

12/11 : LES MARDIS DE L'ESPACE DES SCIENCES AVEC DENIS GUTHLEBEN

Le mardi 12 novembre 2019 à 20h30, une conférence grand public est donnée à l'Espace des sciences aux Champs Libres à Rennes

Le CNRS… Quelle histoire !

La conférence est proposée dans le cadre des Mardis de l'Espace des sciences, animée par Denis Guthleben, historien et attaché scientifique au comité pour l'histoire du CNRS et rédacteur en chef d'Histoire de la recherche contemporaine.


Présentation

Le CNRS célèbre ses 80 ans.

Il est né le 19 octobre 1939, dans les toutes premières semaines de la Seconde Guerre mondiale.

Si ce contexte de mobilisation militaire et scientifique a pesé sur sa création, l’établissement n’est cependant pas né ex nihilo. Il prend la suite d’un long cortège de réflexions et de réformes sur l’organisation de la recherche en France.

Ce parcours remonte aux dernières décennies du XIXe siècle et il est marqué par une grande campagne en faveur de la science, menée dans l’entre-deux-guerres par le prix Nobel de physique Jean Perrin.

Retour sur la genèse et les temps forts de l’histoire du plus grand établissement de recherche publique en Europe, de ses origines à nos jours…



Programme complet sur le site de l' Espace des sciences

Infos pratique
Réservation possible
Uniquement pour les abonnés de l'Espace des sciences, dans la limite des places disponibles


4ième Colloque d'Ecophysiologie Animale


 AHLeGall    30/10/2019 : 22:55

logo_CEPA4_2.png

28-30/10 : COLLOQUE FRANCOPHONE

Le 4ième Colloque d'Ecophysiologie Animale est organisé à Rennes par le labo ECOBIO du 28 au 30 octobre 2019. Il succéde aux trois premières éditions organisées en 2013 (Lyon), 2015 (La Rochelle) et 2017 (Strasbourg).


Evaluer et prédire les effets de l'environnement et des activités humaines sur les populations animales nécessite une meilleure compréhension des mécanismes physiologiques développés par les individus pour faire face à la variabilité de leur milieu. L'écophysiologie est une discipline dont l'objectif principal est l'étude de ces mécanismes. Elle s'appuie sur une approche intégrative, développée à plusieurs niveaux d'organisation biologique, du gène à la population.


Les thématiques de cette conférence francophone dédiée aux modèles animaux (terrestres ou aquatiques) sont :

- Les réponses écophysiologiques aux changements climatiques

- La physiologie environnementale

- L’écophysiologie du stress

- L'écologie des contaminants et l'écotoxicologie

- L'écophysiologie des interactions biotiques

- La plasticité phénotypique et traits d’histoire de vie

La date limite de soumission des propositions de communications orales et affichées est fixée au 31 juillet 2019.

Contacts pour plus d’information : @



>>> Plus d'infos sur le site dédié du colloque >>>


Contact OSUR
Hervé Colinet (ECOBIO) / @
David Renault (ECOBIO) / @


Evolution morphotectonique post-compressive de la chaîne des Pyrénées : altération et démantèlement d'une surface en cours de soulèvement


 AHLeGall    25/10/2019 : 21:55

thesard.jpg

25/10 : Soutenance de thèse Jessica Uzel (Géosciences Rennes)

Le vendredi 25 octobre 2019 à 14:00, salle de conf OSUR (Bât.14B, Campus de Beaulieu, Université de Rennes 1), Jessica Uzel soutient sa thèse intitulée "Evolution morphotectonique post-compressive de la chaîne des Pyrénées : altération et démantèlement d'une surface en cours de soulèvement"

Devant le jury composé de :

  • Carole PETIT : Professeure, Université de Nice / rapporteur
  • Jean-François RITZ : Directeur de Recherche CNRS, Université de Montpellier / rapporteur
  • Marc JOLIVET : Directeur de Recherche CNRS, Université de Rennes 1 / examinateur
  • Magali RIZZA : Maître de conférences, CEREGE / examinateur
  • Yves LAGABRIELLE : Directeur de Recherche CNRS, Université de Rennes 1 / directeur de thèse
  • Robert WYNS : Géologue chercheur, BRGM Orléans / co-directeur de thèse
  • Charlotte FILLON : Ingénieure Total, Centre Scientifique et Technique Total Pau / invité
  • Bernard MONOD : Géologue régional, BRGM Toulouse / invité



Résumé:

   L’histoire tardi- à post-compressive des Pyrénées est caractérisée par la formation d’une surface d’aplanissement dont les reliques sont aujourd’hui retrouvées au sommet de la chaîne. Cette surface a fait l’objet d’une littérature abondante dans laquelle les auteurs se sont appliqués à en caractériser la géométrie, l’extension ainsi que le mécanisme et l’âge de sa formation. Les études les plus récentes ont montré que la surface d’aplanissement s’était probablement formée en altitude au cours de l’intervalle Oligocène - Miocène supérieur. Cependant, cette altitude reste indéterminée.

   Ces travaux de thèse apportent un nouvel élément de caractérisation des reliques de la surface d’aplanissement en décrivant des profils d’altération soustractive préservés au niveau de ces surfaces. L‘altération d’échantillons collectés sous les surfaces reliques d’altitude a été datée par la méthode 40Ar/39Ar appliquée à des oxydes de manganèse potassiques. Un âge crétacé, cohérent avec l’âge du rifting pyrénéen au cours duquel les sommets de blocs basculés ont été émergés, ainsi qu’un âge quaternaire ont été obtenus. La lacune d’enregistrement de l’information géochronologique entre ces deux périodes est interprétée comme le résultat de la réactivation des profils d’altération liée au soulèvement de la chaîne au cours de la période post-compressive. Ces résultats montrent que l’altération a continué dans les Pyrénées jusqu’au Quaternaire.

   L’analyse géomorphologique du démantèlement de la surface, basée sur l’étude morphométrique des incision fluviales miocènes à actuelles des Pyrénées occidentales révèle l’implication d’un soulèvement de la chaîne, intervenu à partir du Miocène moyen. Ce soulèvement est confirmé pour la période actuelle par l’analyse d’un jeu de données InSAR. L’origine de ce soulèvement est discutée à l’échelle des plaques Afrique et Eurasie. Le soulèvement Miocène moyen à actuel des Pyrénées à l’origine du démantèlement de la surface d’aplanissement peut être expliqué par une propagation de la déformation engendrée au niveau des limites de plaques actives suite à une modification de la direction de convergence Afrique - Eurasie.

 

Abstract: Morphotectonic evolution of the Pyrenan range during the post-compressive period: weathering and dismantling of an uplifting planation surface

   The late to post-compressive evolution of the Pyrenees is characterized by the formation of a planation surface whose relics are observed today on top of the range. This surface is the subject of an abundant literature, where authors focused on the characterization of its geometry, extent and on the age and mechanism of its formation. The most recent studies showed that the planation surface probably formed at high elevation during the Oligocene - Upper Miocene interval. However, this elevation remains unconstrained.

   Our work brings a new qualifying element of the relics of the pyrenean planation surface, which is the description of subtractive weathering profiles developed on these surfaces. Weathering in samples collected below surface remnants was dated by the 40Ar/39Ar applied to potassic manganese oxides. A Cretaceous age, consistent with the timing of the Pyrenean rifting during which the top of tilted blocs surfaced, and a Quaternary age were obtained. The lack of geochronological information between those two ages is interpreted as a result of the reactivation of weathering profiles due to uplift during the post-compressive period. These results show that weathering continued until Quaternary times in the Pyrenees.

   The geomorphological analysis of the dismantling of the planation surface, based on miocene to present-day fluvial incisions analysis in the Western Pyrenees reveals the occurrence of an uplift of the range, which started during middle Miocene times. This uplift is confirmed for present-day by the analysis of a new InSAR dataset. The forcing mechanism of this uplift is discussed ar the African and Eurasian plates-scale. The middle Miocene to present-day uplift of the Pyrenees which provokes the dismantling of the planation surface may be explained by a propagation of the deformation from active plates boundaries toward intraplate areas caused by a reorganization of African - Eurasian plate motion.



Contact OSUR :
Jessica Uzel (Géosciences Rennes) / @

Halle Buffon : où en est-on ?


 AHLeGall    24/10/2019 : 08:23

Buffon2a.jpg

L'opération immobilière est financée dans le cadre du Contrat Plan Etat Région 2015-2020

PROJET BUFFON : Construction d’une halle expérimentale et réhabilitation du RDC du bâtiment 14A. Campus de Beaulieu, université de Rennes 1

Opération CPER 420 – 3 185 000 €

 

 

L'opération est financée dans le cadre du Contrat Plan Etat Région 2015-2020 : elle s’inscrit dans un projet global portant sur l’observation et la modélisation des dynamiques des paysages. Ce projet rassemble l'ensemble des partenaires de l'OSUR autour de problématiques environnementales et notamment l’observation des changements globaux (climatiques, érosion, pollution…) et de leurs conséquences.

La construction d’une halle expérimentale reliée au bâtiment 14A ainsi que la réhabilitation complète du RDC Nord du bâtiment 14A vont permettre le développement des recherches expérimentales au service des sciences de l’environnement.

 

La maîtrise d’œuvre est assurée par GOSPEL Architectes, architecte de conception et de réalisation basé à Saint-Jacques-de-la-Lande, qui est le mandataire, et les bureaux d’études BEC Ingénierie, TCE Ingénierie et Ty Eco2, qui sont co-traitants.

 

Enjeux pour la recherche

La présente opération s’inscrit dans le projet CPER recherche « Environnement Continental : observation et modélisation des dynamiques des paysages » qui s’appuie sur la modélisation des systèmes complexes en environnement.

L’objectif du projet consiste en la description des impacts des changements globaux (changement climatique, changement d’usage des sols, érosion, pollution…) sur l’évolution des paysages et la biodiversité. Ce projet de recherche intègre la compréhension des processus d’évolution des écosystèmes aux différentes échelles d’organisation (molécules, gènes, espèce, communauté, paysages, bassins versants).

La construction de la halle expérimentale va permettre la mise en place d’un lieu de recherche et de formation de haut niveau dédié aux recherches interdisciplinaire menées à Rennes en expérimentation et modélisation des systèmes complexes que sont les paysages. Ce dispositif sans équivalent national va donner une visibilité et une attractivité aux recherches menées à Rennes.

Actuellement, Rennes ne présente aucune infrastructure adaptée à l’expérimentation d’envergure. Les surfaces expérimentales sont éparpillées ou obsolètes. Cette situation est un frein conséquent aux développements des approches expérimentales et en particulier aux recherches aux interfaces disciplinaires qui permettent de comprendre et prédire les phénomènes environnementaux complexes.

Par ailleurs, la demande sociétale est forte pour que la recherche académique fournisse des résultats et scénarios permettant d’éclairer les choix en matière de développement durable des territoires, des ressources et de la biodiversité. Cette demande de halle vise aussi à répondre à ces attentes.

 

 

La philosophie du projet

Enjeux énergétiques et démarche environnementale

La performance énergétique des constructions est aujourd’hui l’un des principaux enjeux de la conception et de la réalisation des bâtiments, neufs ou réhabilités. D’autant plus sur ce projet puisque la halle expérimentale s’inscrit dans un programme de recherche sur « l’observation et modélisation des dynamiques de paysage et des systèmes complexes en environnement afin de décrire les impacts des changements globaux sur l’évolution des paysages et de la biodiversité». La question environnementale de l'opération ne se pose donc pas seulement sur la performance énergique du bâtiment lui-même mais aussi sur l’ensemble du processus, de la conception puis la réalisation et enfin son exploitation qui doit répondre à une exigence de développement durable et responsable.

 

Les orientations du projet

Outre les enjeux programmatiques, d’usage et de performance du bâtiment, l’implantation et l’insertion de la future halle dans un environnement dense, répond à des enjeux urbains et paysagers forts. Au coeur de la "croix verte" du campus de Beaulieu, la halle expérimentale va en effet à la fois « dialoguer » avec les bâtiments existants tout en affirmant une identité spécifique et novatrice. Sa composition architecturale propose une « vitrine » pour les activités de recherche que la halle accueillera tout en participant à la composition de perspectives structurantes à l’échelle du campus de Beaulieu.

L’insertion et la valorisation de la composition paysagère existante est l’un des enjeux du projet ainsi que l’accompagnement du réseau de déplacement en mode « doux ».

 

Que trouvera-t-on dans la Halle ?

Le projet immobilier prévoit :

  • des espaces expérimentaux : pôle d’expérimentation d’écologie des sols, des chambres climatiques, un pôle gaz, un pôle granulaire, rayon X (tomographie)
  • des ateliers techniques communs mutualisés : pôle de développement technique en métrologie/calibration, développement de prototypes ; un dispositif de nappes battantes
  • des espaces de stockage et de gestion des moyens de terrain : chambres froides, espaces de stockages temporaires, vestiaire, parking fermé…
  • une salle de travail partagée
  • des locaux réhabilités (RDC du bâtiment 14A) : pôle d’expérimentation en microbiologie

La halle va permettre de concevoir des dispositifs expérimentaux d’échelle intermédiaire entre la « paillasse » et l’observation sur le terrain : autrement dit, réaliser des mésoscosmes contrôlés, qui permettent donc de se rapprocher au plus près des conditions du milieu naturel tout en permettant d’en contrôler certains paramètres.

Parmi les projets emblématiques de la Halle Buffon, à titre d’exemple, il y a le dispositif expérimental dit de « nappe battante ». La plateforme expérimentale « outdoor » DEMEETER (Dispositif Expérimental de Modulation du niveau d’Eau dans les Ecosystèmes TERrestres) vise à simuler les variations de niveau d’eau dans les sols et étudier leurs effets sur les écosystèmes terrestres. Elle a vocation à permettre le développement de travaux novateurs sur les interactions Sol-Eau-Air-Biodiversité. Ces mésocosmes à nappe battante constitueront ainsi un nouvel outil d’échelle métrique permettant de faire le lien entre les observations et mesures à l’échelle du paysage et les études mécanistiques en microcosmes /réacteurs de laboratoire. Ce dispositif sera installé à l’ouest de la Halle, relié au futur bâtiment par un tunnel technique.

Illustration Demeeter

 

Le calendrier des travaux

La durée des études est estimée à 48 semaines. 8 semaines seront ensuite nécessaires à l'appel d'offres (publication, visite, analyse, notification). Enfin, le chantier est envisagé sur une cinquantaine de semaines.

Le top départ a été donné en septembre 2019. Sauf vicissitudes inhérentes à ce type de projet…, la livraison du bâtiment doit donc se faire début 2022 !

Calendrier prévisionnel :

  • esquisse mi-septembre : 2019
  • obtention des diverses autorisations : fin juin 2020
  • consultation : juillet à septembre 2020
  • analyse des offres et notifications : octobre 2020
  • préparation du chantier : novembre et décembre 2020
  • travaux : début en janvier 2021
  • livraison : janvier 2022

 

 

En conclusion, le projet en quelques concepts-clés

Le respect du schéma urbain originel de Louis Arretche (architecte et urbaniste français qui a conçu pour l’Université de Rennes 1 au milieu des années 1960, le campus de Beaulieu, le campus de Villejean, la Fac de Droit et la Station Biologique de Paimpont :

  • une implantation prolongeant les alignements urbains est-ouest et nord-sud
  • un gabarit de 15m de large identique aux bâtiments existants
  • un volume simple, rectiligne, rythmé par la trame des poteaux en rappel de l’architecture de Louis Arretche

 

Volume capable et espaces d’usage :

  • définition usuelle d’une halle : « grand espace couvert abritant des activités diverses »
  • la halle conçue comme un «volume capable», vaste espace libre de toutes contraintes structurelles et protégé des intempéries par une enveloppe légère étanche à l’eau
  • sur le principe des « boites dans la boite », les espaces d’usage sont librement implantés dans la halle en fonction des besoins du programme
  • l’ossature et l’enveloppe de ces volumes intérieurs sont conçues pour répondre aux exigences d’isolation, d’étanchéité et de confort d’usage définies au programme
  • les locaux de la zone «chauffée» sont regroupés en partie centrale libérant des espaces non chauffés mais abrités aux deux extrémités de la halle.

 

Une plateforme technologique flexible, modulable et innovante :

  • indépendants de la structure principale et constitués d’une ossature légère, les volumes intérieurs pourront être transformés aisément pour répondre aux évolutions des conditions de recherche
  • le volume intérieur libre de 7,50m s‘adapte à toutes les configurations souhaitées pour les locaux de recherche
  • des mécanismes de « volets » intégrés aux panneaux de façade permettront la création d’ouvertures en fonction des modifications d’usage.

 

Des matériaux durables, modulables et performants :

  • une structure principale métallique alliant capacité portante et légèreté
  • une enveloppe constituée de panneaux translucides en polycarbonate 100% recyclable assurant l’étanchéité à l’eau, la modularité et l’animation des façades
  • des volumes intérieurs en ossature bois, rempli de la laine de bois et intégrant les différentes fenêtres et portes isolées, permettant de supprimer la quasi-totalité des ponts thermiques

 

Un référentiel Energie-Carbone respecté :

  • limitation des déperditions par une enveloppe fortement isolée, continue et étanche à l’air
  • des apports solaires optimisés par la présence d’un «espace tampon» entre l’enveloppe principale et les volumes secondaires, limitant les différentiels de température entre espaces chauffés et extérieur
  • accès à la lumière naturelle depuis les façades translucides et les puits de lumière en partie centrale
  • ventilation naturelle des espaces de circulations.

 

En résumé : une halle expérimentale au service de l’ «l’intelligence environnementale» !




Buffon1a
Plan de masse (campus de Beaulieu)



Buffon2a
Vue côté nord-est



Buffon3a
Vue côté ouest



Buffon4a
Vue intérieure mezzanine



Buffon5a
Coupe longitudinale





Contact
Christophe Collin (Direction de l’Immobilier et de la Logistique - DIL) / @

Contact OSUR
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @


SoilMan - Soil Biota driven Ecosystem Services in European Agriculture


 AHLeGall    23/10/2019 : 21:55

SoliMan_biodiversa.png

22-23/10 : Conference, Thünen-Institute Braunschweig, Germany

ECOBIO est partenaire du colloque organisé par le Thünen-Institute Braunschweig les 22 et 23 octobre 2019 "Soil Biota driven Ecosystem Services in European Agriculture". Le projet SoilMan cible les services écosystémiques liés à la diversité du biota du sol en contexte agricole.


L'Université de Rennes 1 est partenaire avec :
Alexandra Langlais (IODE),  Michel Renault (CREM), Daniel Cluzeau, Annegret Nicolai et Morgane Hervé (ECOBIO)

>>> Pour en savoir plus : le site dédié du colloque >>>



Contact OSUR
Annegret Nicolai (ECOBIO, Station biologique de Paimpont) / @