Inputs on the onshore/offshore active tectonics of the longitudinal valley suture zone (Eastern Taiwan)


 AHLeGall    20/09/2019 : 21:55

deffontaines.jpg

20/09 : SEMINAIRE GEOSCIENCES DE Benoît Deffontaines (Université Paris-Est Marne-La-Vallée)

Le vendredi 20 septembre 2019 à 10:30, en salle de conf de l'OSUR (campus de Beaulieu, bât.14B), Benoît Deffontaines propose un séminaire intitulé "Inputs on the onshore/offshore active tectonics of the longitudinal valley suture zone (Eastern Taiwan)"


Cette présentation est proposée dans le cadre du cycle des séminaires de Géosciences Rennes


20sept2019

Contact OSUR :
Joris.Heyman (Géosciences Rennes) / @
Thibault Duretz (Géosciences Rennes) / @


Une cybermomie de chat à découvrir au Musée des Beaux-Arts de Rennes


 AHLeGall    19/09/2019 : 07:28

cybermomie.jpg

Vieille de 2500 ans, une momie de chat égyptienne conservée à Rennes a été passée au scanner des technologies numériques.

Vieille de 2500 ans, une momie de chat égyptienne conservée à Rennes a été passée au scanner des technologies numériques. Le résultat a révélé plus d'une surprise. À l'occasion des Journées européennes du Patrimoine 2019, les scientifiques dévoileront au musée une impression 3D transparente de la momie, et animeront des ateliers permettant au public de visualiser et de manipuler virtuellement le contenu étonnant de cet objet archéologique.

Le travail de recherche réalisé sur la momie de Rennes, fruit d’une collaboration interdisciplinaire (programmes INTROSPECT et MAHES), combine des technologies d’imagerie médicale avec des méthodes d’interactions 3D et d’impression 3D avancée par mélange de résines. Il a permis de révéler, de manière non destructrice, la nature interne de la momie.

L’opération « Chat Alors » a été menée conjointement par l’Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires (IRISA) et l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), en collaboration avec le musée des Beaux-Arts de Rennes, les entreprises ImagET, BCRX (Mordelles) et CAD’Indus (Mulhouse). Les partenaires scientifiques sont les unités mixtes de recherche ASM et CReAAH de l'OSUR, avec notamment Grégor Marchand et Jean-Baptiste Barreau.

>>> Pour en savoir plus sur la cybermomie du chat >>>
>>> Pour en savoir plus sur INTROSPECT et l'implication des archéologues du CReAAH, lire : INSIDE : le numérique, avenir de l’archéologie ? >>>


Objectifs de Développement Durable (ODD) : contraintes & opportunités pour les scientifiques


 AHLeGall    18/09/2019 : 21:55

Guide-ODD-métiers-ESR_web_1.1-1_Page_001_Image_0017_.jpg

18/09 : CONFERENCE GRAND PUBLIC / UniR (PROJET UNIVERSITE DE RENNES)

En 2015, l'ONU a défini une série d'objectifs à atteindre d'ici 2030, les Objectifs de Développement Durable : "17 objectifs pour sauver le monde".

" Les ODD nous donnent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. Ils répondent aux défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés, notamment ceux liés à la pauvreté, aux inégalités, au climat, à la dégradation de l’environnement, à la prospérité, à la paix et à la justice. Les objectifs sont interconnectés et, pour ne laisser personne de côté, il est important d’atteindre chacun d’entre eux, et chacune de leurs cibles, d’ici à 2030."

En quatre ans, ces ODD se sont imposées comme une référence pour tous les pays et pour toutes les organisations. Ils deviennent désormais un sujet de questionnement pour les citoyens et les décideurs auquel la communauté scientifique ne peut échapper. Comment se situer en tant que scientifiques par rapport à ces objectifs ? Faut-il contribuer explicitement ou indirectement à ces objectifs ? Les ODD remettent-ils en question l'équilibre et les synergies entre les développements disciplinaires et la recherche finalisée ? Au-delà de la réflexion sur l'évolution de nos missions, les ODD invitent plus globalement à repenser la place du scientifique dans la société, aussi bien en tant que scientifique, qu'en tant qu'expert, ou comme simple citoyen.


Mais si la question est d'abord scientifique, la question des ODD concerne aussi l'enseignement et les formations proposées aux étudiants - qui sont particulièrement sensibles à ces enjeux ! - et in fine à leur insertion professionnelle.

Pour aborder ces questions, les établissements engagés dans le projet Université de Rennes organisent, le 18 septembre 2019, une conférence intitulée " Objectifs de Développement Durable: contraintes & opportunités pour les scientifiques" animée par Thierry Lebel, directeur de recherche à l’IRD (Institut de recherche pour le développement) et Ghislain de Marsily, président du conseil de l’OSUR, hydrologue membre de l’Académie des sciences, suivie d'une table-ronde animée par Anne Roy, journaliste à l'AEF.



-----------------------------------

ATTENTION : inscription gratuite mais obligatoire pour la conférence !

Organisation de la journée

Matinée : ouvert àu grand public

10h00 : Accueil au Diapason

10h15 – 10h30 : Mot d'accueil d’Olivier David, président de l'Université Rennes 2 et  porte-parole du projet Université de Rennes, présentation de la matinée par Jean-Raynald de Dreuzy, directeur de l'OSUR
>>> Lien vers la vidéo >>>

10h30 - 11h30 : Conférence de Thierry Lebel et Ghislain de Marsily

Thierry Lebel
« Les ODD sont-ils des prescripteurs de recherche pertinents ? »
>>> Lien vers la vidéo >>>

En tant qu'hydro-climatologue, Thierry Lebel s'est intéressé très tôt aux ODDs. Il a développé une réflexion sur leur pertinence et leur limite en tant que chercheur.



DeMarsily
« La pluridisciplinarité voulue par les ODD : une chance pour la planète ? »
>>> Lien vers la vidéo >>>

Académicien, Ghislain de Marsily a été récemment sollicité par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche pour réfléchir aux synergies  et antagonismes entre les ODDs

11h30 - 12h30 : Table-ronde animée par Anne Roy, journaliste à l'AEF

* Ghislain de Marsily (Académie des sciences)
* Thierry Lebel (IRD)
* Rozenn Texier-Picard (ENS Rennes)
* Camille Bouchez (Université de Rennes 1)
>>> Lien vers la vidéo >>>

Ronde



Présentation de la vidéo "Rendre visible le monde invisible des eaux souterraines" réalisée dans le cadre de l'appel à projets des 80 ans du CNRS
80ansCNRS






Après-midi : séminaires en comité restreint

14h00 -16h00 : 4 Ateliers de réflexion
Eau et biodiversité, Santé et environnement, Gouvernance et démocratie, Matériaux/innovations/infrastructures)

16h00 - 17h00 : Synthèse des discussions, perspectives pour le projet d’Université de Rennes





Pour en savoir plus sur les ODD dans l'ESR
>>> Objectifs de développement durable, quelles contributions des métiers de l'ESR en France? >>>
>>> Urgence climatique : universités et grandes écoles mobilisées aux côtés des étudiants pour la réalisation des 17 ODD >>>
>>> L'Université de Rennes 1 s'associe à la tribune publiée le 8 juillet 2019 par la Conférence des présidents d'université, la Conférence des grandes écoles et la Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs >>>


Contact OSUR
Jean-Raynald de Dreuzy (Directeur de l'OSUR) / @
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR) / @


International Meeting: Megaliths of the World


 AHLeGall    14/09/2019 : 21:55

logo_Megaliths-of-the-World.png

9-14/09 : COLLOQUE

Les premières Rencontres Internationales sur les Mégalithes dans le Monde se tiendront du 9 au 14 septembre 2019 à l’Historial de Vendée (Les Luc-sur-Boulogne, Vendée).

Elles comprendront une cinquantaine d’interventions invitées de la part d’intervenants du monde entier, et une vingtaine de posters et courtes présentations d’actualités. L’accès à ces rencontres nécessite une pré-inscription, le nombre de places étant limité. Les formulaires correspondants peuvent être téléchargés sur le site web du colloque, et sont à retourner avant le 30 juin 2019.


Contact OSUR
Luc Laporte (CReAAH) / @


Vues d'Europe : élections européennes et enjeux de la transition écologique, des inégalités et de la crise migratoire


 AHLeGall    13/09/2019 : 21:55

Affiche-colloque-Vues-d-europe-final.jpg

13/09 : WORKSHOP INTERNATIONAL

Nous avons le plaisir de vous adresser le programme du workshop international « Vues d'Europe : élections européennes et enjeux de la transition écologique, des inégalités et de la crise migratoire ». Cette première rencontre du projet de recherche pluriannuelle et interdisciplinaire Union européenne et démocratie à l’aune de transition écologique, des inégalités et de la crise migratoire est organisée par les UMRs-CNRS ARENES et IODE avec le soutien du GIS EUROPE de Rennes. Elle se déroule le 13 septembre 2019 à Science Po Rennes, 104 bd de la duchesse Anne. L'entrée est libre de droits.

Préalablement à cette rencontre, deux conférences sur l'environnement seront présentées par nos collègues européens à la faculté de droit et de science politique (9 rue Jean Macé Rennes) :

- Mercredi 11 septembre de 16h15-18h15 : La gouvernance internationale de la biodiversité marine de l'Arctique par Mar Campins, Chaire Jean Monnet EU Environmental Law de l'Université de Barcelone.

- Jeudi 12 septembre de 10h-12 : People cases Climate : Carvalho & Ali/European Parliament & Council par Gerd Winter de l'Université de Bremen.


>>> En avoir plus >>>




Contact OSUR
Nathalie Hervé-Fournereau (IODE) / @


Science participative : effet de mode ou outil moderne ? De Vigie-nature à 65 Millions d'Observateurs


 AHLeGall    13/09/2019 : 21:55

romain_julliard.jpg

13/09 : SEMINAIRE ECOBIO DE ROMAIN JULLIARD (MNHN)

Dans le cadre des séminaires ECOBIO, Romain Julliard propose le vendredi 13 septembre à 13h (salle de conf OSUR) un séminaire intitulé "Science participative : effet de mode ou outil moderne ? De Vigie-nature à 65 Millions d'Observateurs"

Résumé:

Mis en place dans les années 2000, Vigie-nature (www.vigienature.fr) a trois objectifs : alimenter en données un projet de recherche sur le devenir de la biodiversité face aux changements globaux ; permettre aux participants de développer des compétences autour des enjeux de biodiversité ; produire des indicateurs pour la puissance publique à différentes échelles spatiales. Pour y répondre, Vigie-nature s’appuie sur des protocoles standardisés d’observation proposés à différents publics répondant à des projets spécifiques et produisant des données structurées. Ces protocoles exigeants pour le participant semblent paradoxalement plus engageants que des dispositifs d’observation peu contraints (hypothèse de l’ « expérience optimale », cf les travaux de M. Csíkszentmihályi). Notre expérience souligne également l’importance du partage des données structurées entre participants afin de leur permettre de s’imiter, de s’entraider et de se contrôler les uns les autres. C’est un processus très puissant de contrôle-qualité. L’animation des projets de sciences participatives est évidemment essentielle et distribuée à différents niveaux d’organisation qu’il s’agit d’articuler. En particulier, le niveau local (relais locaux qui vont de l’échelle du quartier à celui de la région) est sans doute le plus efficace et là où se trouve les ressources humaines d’animation. Il s’agit de proposer les outils d’animation appropriés à ces échelles et de permettre la circulation de données structurées entre ces niveaux. C’est l’un des principaux objectifs de l’infrastructure pour les sciences participatives que met en place le projet « 65 millions d’Observateurs ».

Affiche Seminaire ECOBIO 13sept2019


Contact OSUR

Animation ECOBIO / @


Les sciences participatives, Pour qui ? Pour quoi ? Comment s'impliquer ?


 AHLeGall    12/09/2019 : 21:55

bandeaufacebook-12sept.jpg

Dans le cadre du projet "Agir pour la Biodiversité en Brocéliande" , la station propose une soirée-rencontre autour des sciences participatives le jeudi 12 septembre de 20h à 22h au Théâtre le grillon (Bréal-sous-Monfort).

Dans le cadre du projet "Agir pour la Biodiversité en Brocéliande" , la station propose une soirée-rencontre autour des sciences participatives le jeudi 12 septembre de 20h à 22h au Théâtre le grillon (Bréal-sous-Monfort).

Dans le cadre du projet "Agir Pour la Biodiversité en Brocéliande", venez découvrir les sciences participatives, une façon d'impliquer tout le monde à l'observation de la biodiversité, au cours d'une soirée grand public réunissant des experts du domaine. Gratuit, entrée libre, dans la limites des places disponibles

  1. Définition des sciences participatives
  2. Programme de la soirée
  3. Résumé des présentations
  4. Informations sur les intervenants
  5. Agir Pour la Biodiversité en Brocéliande


Définition des sciences participatives

Définition des sciences participatives : Parfois appelées sciences citoyennes ou sciences collaboratives, les sciences participatives dans le domaine de la biodiversité regroupent principalement « des programmes de collecte d’informations impliquant une participation du public dans le cadre d’une démarche scientifique » (Collectif national des Sciences Participatives).

Apparues dans les pays anglo-saxons au début du XXe siècle, les sciences participatives sont arrivées en France en 1989 avec le premier observatoire coordonné par le MNHN, le Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC). Depuis, plus de 200 projets ont vu le jour sur des centaines d’espèces, aussi bien à l’échelle nationale que locale.

Source : MNHN


Programme de la soirée

  • 20h00 : Accueil et présentation de la soirée par Olivier Norvez
  • 20h10 : Conférence introductive sur les sciences participatives et retour du programme national Vigie-Nature par Romain Julliard
  • 21h00 : Présentation de l'Observatoire Participatif des Vers de Terre par Daniel Cluzeau
  • 21h15 : Présentation de l'Observatoire Local de la Biodievrsité par le CPIE Forêt de Brocéliande
  • 21h30 : Discussions / questions
  • 22h00 : fin


Résumé des présentations

Science participative et suivi de la biodiversité terrestre : retour d’expérience de Vigie-nature
Par Romain Julliard

Vigie-nature (www.vigienature.fr) a trois objectifs : alimenter en données un projet de recherche sur le devenir de la biodiversité face aux changements globaux ; permettre aux participants de développer des compétences autour des enjeux de biodiversité ; produire des indicateurs pour la puissance publique à différentes échelles spatiales. Pour y répondre, Vigie-nature s’appuie sur des protocoles standardisés d’observation proposés à différents publics. Notre expérience souligne notamment l’importance du partage des données entre participants afin de leur permettre de s’imiter, de s’entraider et de se contrôler les uns les autres. L’animation des projets de sciences participatives est évidemment essentielle et distribuée à différents niveaux d’organisation qu’il s’agit d’articuler. En particulier, le niveau local (relais locaux qui vont de l’échelle du quartier à celui de la région) est sans doute le plus efficace et là où se trouve les ressources humaines d’animation. Il s’agit de proposer les outils d’animation appropriés à ces échelles et de permettre la circulation de données structurées entre ces niveaux.


Présentation de l'Observatoire Participatif des Vers de Terre
par Daniel Cluzeau

Les vers de terre, ou lombriciens, sont indicateurs de la qualité des sols. Ils sont parmi les auxiliaires du sol les plus reconnus de par leur contribution à la fertilité des sols.
L’Observatoire Participatif des Vers de Terre a pour objectifs:
- de proposer un outil d’évaluation simplifiée de la biodiversité animale à l’aide des vers de terre, dans les sols agricoles ou naturels
- de rendre possible ces observations par divers publics à l’aide d’un protocole simplifié : agriculteurs, scolaires, naturalistes, chasseurs, jardiniers, gestionnaires de milieux naturels ou très anthropisés (sols urbains , technosols, …);
- d'établir progressivement des référentiels de ces macroorganismes du sol, grâce à la participation du plus grand nombre de personnes;


Présentation de l'Observatoire Local de la Biodiversité

Par CPIE Forêt de Brocéliande
Les projets « Observatoire Local de la Biodiversité » (O.L.B) s’inscrivent dans le cadre des sciences participatives mis en avant par l’Union Nationale des CPIE.
Initié en 2013 par le CPIE Forêt de Brocéliande, le projet a débuté en juin 2014 grâce à la participation d’observateurs volontaires sur le pays de Brocéliande et de Ploërmel.
L’Observatoire Local de la Biodiversité du CPIE Forêt de Brocéliande porte sur l'ensemble de la faune .
 


Informations sur les intervenants

Romain Julliard : Professeur en écologie au Centre d'Ecologie et des sciences de la Conservation (CESCO) du Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris, responsable scientifique du programme national Vigie-Nature


Daniel Cluzeau
: enseignant-chercheur en écologie et biologie du sol au laboratoire EcoBioSoil (ECOBIO, OSUR) de l'Université de Rennes 1, responsable du programme de l'Observatoire Participatif des Vers de Terre, Directeur de la Station Biologique de Paimpont.


CPIE Forêt de Brocéliande

Basé à Concoret, dans le Morbihan, le CPIE Forêt de Brocéliande mène depuis 1988 des actions d'éducation à l'environnement et d'accompagnement des territoires pour un développement local durable


Station Biologioque de Paimpont
La Station Biologique de Paimpont s'implique dans les sciences participatives [voir le lien] notamment via l'organisation de BioBlitz (inventaire éclair de la biodiversité), de formations (formation Maison Pour la Science) à destination de professeurs d'écoles, ou en tant que relais locaux sur des programmes comme Vigie-nature, l'Observatoire des saisons, ou l'Observatoire participatif du Paysage en Brocéliande.


Agir Pour la Biodiversité en Brocéliande

Ce café des sciences s'inscrit dans la programmation du projet "Agir pour la Biodiversité en Brocéliande - ABB" qui est un programme de sensibilisation et d'éducation à destination de plusieurs publics (scolaires, grand public, techniciens, élus, etc.) afin de mettre en place des outils pour comprendre et gérer la biodiversité du territoire.



Contact OSUR
Olivier Norvez (Station biologique de Paimpont / @


The Jurassic evolution of the Tian Shan region (Central Asia): Geodynamic context and paleogeographic consequences


 AHLeGall    10/09/2019 : 21:55

thesard.jpg

10/09 : SOUTENANCE DE THESE DE JULIEN MORIN (GEOSCIENCES RENNES)

Le mardi 10 septembre 2019 à 10:00, dans la salle des thèses (Bât. 2A Campus de Beaulieu, Université de Rennes 1), Julien Morin soutient sa thèse intitulée "The Jurassic evolution of the Tian Shan region (Central Asia): Geodynamic context and paleogeographic consequences"

Celle-ci aura lieu en anglais devant un jury composé de :

  • Carole PETIT : Professeur, Université de Nice Sophia Antipolis, GéoAzur / rapporteur
  • Cari JOHNSON : Professeur, University of Utah / rapporteur
  • Karen WAGNER WEISE : Regional project leader, EQUINOR / rapporteur
  • Sophie LELEU : Maitre de conférences, Université de Bordeaux Montaigne, ENSEGID / examinateur
  • Martine SIMOES: Chargée de Recherche (CNRS), Institut Physique du Globe de Paris / examinateur
  • Yves LAGABRIELLE : Directeur de Recherche (CNRS), Université de Rennes 1 / examinateur
  • Jean-Claude RINGENBACH : Expert structuraliste, TOTAL SA CSTJF / invité
  • Marc JOLIVET : Directeur de Recherche (CNRS), Université de Rennes 1/directeur de thèse

Résumé:

La région intracontinentale du Tian Shan (Asie Centrale) est une zone clé pour comprendre l’évolution long terme des continents en général et de l’Asie en particulier. Si son évolution géodynamique paléozoïque et cénozoïque est assez bien comprise et caractérisée par une succession d’orogenèses, son histoire Mésozoïque reste quant à elle assez mal contrainte. Le Jurassique est une période particulière au sein de ce contexte globalement compressif. En effet, à la fin du Trias l’Eurasie était largement entourée par des zones de subductions conduisant à de l’extension au Jurassique inférieur – moyen au sein du domaine Caspien/Turan à l’ouest et à de l’extension Jurassique – Crétacé au sein des domaines Sibérie – Mongol à l’est. Néanmoins, l’évolution paléogéographique et cinématique Jurassique de la région du Tian Shan, correspondant probablement à une zone de relais entre ces deux domaines dominés par de l’extension, sont encore mal comprises.

Pour ce faire, nous avons mené des analyses sédimentaires sur différents bassins associés à la chaîne du Tian Shan et compilé les différentes données disponibles afin de caractériser l’évolution des environnements de dépôts et des conditions climatiques au cours du temps. En parallèle, nous avons effectué des études géomorphologiques et compilé les données de thermochronologie basse température pour reconstruire l’évolution paléotopographique de la région du Tian Shan.

Durant le Jurassique inférieur - début du Jurassique moyen, l’évolution topographique du Tian Shan était dominée par l’aplanissement progressif d’un relief Paléozoïque supérieur à Mésozoïque inférieur, localement réactivé par des évènements tectoniques éphémères. La sédimentation, dans les bassins bordants la chaîne et dans les bassins intra- montagneux était caractérisée par des dépôts alluviaux à lacustres déposés dans des conditions humides. Durant cette période, la région du Tian Shan était dominée par de la tectonique compressive à décrochante. A l’ouest, le Sinémurien – Pliensbachien marque le début de la sédimentation dans le bassin de Yarkand-Fergana. A cette période, une activité tectonique le long de la faille de Talas Fergana/Karatau conduisit à l’ouverture du bassin de Yarkand-Fergana sous forme d’hémi graben. L’extension, et donc l’ouverture du bassin, a persisté durant le Jurassique moyen. Ces épisodes de déformations et leurs chronologies ne peuvent pas être liés à la collision du bloc de Qiangtang, mais peuvent être associés à l’extension induite par la subduction de la Néo-Téthys affectant les domaines Caspien/Turan à l’ouest. Nous proposons que le champ de contrainte extensif induit par la zone de subduction de la Néo-Tethys ait également joué un rôle majeur en contrôlant l’évolution topographique et cinématique tardi Jurassique inférieur – moyen de la région du Tian Shan. Pendant la période tardi Jurassique moyen – Jurassique supérieur, peu d’indices de déformations existent dans le Tian Shan mais également dans les domaines Caspien –Turan. Nous proposons que la période de la fin du Jurassique moyen – début du Jurassique supérieur corresponde à une période de relative quiescence tectonique. Enfin, la transition Jurassique – Crétacé est marquée par une réactivation tectonique conduisant à l’inversion du bassin de Yarkand-Fergana et à la création de relief localisé dans la chaine du Tian Shan.


Abstract:

The strongly intracontinental Tian Shan region, in Central Asia represents a key area to understand the long term evolution of continents in general and Asia in particular. If its Paleozoic and Cenozoic geodynamics are well understood and characterized by a succession of orogenesis driven by accretion of continental blocks, its Mesozoic evolution remains poorly constrained. Within this largely compressive geodynamic setting, the Jurassic period corresponds to a peculiar time span dominated by widespread extension within the Caspian – Turan domain to the west and within the Siberian/Mongolian domain to the east. However, the Jurassic paleogeographic and kinematic evolution of the probable relay zone corresponding to the Tian Shan region is yet to be fully understood.

To do so, we conducted sedimentological analyses within several basins associated to the Tian Shan Range and compiled previously published sedimentological data in order to characterize the evolution of the depositional environments through time as well as to document climate conditions. In parallel, we conducted geomorphological analyses and compiled both detrital geochronology and low - temperature thermochronology data to describe the paleotopographical evolution of the Tian Shan area, especially constraining the location and the timing of relief building in the range.

During the Early to early Middle Jurassic, the topographic evolution of the Tian Shan Range was dominated by progressive planation of late Paleozoic to early Mesozoic relief, locally interrupted by short-lived tectonic uplift. Throughout the region, contemporaneous sedimentation was characterized by alluvial to lacustrine strata deposited under humid conditions. During this period, recurrent limited deformation events associated with strikeslip and compressive tectonics occurred. To the west of the Tian Shan, the Early Jurassic Sinemurian (?) – Pliensbachian marks the onset of sedimentation, at least in the northern Yarkand-Fergana Basin. At that time, renewed activity along the Talas- Fergana/Karatau fault led to the opening of the Yarkand-Fergana Basin as an half-graben. Continuous opening of this basin occurred during the late Early – Middle Jurassic. These episodes of deformation and their timing cannot be related to the far-field effects of the Qiangtang collision but could instead, be associated to the coeval subduction-related extension affecting the Caspian - Turan domains to the west of the Tian Shan area. We propose that this extensional stress-field, induced by the Neo-Tethys subduction, played a major role in driving the late Early to early Middle Jurassic tectonic and topographic evolution of the Tian Shan region. During the late Middle to early Late Jurassic, few evidences of deformation exist in the Tian Shan or within the Caspian – Turan domains. We propose that the late Middle – early Late Jurassic corresponded to a period of relative tectonic quiescence in the area. Finally, the Late Jurassic – Early Cretaceous transition was marked by a tectonic reactivation leading to the inversion of the Yarkand – Fergana Basin and to localized relief building in the Tian Shan.

Contact OSUR :
Julien Morin (Géosciences Rennes) / @


"Dis-moi ce que tu es, je te dirai ce que tu manges" : relier les outils dentaires des mammifères aux propriétés physiques de leurs aliments


 AHLeGall    06/09/2019 : 21:55

ghislain_thiery.jpg

06/09 : SEMINAIRE ECOBIO DE GHISLAIN THIERY (UNIV POITIERS)

Dans le cadre des séminaires ECOBIO, Ghislain Thiery présente ses travaux de recherche le vendredi 6 septembre à 13h (salle de conf OSUR) avec un séminaire intitulé "Dis-moi ce que tu es, je te dirai ce que tu manges" : relier les outils dentaires des mammifères aux propriétés physiques de leurs aliments"

Résumé:

L’accès aux ressources alimentaires est un facteur prépondérant à la survie des espèces animales. Dans le cas des espèces folivores ou frugivores, cela nécessite parfois d’accéder à des ressources protégées mécaniquement, par exemple par des fibres coriaces, une surface abrasive ou une coque dure. Chez les mammifères, ce sont les dents qui sont le plus souvent sollicitées contre ces protections. Au-delà de l’usure et des dommages causés par ces contacts répétés, la pression de sélection exercée par les plantes sur la dent peut conduire à l’émergence d’outils dentaires – c’est à dire d’adaptations de la dent à la consommation d’aliments résistants.

Dans le cadre de mon projet de recherche, j’étudie les outils dentaires des mammifères actuels à l’aide de la topographie dentaire, un outil analytique permettant de caractériser la géométrie de surface de la dent. Mon objectif est d’isoler les outils dentaires afin de les comparer entre les espèces. Dans un deuxième temps, j’explore les propriétés physiques des plantes consommées par ces espèces. A l’aide de testeurs mécaniques transportables, je mesure la dureté et la coriacité de plantes collectées directement sur le terrain.

Le but de cette récolte de données est de construire des modèles capables de prédire la niche physique fondamentale des mammifères actuels et fossiles, c’est à dire l’étendue des aliments qu’ils sont capables de consommer sans risque. De telles connaissances trouvent de nombreuses applications en écologie, en biologie de l’évolution, en conservation des espèces ou encore en paléontologie.




Contact OSUR

Animation ECOBIO / @


GRANITES: Magmatic differentiation, from mafic to felsic



affiche_granite_juillet2019.jpg

08-12/07 : COLLOQUE

Le colloque "GRANITES “magmatic differenciation” (du 8 au 12 juillet 2019, Roscoff, France) est la deuxième édition de l'école d'été GRANITES. En 2017, la première édition s'est tenue à Orléans et était consacrée aux transferts magmatiques en combinant les approches expérimentale et numérique. Après cette première édition très réussie, GRANITES s'ouvre au niveau international.

Cette 2e édition réunit des experts prestigieux de la différenciation magmatique avec des approches complémentaires : études de terrain, pétrologie expérimentale, géochimie, pétrophysique, modélisation, et géochronologie. Le format de cette université d'été est basé sur des cours complets (2 heures) suivis d'échanges moins formels. Des cours/séminaires exposeront l'histoire des idées ainsi que les résultats les plus récents. Des tables rondes suivront pour identifier les nouveaux défis d'une discipline historique. GRANITES accueille des doctorants et des post-doctorants ainsi que des chercheurs plus expérimentés.


>>> Le site dédié du colloque >>>


Contact OSUR
Erwan Hallot (Géosciences Rennes) / @