Comment l’érosion peut-elle générer de la sismicité ?


 AHLeGall    29/06/2020 : 08:59

philippe_steer_bandeau.jpg

Article dans SCIENTIFIC REPORTS

Première évidence du rôle des processus de surface sur la sismicité

Dans un article paru en juillet 2020 dans Scientific Reports, une équipe internationale menée par Philippe Steer et Louise Jeandet (Géosciences Rennes) montre que des évènements d'érosion intenses peuvent générer une augmentation de la sismicité.


Les tremblements de terre sont parmi les risques naturels les plus dangereux et les plus destructeurs. Une meilleure compréhension du déclenchement des tremblements de terre par la tectonique et par des processus externes est cruciale pour une évaluation plus réaliste des risques sismiques, en particulier dans les régions densément peuplées comme la côte ouest de Taïwan. Dans cet article, les chercheurs montrent qu'un seul événement d'érosion intense peut modifier de façon transitoire la sismicité d'une chaîne de montagne active. Ils ont concentré leur étude sur la sismicité à Taïwan, l'une des régions les plus actives de la Terre sur le plan tectonique. Ils ont étudié comment l'activité sismique à Taiwan a changé après le typhon Morakot (8 août 2009). Celui-ci a apporté 3 m de pluie en 3 jours, provoquant de nombreux glissements de terrain et un des plus forts épisodes d’érosion jamais enregistrés. Le volume de roche érodée est ainsi estimé proche de 1.2 km3 et correspond à 17 cm d’érosion sur une surface équivalente à celle d’un département. Ils ont ensuite mis en évidence, par une analyse statistique minutieuse, une augmentation du nombre de séismes de faible magnitude et de faible profondeur pendant les 2,5 années suivant le typhon Morakot, et que ce changement ne se produit que dans la zone présentant une importante perte de masse due aux glissements de terrain.

Les chercheurs expliquent ce changement de sismicité par une augmentation des contraintes crustales à faible profondeur (<15 km), liées à l'érosion de surface. En effet, la perte de charge induite par le poids des roches déplacées par les nombreux glissements de terrain, puis transportées progressivement par les rivières, peut être importante. L’élimination progressive de cette masse modifie l'état des contraintes dans la partie peu profonde de la croute et favorise la sismicité sur les failles chevauchantes, qui sont caractéristiques des chaînes de montagnes comme celle de Taïwan. Cet enchainement de processus fournit un lien physique pour expliquer comment l'érosion provoquée par le typhon Morakot a entraîné un plus grand nombre de séismes de faible magnitude et de faible profondeur à Taïwan.

Si de nombreuses études ont montré que les tremblements de terre peuvent avoir un impact sur l'érosion et les paysages, ce nouveau résultat est la première preuve directe du processus inverse, à savoir l'influence continue de l'érosion sur la sismicité, et par conséquent sur la tectonique. Pour la première fois, les interactions entre la tectonique et les processus de surface sont mises en évidence à l'échelle temporelle des processus élémentaires de surface et de tectonique, c'est-à-dire à l'échelle temporelle des tremblements de terre, des typhons et des inondations.


Steer Manuscript Scientific Reports Fig




Shiaolin Hsiao Lin Before Morakot
Shiaolin Hsiao Lin After Morakot
Coulées de boue causée par le typhon Morakot en 2009 : photos prises avant et après, village de Shiaolin (Hsiao-lin) à Taïwan (source : AGU et Tsou Ching-ying from Kyoto University)





Référence
Steer, P., Jeandet, L., Cubas, N. et al. Earthquake statistics changed by typhoon-driven erosion. Sci Rep 10, 10899 (2020). doi.org/10.1038/s41598-020-67865-y



Pour en savoir plus
>>> "C'est confirmé : l'érosion peut provoquer des séismes" & "Erosion can trigger earthquakes" (université de Rennes 1) >>>
>>> "Earthquakes trigger landslides. Can landslides also trigger earthquakes" (Science Mag) >>>
>>> "Comment l’érosion peut modifier la sismicité" (CNRS INSU) >>>




Contacts OSUR

Philippe Steer (Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @


Croissance crustale et origine de la croûte terrestre à l’Archéen


 AHLeGall    13/01/2020 : 08:39

Poujol_NatureComm-couv-2019.jpg

ARTICLE DANS NATURE COMMUNICATIONS

La Terre a 4,56 milliards d’années (Connelly et al., 2017). Elle peut être divisée en deux grands ensembles, des continents émergés qui occupent environ 30% de sa surface et des océans qui complètent celle-ci. La représentation cartographique de notre planète telle qu’elle nous est familière a bien évidemment fortement évolué au cours du temps. Les continents se sont formés puis disloqués, les océans se sont ouverts puis refermés. Tous ces phénomènes sont le résultat de la tectonique des plaques. Une des grandes questions qui animent les débats scientifiques en sciences de la Terre est justement de savoir depuis quand cette tectonique des plaques est active. Une étude menée par des chercheurs du Geological Survey of Western Australia en collaboration avec Marc Poujol (Géosciences Rennes) apporte des éléments de réponse dans un article publié en décembre 2019 dans la revue NATURE Communications.


Depuis quand la tectonique des plaques est-elle active sur Terre ? Pour pouvoir répondre à cette question, il faut donc en particulier s’intéresser à ce que l’on appelle la Terre primitive, c’est-à-dire aux deux premiers milliards d’année de son existence. On parle ainsi de l’Hadéen qui représente les 560 premiers millions d’années de son histoire puis de l’Archéen qui se termine il y a 2,5 milliards d’années.

La plus vieille roche terrestre connue (environ 4,1 milliards d’années) n’a été identifiée que très récemment et dans un lieu assez inattendu, puisqu’elle a été trouvée parmi les échantillons ramenés de la Lune par la mission Apollo 14. Ce petit claste de moins de 2 grammes a donc été trouvé dans un échantillon de brèche lunaire (Bellucci et al., 2019). Jusqu’alors, les seuls objets hadéens que l’on pouvait étudier étaient soit des minéraux, des zircons plus précisément (ZrSiO4) dont les plus vieux ont 4,4 milliards d’années (zircons détritiques de Jack’s Hill en Australie), ou, par exemple, un affleurement très restreint de gneiss au nord du Canada (Acasta) âgé de 4,031 milliards d’années.

Les terrains d’âges archéens (4 à 2,5 milliards d’années) sont quant à eux plus fréquents même s’ils représentent moins de 10% de la croûte terrestre actuelle. L’étude de ces terrains montrent que la composition des roches était différente de celle des roches modernes. Ainsi les termes les plus fréquents sont des orthogneiss gris souvent très déformés (70-80%), des bassins volcano-sédimentaires (ceintures de roches vertes ou greenstone belts, 10 à 20%) et des granites tardifs qui recoupent l’ensemble (10-20%). Ces gneiss gris ont globalement des compositions de granitoïdes sodiques, ce sont des tonalites, des trondhjémites et des granodiorites, le fameux trio dit des "TTG".

Les modèles de formation de la croûte continentale aujourd’hui mis en avant semblent s’accorder sur le fait que la majeure partie de la croûte continentale terrestre s’est formée à l’Archéen (voir par exemple Dhuime et al., 2012). Donc si l’on veut comprendre comment la croûte continentale terrestre s’est initialement formée, il faut comprendre comment ces TTG se sont formées.

La formation de ces TTG est aussi un sujet qui amène de vifs débats dans la communauté des géosciences. En effet, au premier ordre, lorsque l’on étudie ces TTG d’un point de vue pétrogénétique, on arrive à la conclusion qu’elles ne peuvent être produites que par la fusion partielle d’un basalte hydraté (i.e. une croûte océanique) dans le champ de stabilité du grenat, c’est-à-dire à des profondeurs supérieures à 50 km. En effet, en se basant sur les proportions relatives en certains éléments traces (en particulier via les rapports Sr/Y et La/Yb qui sont contrôlés par la présence ou l’absence de certains minéraux sensibles à la profondeur, dont le grenat), on peut avoir une idée de la profondeur à laquelle la fusion partielle s’est produite.

Les valeurs élevées de ces rapports signifient que certains TTG dits de Haute pression (HP TTG) ne pourraient s’être formés qu’à grande profondeur, profondeurs atteintes de nos jours uniquement dans les zones de limite de plaques durant une collision continentale ou dans des zones de subduction. Ceci impliquerait qu’une tectonique des plaques « moderne » existait à l’Archéen. Or, il n’y a nulle part à l’Archéen de preuve de l’existence d’un métamorphisme de haute-pression, basse température (HP-BP) caractéristique de ces zones de subduction.

De plus les similarités géochimiques entre les TTG et les adakites (roches volcaniques produites au niveau des zones de subduction actuelles) ont été utilisées par de nombreux auteurs pour argumenter que les TTG se sont formées durant la fusion de croûte océanique subductée à grande profondeur.

Dans cet article publié en décembre 2019 dans Nature Communication (Smithies et al., 2019), en se basant entre autres sur des données géochimiques dont certaines ont été acquises à l'université de Rennes 1 au laboratoire Géosciences Rennes, est proposé que les signatures géochimiques des HP TTG peuvent en fait être expliquées par la nature du matériel qui a fondu (c’est-à-dire sa source), de nature enrichie comme le manteau lithosphérique métasomatisé et que l’on n’a donc pas nécessairement besoin d’invoquer la fusion d’une croûte subductée à grande profondeur. Les TTG de moyenne pression reflèteraient donc bien la profondeur maximale de fusion de la croûte archéenne, soit une quarantaine de kilomètres, une épaisseur voisine de l’épaisseur moyenne de la croûte continentale moderne.




Poujol NatureComm 2019a

Localisation des échantillons dans le SuperTerrane d'Eastern Goldfields (EGST). La Carte décrit le craton archéen Yilgarn dans le sud-ouest de l'Australie-Occidentale. La carte principale est une carte géologique simplifiée de l'EGST montrant les ceintures de roches vertes (en vert) et les roches granitiques (en rose) ainsi que les emplacements des échantillons du groupe Black Flag utilisés pour cette étude. Il est à noter que plusieurs sites correspondent à l'emplacement de carottes de forage contenant du diamant d'où ont été prélevés de nombreux échantillons de l'étude



Poujol NatureComm 2019b

Photographies de sanukitoïdes issus des carottes de forage de la région de Kalgoorlie à Kambalda. a roche volcaniclastique à grain fin et relativement primitive du groupe Black Flag (BFG) ; b intrusion de sanukitoïde subvolcanique évoluée et fortement porphyrique ; c intrusion de sanukitoïde subvolcanique primitive contenant des phénocristaux de hornblende et des xénolithes de cumul de hornblende ; d, e brèche volcaniclastique comprenant des clastes ou des fragments sur des BFG porphyriques à la hornblende à grain fin à moyen dans une matrice de BFG à grain fin.






Article publié dans Nature Communications
Smithies RH, Lu Y, Johnson TE, Kirkland CL, Cassidy KF, Champion DC, Mole DR, Zibra I, Gessner K, Sapkota J, De Paoli MC, Poujol M (2019) No evidence for high-pressure melting of Earth’s crust in the Archean. Nature Communications 10(1):5559 doi:10.1038/s41467-019-13547-x



Autres références cités
Bellucci JJ, Nemchin AA, Grange M, Robinson KL, Collins G, Whitehouse MJ, Snape JF, Norman MD, Kring DA (2019) Terrestrial-like zircon in a clast from an Apollo 14 breccia. Earth and Planetary Science Letters 510, 173-185. doi: 10.1016/j.epsl.2019.01.010

Connelly JN, Bollard J, Bizzarro M (2017) Pb–Pb chronometry and the early Solar System. Geochimica et Cosmochimica Acta 201, 345-363 (doi: 10.1016/j.gca.2016.10.044)

Dhuime B, Hawkesworth CJ, Cawood PA, Storey CD (2012) A change in the geodynamics of continental growth 3 billion years ago: Science, v. 335, p. 1334– 1336




Contact OSUR
Marc Poujol (Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @


L’Atlas des nouveaux mondes - Territoires d’exploration et de découverte


 AHLeGall    22/11/2019 : 14:59

Atlas-des-nouveaux-mondes_couv.jpg

Ouvrage collectif avec de multiples contributions OSURiennes !

Mise en vente le 14 novembre 2019, "L’Atlas des nouveaux mondes. Territoires d’exploration et de découverte" est publié au Cherche midi, sous la direction de Stéphanie Thiébault (Directrice de l'InEE) et Nicolas Arnaud (Directeur de l'INSU), avec une préface de Titouan Lamazou.

De la grande Muraille verte barrière contre le désert aux îles Éparses menacées par la montée des eaux, en passant par la canopée de la forêt amazonienne en Guyane, ou les gravures paléolithiques de la grotte de Cussac, ou bien les glaciers de Pluton ou encore le premier astéroïde Oumuamua extrasolaire… les scientifiques nous emmènent découvrir les plus beaux sites de notre planète comme de l’Univers. Ce sont les nouveaux territoires d’exploration. Ces « nouveaux mondes » sont à la fois des sites d’exceptions et de rêves, et des lieux de recherche et de découverte.

Ce bel ouvrage collectif, qui fait la part belle aux illustrations, est largement alimenté par des chercheurs de l'OSUR :

  • Aline Dia (Géosciences Rennes) "Les sols non renouvelables",
  • Tanguy Le Borgne (GR) & Hervé Tabuteau (IPR) "Un micro monde aquatique sous la Terre",
  • Jean Nabucet (LETG-Rennes) "La face cachée des paysages",
  • Mélanie Davranche, Mathieu Pédrot, Anne-Catherine Pierson-Wickmann & Anthony Beauvois (GR) "Les transporteurs invisibles de la pollution"


Mondes Pages



>>> En savoir plus >>>


Contact OSUR
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @


INSIDE : le numérique, avenir de l’archéologie ?


 AHLeGall    20/09/2018 : 07:45

introspect_marchand-gregor.jpg

Investiguer… mais sans détruire

Grégor Marchand et Jean-Baptiste Barreau (CReAAH) et des collègues rennais de l’INSA et de l’IRISA (CNRS, INRIA, université de Rennes 1) sont impliqués dans un projet ANR – INTROSPECT – dédié à l’introspection du matériel archéologique sous forme numérique, virtuelle, et donc non intrusive et destructrice. INTROSPECT est le fruit d’une collaboration internationale : il a fait l’objet d’une réponse à un AAP franco-québécois en Sciences humaines et sociales (ANR-FRQSC-2) en 2016. Il est financé à hauteur de 250 K€ depuis janvier 2017 et pour une durée de 36 mois ; il est coordonné par Valérie Gouranton (Institut National des Sciences Appliqués de Rennes).

Le matériel culturel et sa relation avec son contexte historique et son environnement sont au cœur des préoccupations des archéologues. Les artefacts archéologiques et les sédiments qui les conservent sont des témoignages fragiles qui doivent être analysés, interprétés, préservés et valorisés. A l’ère du numérique, cette relation complexe évolue très rapidement car les archéologues ont désormais accès à des représentations virtuelles interactives de l'objet en réalité virtuelle ou à une copie obtenue par impression 3D. Ces dernières années, les méthodes de numérisation ont considérablement progressé, apportant une réponse pertinente avec des solutions non destructives pour la préservation, l'analyse et la diffusion des connaissances sur le patrimoine culturel. Toutefois, ces techniques d'analyse se limitaient toutefois à la surface des objets, des monuments ou des sites. Pourtant, l'information structurelle qui fournit des informations sur la transformation de la matière première, mais également la relation contextuelle de son acquisition et de son utilisation, sont des aspects fondamentaux qui peuvent être traités via des approches numériques innovantes.


INSIDE Interactive and Non-destructive Solution for Introspection in Digital Environments
INSIDE Solution Interactive et Non Destructive pour l'Introspection dans les environnements numériques

Un pas important vient d’être franchi dans cette direction, car INTROSPECT offre désormais aux archéologues de nouveaux outils pour faciliter l'accès à de nouvelles connaissances, et ceci grâce à des méthodes d'introspection à la fois numériques et interactives qui combinent la tomodensitométrie (couplant scanographie et calculs numériques) avec des technologies de visualisation 3D, comme la réalité virtuelle, les interactions tangibles et l'impression 3D. La tomodensitométrie fournit un enregistrement systématique des densités des matières premières composant un objet et une reconstruction 3D. Cette méthode analyse la partie interne de l'objet sans le modifier et permet au spécialiste de définir et de comprendre sa structure interne, sa méthode de fabrication et son état de conservation. Les chercheurs impliqués dans le projet parviennent à appliquer également cette méthode aux sédiments archéologiques. La réalité virtuelle fournit alors un nouveau contexte à l'objet et améliore l'interaction entre l'analyste et le sujet étudié. La multidisciplinarité (archéologie, informatique, sciences des matériaux etc.) pose un défi méthodologique majeur : l'approche proposé implique la mise en commun des méthodes utilisées en ingénierie, réalité virtuelle, archéologie et muséologie.


Les premiers résultats d’INTROSPECT font l’objet en octobre 2018 d’une communication lors du 3rd International Congress Expo IEEE, à San Francisco :
Flavien Lécuyer, Valérie Gouranton, Ronan Gaugne, Théophane Nicolas, Grégor Marchand, et al.. INSIDE Interactive and Non-destructive Solution for Introspection in Digital Environments. Digital Heritage 2018 - pp.1-4, New Realities: Authenticity Automation in the Digital Age. <hal-01875793>


On attend avec impatience la reconstitution en 3D du site de Beg-er-Vil à Quiberon : c’est en cours...



>>> Une présentation vidéo de 3 mn est également disponible sur YouTube

Introspect



>>> INSIDE (Interactive and Non-destructive Solution for Introspection in Digital Environments)
>>> Le projet INTROSPECT
>>> Lire aussi : Les archéologues fouillent en 3D (Sciences Ouest #364 sept. 2018)



Contact OSUR
Grégor Marchand (CReAAH) / @
Jean-Baptiste Barreau (CReAAH) / @
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR) / @


Comment dater les eaux souterraines des aquifères cristallins ?


 AHLeGall    21/08/2018 : 08:05

marquais_labasque_aquilina_de-dreuzy_.jpg

ARTICLE DANS STOTEN

Une nouvelle méthode mise au point combinant silice dissoute (DSi) et concentrations de CFC

L'estimation du temps de résidence des eaux d’âges intermédiaires (de quelques années à un siècle) dans les aquifères peu profonds est essentielle pour (1) évaluer la vulnérabilité des eaux souterraines name à l’apport de nutriments (azote notamment) et (2) estimer le temps requis pour atteindre le bon état des masses d’eaux, c’est-à-dire pour que les rivières ou les aquifères reviennent à un état proche de celui d’avant les pollutions causées par l’intensification de l’agriculture. Les temps de séjour intermédiaires dans les eaux souterraines sont actuellement déterminés à l'aide de traceurs atmosphériques tels que les chlorofluorocarbures (CFC), mais ces analyses sont coûteuses et vouées à disparaître compte tenu de la diminution de la teneur en CFCs dans l’atmosphère (les CFCs sont en effet interdits depuis 1997 puisqu’ils sont responsables de la destruction de la couche d’ozone).

Dans ce contexte, une équipe de chercheurs dans laquelle figure Jean Marçais, Alexandre Gauvin, Thierry Labasque, Luc Aquilina et Jean-Raynald de Dreuzy (Géosciences Rennes / OSUR) a développé avec succès une nouvelle méthodologie basée sur l’utilisation de la silice dissoute (DSi : Dissolved Silica) pour contraindre ces temps de résidence. Testée dans cinq aquifères cristallins en Bretagne (Ploemeur, Guidel, Pleine-Fougères, Saint-Brice-en-Coglès) et dans les Vosges (Strengbach), cette méthodologie pourrait permettre de quantifier les contributions des eaux souterraines aux cours d'eau et leur variation saisonnière, d'estimer les temps de séjour dans la zone non saturée et d'améliorer l'évaluation de la vulnérabilité des aquifères à la pollution anthropique. Ces résultats prometteurs sont publiés dans la revue Science of The Total Environment (STOTEN) en septembre 2018.


La pollution durable des ressources en eau

L'activité humaine a profondément modifié les cycles des nutriments partout dans le monde, polluant les écosystèmes aquatiques, mettant en danger la santé humaine et menaçant nos approvisionnements en eau. Les apports d'azote d’origine anthropique ont dépassé les limites que peut supporter notre planète, constituant l'un des problèmes environnementaux les plus urgents à régler par les sociétés humaines. Des initiatives internationales, nationales et régionales ont été entreprises au cours des dernières décennies pour réduire la charge d'azote, mais il est difficile d'en évaluer l'efficacité dans des systèmes naturels complexes, caractérisés par des effets mémoire importants qui font de la qualité de l’eau actuelle, le reflet de tout l’historique des intrants appliqués en milieu agricole depuis plusieurs décennies. L'estimation du temps de « remise en état » des écosystèmes des eaux de surface et souterraines à la suite d'une pollution par les nitrates, est essentielle pour mesurer l'efficacité des changements dans les pratiques agricoles, les méthodes d'atténuation et l'établissement d'échéanciers réalistes pour atteindre les objectifs réglementaires, notamment ceux fixés par l’Europe (cf La Directive 91/676/CEE, dite « directive nitrates » entrée en vigueur le 12 décembre 1991 : la concentration en nitrates dans les eaux superficielles destinées à l'alimentation en eau potable ne doit pas dépasser les 50 mg/l). Ce temps de remise en état dépend en grande partie du temps de résidence de l'eau et des solutés dans les composantes de surface et souterraines du bassin versant. En effet, la majorité du temps de transit au sein du bassin versant se produit dans le sous-sol, où l'eau peut séjourner et circuler pendant des mois à des années dans le sol ou la zone insaturée, voire des décennies à des siècles dans les aquifères proches de la surface.
Étant donné qu'aucun traceur ne peut à lui seul déterminer la distribution des âges des eaux souterraines sur ces échelles de temps aussi larges, des approches avec des traceurs multiples sont nécessaires pour une datation fiable des eaux souterraines.



Tracer pour dater

Pour caractériser la pollution par les nutriments, plusieurs traceurs sont particulièrement adaptés pour déterminer les temps de séjours, comme la datation isotopique 3H/3He (tritium/hélium-3) et les chlorofluorocarbures, les fameux CFC, qui constitue d’ailleurs la spécialité internationale du laboratoire Géosciences de l’OSUR et de sa plateforme CONDATE Eau. En effet, la concentration atmosphérique de ces gaz a été modifiée par l'activité humaine concomitamment à la grande accélération de la charge en nutriments due à l’intensification de l’agriculture des années 60. Cependant, les méthodes de datation par les CFCs manquent maintenant de résolution dans la fourchette des âges de 5 à 20 ans, puisque leurs concentrations atmosphériques ont stagné puis légèrement décru depuis 1998 suite à leur interdiction par le Protocole de Kyoto (signé en décembre 1997). Ce renversement des tendances atmosphériques signifie que toute concentration mesurée entre 1995 et 2018 correspond donc potentiellement à deux dates... Pas pratique… De plus, les échantillons de 3H/3He et de CFC sont relativement difficiles à prélever et coûteux à analyser, ce qui limite leur utilisation pour des eaux souterraines provenant de contrées éloignées ou de pays en développement. Par conséquent, les scientifiques s'intéressent beaucoup à la mise au point de nouveaux traceurs pour déduire le temps de résidence moyen des eaux souterraines d’âges intermédiaires.



La silice dissoute à la rescousse

Une famille prometteuse de traceurs potentiels pour les eaux souterraines est celle des produits d'altération naturelle tels que le Ca2+ (ion calcium), le Na+ (ion sodium) et la silice dissoute (DSi : Dissolved Silica). Une corrélation avait déjà été constatée entre le DSi et l'âge apparent dans plusieurs études portant sur des sites spécifiques. Cependant, et jusqu’à maintenant, la variabilité des taux d'altération n'avait pas été étudiée avec précision. En outre, la DSi avait rarement été considérée comme un traceur robuste de l'âge des eaux souterraines, bien qu'elle ait été utilisée comme indicateur relatif du temps de résidence.

Les chercheurs de l’OSUR ont donc eu à relever deux défis spécifiques pour l'utilisation de la DSi comme indicateur généralisable des temps de résidence moyens :
1. définir pour la DSi un cadre de modélisation basé sur le temps,
2. vérifier que les taux d'altération des silicates sont suffisamment stables à l'échelle régionale pour pouvoir utiliser effectivement et de manière pratique la concentration en DSi.

Dans ce cadre, les chercheurs rennais et leurs collègues ont donc développé une nouvelle approche utilisant la DSi des eaux souterraines pour déterminer les distributions des temps de séjours (RTD : Residence Time Distributions) : ils ont ainsi étalonné les taux apparents d'altération des silicates avec des traceurs atmosphériques de datation des eaux souterraines (les CFC), en tentant de répondre aux questions suivantes :
1. sur quelles échelles de temps peut-on utiliser la DSi comme traceur de l'âge de l'eau souterraine ?
2. dans quelle mesure le taux d'altération des silicates est-il variable parmi les aquifères peu profonds (i.e. quelques dizaines de mètres de profondeur), avec également des lithologies (nature des roches) différentes ?


CFC

Jean Marçais et ses collègues ont émis l'hypothèse qu'une simple réaction cinétique d'ordre zéro pourrait simuler le taux d'altération dans les aquifères peu profonds, parce que l'hydrolyse resterait, sur les échelles de temps décennales, contrôlée par les processus de transport et d’équilibre thermodynamique. Inversement, un taux d'altération variable dans le temps (i.e. avec une réaction cinétique de premier ordre) serait nécessaire pour mesurer les premiers temps de l’hydrolyse qui ont typiquement lieu dans la zone non saturée (sol et zone altérée) ou pour prendre en compte une hydrolyse s’effectuant sur un temps plus long, typiquement dans des aquifères plus profonds.

Les chercheurs ont donc testé ces hypothèses en modélisant les distributions des temps de résidence (RTD) ainsi que la dynamique des conditions climatiques dans 5 aquifères cristallins peu profonds avec une lithologie contrastée, soient 4 sites en Bretagne (Ploemeur, Guidel, Pleine-Fougères, Saint-Brice-en-Coglès), et 1 dans les Vosges (Strengbach). Ce faisant, ils ont utilisé la chimie « classique » des eaux souterraines et les CFC dissous, d’origine agricole et domestique, pour calibrer des modèles chimiques dynamiques pour chaque bassin versant, en utilisant un modèle gaussien inverse pour simuler les RTD. Ils ont ainsi comparé cette nouvelle approche avec les méthodes précédentes et explorer les applications potentielles pour les problèmes de qualité des eaux souterraines à une échelle régionale.



Main Page 04 Image 0001


Dans l'ensemble, l’étude montre que la DSi est fortement liée au temps d'exposition des eaux souterraines aux roches cristallines. L’étude met en évidence la complémentarité de la DSi avec les CFC, ce qui permet une meilleure quantification des distributions des temps de résidence, y compris dans la zone non saturée et pour les masses d'eaux plus jeunes et plus âgées (où la fenêtre d'utilisation des CFC se referme rapidement).

Ainsi, la cohérence des taux d'altération de la DSi dans trois bassins versants de Bretagne (Guidel, Pleine-Fougères, Saint-Brice-en-Coglès) suggère que le DSi peut être un indicateur robuste et bon marché de l'âge des eaux souterraines à l'échelle régionale : (1) pour des bassins versants dont la géologie et le climat sont comparables, (2) avec des eaux souterraines récentes (5 à 100 ans). Les différences d'accumulation de DSi dans le site pompé de Bretagne (Ploemeur) sont interprétées comme la conséquence de différence de température ; dans l’aquifère des Vosges (Strengbach), le taux d'altération plus faible des silicates s’explique vraisemblablement du fait de différences climatiques et anthropiques de charge en solutés.

Finalement, à condition que le taux d’altération de la silice puisse être contraint régionalement, cette nouvelle méthodologie pourrait permettre de quantifier les contributions saisonnières des eaux souterraines aux cours d'eau, d'estimer les temps de séjour dans la zone non saturée et d'améliorer l'évaluation de la vulnérabilité des aquifères à la pollution anthropique.




Référence
Jean Marçais, Alexandre Gauvain, Thierry Labasque, Benjamin W. Abbott, Gilles Pinay, Luc Aquilina, François Chabaux, Daniel Viville, Jean-Raynald de Dreuzy, Dating groundwater with dissolved silica and CFC concentrations in crystalline aquifers, Science of The Total Environment, 636, 2018, 260-272



Contact OSUR
Jean Marçais (Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR) / @


Camille Vautier (Géosciences Rennes / OSUR) remporte le 3ème prix du concours national 2018 Ma thèse en 180 secondes


 AHLeGall    18/06/2018 : 06:09

camillevautier_MT180_finale1.jpg

Le 13 juin à Toulouse, Camille a remporté le 3ème prix du concours national 2018 MT180

Après avoir remporté le 1er prix du jury de la demi-finale MT180 de Rennes Métropole, le 20 février 2018, gagné la finale inter-régionale Bretagne Pays de la Loire (Prix du jury) qui s'est tenue au Couvent des Jacobins à Rennes le 19 mars 2018, Camille Vautier faisait partie des 16 finalistes sélectionnés à l'issue des "qualifications" qui se sont tenues à Paris le 6 avril.

Le 13 juin à Toulouse, Camille a remporté le 3ème prix du concours national 2018 Ma thèse en 180 secondes. Félicitations à Philippe Le Bouteiller (1er prix), Colin Gatouillat (2e prix).


Camille travaille sur la dégradation biologique aux interfaces du cycle hydrologique dans l'équipe DIMENV@risce de Géosciences Rennes, thèse sous la direction de Jean-Raynald de Dreuzy. Elle s'attache à prédire la pollution de l'eau aux nitrates à partir de mesures en ruisseau.

Mais c'est tellement mieux quand c'est elle qui le dit...





Resized 20180613 220401
De gauche à droite : Jean-Raynald de Dreuzy (directeur de l'OSUR et directeur de thèse de Camille Vautier), Camille Vautier, Frédérique Vidal (Ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation)


Camillevautier MT180 Finale3

De gauche à droite : Sophia Aram (journaliste), Antoine Petit (PDG du CNRS), Camille Vautier, Gilles Roussel (Président de la Conférence des Présidents d'Université / CPU)




>>> Pour en savoir plus sur le parcours de Camille Vautier




Contact OSUR
Camille Vautier (Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR) / @


Une géochimiste en mission aux îles Kerguélen


 AHLeGall    29/03/2018 : 08:38

emilie_jarde_kerguelen2.jpg

Retour sur la campagne d'été du projet TALISKER

Emilie Jardé (Géosciences Rennes / OSUR) revient d'un séjour de presque trois mois passé sur les îles Kerguélen, territoitres français subantarctiques. Cette campagne d’été 2017-2018 (du 5 décembre 2017 au 26 février 2018) fait partie du projet IPEV 1077 – TALISKER (Chemical Transfer accross the lithosphere of Kerguelen : from the mantle to the ocean).


Les travaux de recherche dans le cadre du programme TALISKER pendant la campagne 2017-2018 visaient plusieurs objectifs scientifiques :

  1. l’étude des systèmes hydrothermaux actifs
  2. l’étude de la mise en place des complexes intrusifs et paléo-circulations de fluides associés
  3. l’étude du transfert de matière terre-mer.

Ce programme contribue à la vocation de l’IPEV (Institut Polaire Français Paul-Emile Victor) de mettre en valeur les régions australes et de favoriser la sensibilisation du public aux problématiques propres à cette région en particulier, car ces îles volcaniques sont des laboratoires naturels exceptionnels pour la compréhension des changements climatiques globaux.

Ont participé à cette campagne : Guillaume Delpech (GEOPS, Géosciences Paris Sud), Emilie Jardé (UMR6118, Géosciences Rennes, Rennes), Damien Guillaume (responsable du programme, LMV@UJM, UMR6524, Université Jean Monnet) et Marc Le Romancer (UMR 6197, Laboratoire de Microbiologie des Environnements Extrêmes, IUEM).


L’archipel des Kerguelen (superficie 7215 km², un des cinq districts des terres australes et antarctiques françaises) est une des rares terres émergées de l'hémisphère Sud, nous y étudions les transferts de matière vers l'océan ; matière minérale et matière organique. C’est spécifiquement pour l’étude de la matière organique que je suis partie en campagne d’été cet hiver. Les transferts de matière apportent les nutriments qui sont ensuite à l'origine des chaines alimentaires dans les océans. Identifier et quantifier ces transferts permet de contraindre les flux globaux entre les réservoirs terrestres. Pour cette partie du programme cette année, l'objectif était d'échantillonner les rivières et lacs des bassins versants déjà étudiés au moins une fois lors des campagnes précédentes afin de quantifier l'apport côtier et d'identifier la variabilité et/ou l'évolution à court terme de ces apports, également de caractériser les systèmes terrestres et leur diversité. Ce travail a été fait sur Rallier du Baty sur les rivières de la vallée de Larmor, de la vallée de la Plage Jaune, du Mont du Commandant, de la rivière Milady et de la Vallée de la Mouche, et sur le Plateau Central sur les rivières ayant leur déversoir au niveau de la base d'Armor (Lac d'Armor et système des lacs d'Enfer, d'Argoat et du Volcan du Diable) et sur la rivière la Grisanche. Pour cela, des mesures physiques et des prélèvements de sols et dans les rivières et les lacs ont été réalisés cette année. La préparation des échantillons a été réalisée sur les sites de prélèvements ou à la base scientifique de Port-aux-Français, les analyses chimiques seront effectuées au retour dans les laboratoires en métropole.

Une mission vers les Kerguelen commence d’abord par le voyage et différents mode de transport. Pour moi, depuis Rennes, ce fût : train, avion, bateau, hélicoptère, bateau, chaland, zodiac, bateau, avion, train…
Pour le voyage aller : départ de Rennes en train, embarquement à Paris en avion pour Saint Denis de la Réunion puis embarquement sur le Marion Dufresnes le 6 décembre pour une arrivée le 15 décembre. Au retour, embarquement le 14 février sur la Curieuse pour une arrivée le 25 février à Saint Denis de la Réunion, avion vers Paris puis train vers Rennes.

Le débarquement se fait à la base scientifique des Kerguelen (Port-aux-Français dans le Golfe du Morbihan) installée sur la partie Est de l’île.
Pour partir sur le terrain, nous prenons la Curieuse, direction l’Ouest et la Péninsule de Rallier du Baty où nous sommes restés pendant 5 semaines. Dans cette région, par d’infrastructure permanente (nous sommes à une journée en bateau de la base), l’IPEV a installé deux cabanes sur deux sites (Deux Frères et la Mouche) à l’extrême sud-ouest de l’île sur la Péninsule. La péninsule de Rallier du Baty est bordée de glaciers et nous parcourons à pied les vastes vallées glaciaires au milieu desquelles nous prélevons les eaux de rivières contrastées (glaciaires et boueuses ou limpides), les sols et les roches.  

Le retour à la base scientifique (Port-aux-Français) se fait en Curieuse pour commencer le traitement des échantillons. Ensuite mission d’une semaine sur le plateau central de l’archipel pour continuer les prélèvements d’eau de rivières et de sols. Retour quelques jours à la base pour finaliser la préparation des échantillons, préparer le colisage des échantillons qui seront renvoyés par bateau en métropole, puis c’est le départ des Kerguelen en Curieuse vers la Réunion et avion jusqu’en métropole avec des souvenirs plein la tête et des images plein les yeux. Sur cet archipel en plus des paysages exceptionnels, il y a une faune et une flore bien différente de celle de la Bretagne : manchots, éléphant de mer, otarie, azorelle, chou de Kerguelen…


Carte Kerguelen

Marion Dufresne Curieuse
Marion Dufresnes (à gauche, 120 m de long) et La Curieuse (à droite, 25 m de long)


Campement Kerguelen
Campement des Deux Frères (à gauche) et de la Mouche (à droite)


Prelevement Eau Kerguelen
Prélèvement d’eau dans la rivière de la Vallée de la Plage Jaune (22 décembre 2017) – Péninsule de Rallier du Baty (Kerguelen)


Prelevement Eau Kerguelen2
Prélèvement d’eau dans la rivière de la Grisanche (04 février 2018) – Plateau Central


Manchots Kerguelen
Manchots papous (en haut à gauche) et royaux (en bas à gauche et à droite)


Otarie Kerguelen
Otarie


Elephants De Mer Kerguelen
Eléphants de mer


Equipe Kerguelen
La fine équipe devant le lac du Glacier de Plan Praz (01/01/2018) – Péninsule de Rallier du Baty (Kerguelen)


Mission Kerguelen



Paysage Lac Kerguelen
Entre paysage humide et paysage... aride

Vallee Kerguelen


Emilie Jarde Kerguelen



>>> En savoir sur projet IPEV 1077 – TALISKER (Chemical Transfer accross the lithosphere of Kerguelen : from the mantle to the ocean)


Contact OSUR
Emilie Jardé (Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR) / @


ODD13 / ODD14 / ODD15


Pesticides chlorés et destruction de la couche d’ozone : un lien possible ?


 AHLeGall    10/01/2018 : 13:06

ivan_couee.jpg

La dissémination massive de pesticides chlorés pourrait-elle affecter l’émission par la végétation de chlorométhane destructeur d’ozone ?

Dans un article récent de Trends in Plant Science (février 2018) intitulé "Plant-Pesticide Interactions and the Global Chloromethane Budget", Françoise Bringel (CNRS, Université de Strasbourg) et Ivan Couée (ECOBIO) discutent dans quelle mesure la dissémination massive de pesticides chlorés pourrait affecter l’émission par la végétation de chlorométhane destructeur d’ozone.

Les émissions de chlorométhane, composé organique volatil, sont actuellement majoritairement d’origine naturelle, avec une très forte contribution de production par la végétation. En tant qu’halocarbone le plus abondant dans l’atmosphère, le chlorométhane est responsable à lui seul de plus de 16% de la dégradation de l’ozone stratosphérique causée par les composés halogénés.

Rappelons ici que dans la stratosphère, l’ozone joue un rôle d’écran naturel et bénéfique vis-à-vis des ultraviolets solaires (UV) dangereux pour la matière vivante : c’est le « bon ozone » ; inversement, l'ozone troposphérique (ou « de basse altitude ») est un polluant nocif pour la faune et la flore, produit principalement par la transformation, sous l’effet du rayonnement solaire, des oxydes d’azote (NOx) et des Composés Organiques Volatils (COV) émis majoritairement par les activités humaines (échappements des véhicules, des cheminées, incinérateurs etc.) : c’est le « mauvais ozone ».

L’analyse publiée par Ivan Couée et Françoise Bringel semble indiquer que le métabolisme des pesticides chlorés pourrait se connecter à la dynamique du chlorométhane chez les plantes et leur microbiome. Des estimations indépendantes permettent de calculer que la dissémination de pesticides chlorés pourrait aboutir à une contribution de 7 à 75% du budget global d’émission annuelle de chlorométhane atmosphérique, et donc affecter le « bon ozone » protecteur.


Art Trends In Plant Sci Couee Figure

L’étude des processus écologiques et biochimiques impliquant les interactions plantes-microbiome dans ces connexions pesticides chlorés/chlorométhane prend donc une importance particulière dans un contexte où le budget global du chlorométhane reste mal connu et où le changement climatique dû à l’augmentation des gaz à effet de serre (GES) pourrait également moduler ces interactions.

La baisse des concentrations d'ozone de la stratosphère peut entraîner quant à elle des répercussions climatiques et biologiques, où diverses rétroactions sont à envisager, comme la réduction de l'activité photosynthétique des plantes par exemple… Or, moins de photosynthèse, cela signifie donc moins de fixation du CO2 par les plantes, donc plus CO2 qui reste dans l’atmosphère, CO2 qui accroît d’autant plus le réchauffement etc. etc..

En conclusion, si la diminution de l’ozone stratosphérique est bel et bien un problème distinct de celui du changement climatique, il n’en reste pas moins que les interactions complexes au sein même de l’atmosphère, et entre l’atmosphère et l’océan d’une part, l’atmosphère et les continents d’autre part, sont telles que des influences sont inévitables entre tous ces phénomènes. À l’échelle de la planète, la question de la sauvegarde de la couche d’ozone stratosphérique qui englobe et protège la Terre reste donc plus que jamais un excellent exemple de problème d’environnement global.


Référence
Bringel, F. and I. Couée "Plant-Pesticide Interactions and the Global Chloromethane Budget." Trends in Plant Science, Volume 23, Issue 2, February 2018, Pages 95-99. doi.org/10.1016/j.tplants.2017.12.001


Contact OSUR
Ivan Couée (ECOBIO) / @
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR) / @


ODD13 / ODD14 / ODD15


Archéologie et réalité virtuelle : les nouvelles techniques de production, d'exploration et d'analyse d'environnements archéologiques virtuels



jean_baptiste_barreau_.jpg

Jean-Baptiste Barreau, ingénieur d’études CNRS en informatique au sein de l’UMR CReAAH de l’OSUR, a soutenu le 10 juillet 2017 une thèse intitulée "Techniques de production, d'exploration et d'analyse d'environnements archéologiques virtuels".

Jean-Baptiste Barreau, ingénieur d’études CNRS en informatique au sein de l’UMR CReAAH de l’OSUR, a soutenu le 10 juillet 2017 une thèse intitulée "Techniques de production, d'exploration et d'analyse d'environnements archéologiques virtuels". Cette thèse, remarquable et remarquée, est originale, car elle est à l’interface de l’archéologie et des nouvelles technologies : modélisation 3D, reconstitution de sites et de monuments, interaction en réalité virtuelle.

Ces techniques sont particulièrement utiles aux archéologues, car elles donnent à voir et à analyser ce qui n’existe plus, de surcroît de manière dynamique et interactive. En effet, si les possibilités de numérisation 3D des vestiges actuels d'un site archéologique par le biais des dernières techniques d'acquisition 3D (photogrammétrie/scan laser) aident à la compréhension de son fonctionnement, elles peuvent aussi permettre de véritables hypothèses de reconstitutions du site tel qu'il a pu l'être à une époque donnée. En outre, les besoins de la communauté archéologique concernant ces restitutions de structures ou d'environnements sont considérables. Au-delà d'un intérêt évident en termes de valorisation du patrimoine, celles-ci permettent de véritablement mieux appréhender leurs fonctionnements et les sociétés qui les ont occupés.

Le travail de Jean-Baptiste a ainsi permis, dans un premier temps, d’opérer, traiter et analyser différents niveaux de production d'environnements archéologiques 3D pour la recherche archéologique ; puis, dans un second temps, de concevoir et mettre en place des méthodes d'interactions et de simulations immersives. Leur objectif est de permettre aux archéologues de démontrer certaines hypothèses de recherche, notamment en travaillant sur la perception d'indices visuels pertinents. Éminemment interdisciplinaires, ces recherches impliquent des collaborations étroites avec d’autres partenaires de recherches du pôle scientifique rennais : l’université de Rennes 1, l’IRISA (laboratoire INRIA), le CNRS, et l’INSA.


Quelques exemples de productions d'environnements archéologiques 3D

L’objectif de la production d’environnements 3D est de fournir in fine des « restitutions de l’hypothétique ». Le point de départ de cette démarche est basé sur la numérisation de l’existant. Les premières restitutions réalisées par Jean-Baptiste ont ainsi eu pour sujet des châteaux, ou parties de ces châteaux, et une citadelle syrienne. Du fait de leur solidité et de leur résistance à l’érosion du temps, ces restitutions reposent sur des vestiges existants plus ou moins conséquents. Voici 3 exemples pour illustrer cette démarche : la porte des Champs du château d’Angers (Maine-et-Loire), le château de Coatfrec (Côtes-d’Armor) et la Citadelle d’Alep (Syrie).

Pour la porte des Champs du château d’Angers, l’objectif scientifique étant d’obtenir un probable état de la porte au XIIIe siècle. À partir de photos et informations qualitatives et quantitatives fournies par l’archéologue référent, une première itération de restitution castellaire non texturée a donc pu être réalisée. À partir des volumes correspondant à l’existant de la porte des Champs, le travail a consisté à créer, éditer et supprimer différents éléments indiqués par l’archéologue. L’objectif est alors de rendre compte, d’un point de vue surtout qualitatif, du contenu des retours de l’archéologue et du travail induit.


Angers1
Première itération de la restitution de la porte des Champs du château d’Angers au XIIIe siècle


Angers2
Rendu de l’itération actuelle de la reconstitution 3D de la porte des Champs du château d’Angers au XIIIe siècle



Concernant le château de Coatfrec, les vestiges étaient moins conséquents. Une numérisation par une entreprise allemande a fourni le nuage de points résultant. Avec celui-ci, quelques plans, croquis et discussions avec les archéologues, ont permis de proposer une restitution. Les textures étant plus homogènes, le travail de texturage a été moins long que dans le cadre de la porte des Champs.



Coatfrec
Rendus 3D montrant les sections Nord et Ouest du château de Coatfrec



Enfin, il reste encore suffisamment de vestiges pour constituer un modèle 3D de l’architecture initiale de la citadelle d’Alep en Syrie. Cependant, la situation de guerre civile rendant extrêmement difficile une numérisation "classique" par photogrammétrie ou lasergrammétrie, Jean-Baptiste a expérimenté un procédé pour produire un modèle 3D « aussi pertinent que possible » uniquement à partir de quelques photographies touristiques. Ce processus combine modélisation 3D sur un nuage de points de mauvaise qualité et du texture mapping à partir d’un corpus d’images disponibles sur internet.



Alep
Photos de la Citadelle d’Alep prises par un archéologue touriste, nuage de points de faible qualité et rendu final texturé du modèle 3D



Mais parfois, l’existant est… inexistant : on est obligé d’en passer par le traitement de la documentation archéologique disponible. Plusieurs travaux de reconstitution 3D ont donc concerné des environnements archéologiques pour lesquels l’existant ne permet au mieux que de faibles hypothèses. Il s’agit alors, en plus des échanges avec l’archéologue, d’intégrer de façon optimale la documentation qu’il aura constituée et de suivre une approche descendante dans laquelle les itérations avec l’archéologue permettent de valider la compréhension de ladite documentation et d’affiner chaque élément de l’environnement. La reconstitution du navire de la compagnie des Indes le Boullongne suit cette démarche documentaire itérative.

La modélisation 3D du navire s’est fondée sur des plans dessinés dans une monographie (Boudriot, 1983). De nombreux plans à l’échelle ont ainsi été numérisés et intégrés dans un logiciel de modélisation 3D, permettant à des graphistes du CNPAO (Conservatoire Numérique du Patrimoine Archéologique de l'Ouest : lire plus bas) de modéliser les différents objets du navire et son gréement. Ces éléments 3D sont d’abord issus de la lecture de la documentation faite par les graphistes, puis corrigés par l’historienne référente. Le modèle informatique final est ainsi "mathématiquement" composé de 408 233 polygones et 224 570 sommets. Les éléments ont été texturés grâce à des données recueillies par l’historienne, cependant, la plupart des textures restent fortement hypothétiques.



Boullongne1
Boullongne2
Sections, plans et étapes de reconstitution 3D du Boullongne


Boullongne3
Vue éclatée du modèle 3D et rendu final du Boullongne



La navigation dans un environnement archéologique virtuel

Une étape encore plus avancée dans la virtualité - et encore plus intégrative - est désormais envisageable grâce à des méthodes d'interactions et de simulations immersives. En effet, malgré les apports d’une production menée avec et pour les archéologues, il subsiste des manques liés au contrôle des hypothèses et des incertitudes. Il est en effet important de rester lucide sur le fait que ces productions 3D correspondent majoritairement à un niveau que l’on peut qualifier au mieux d’expertise et au pire d’opinion. L’enjeu est donc désormais de concevoir des outils de réalité virtuelle, en l’occurrence immersive, pouvant proposer un chemin vers la preuve, voire le consensus scientifique. Ces nouvelles méthodes et outils visent donc à vérifier comment les possibilités de navigation, d’interaction avec un objet et de simulation peuvent amener des archéologues à la construction, à l’analyse et à la valorisation d’une reconstitution la plus pertinente possible. Voici donc 2 exemples pour illustrer cette démarche immersive : la navigation au sein du cairn de l’île Carn (Finistère) et la simulation de flore au sein de l’habitation sucrière de Rémire (Guyane française).

Il est à noter d’emblée que l’intérêt majeur de cette démarche vise la navigation et l’interaction avec des objets d’environnements archéologiques virtuels… mais à l’échelle 1:1

Les intégrations de différents sites du corpus du CNPAO au sein de la plateforme Immersia sur le campus de Beaulieu de l'université de Rennes 1 ont entraîné des réflexions autour des modes de navigation. En effet, les sites étant bien hétérogènes, notamment au niveau de leurs dimensions, plusieurs modes ont été implémentés.



Echelle 1 1
Navigation libre au sein de l’épave d’Erquy, de la chapelle de Languidou et de la plantation sucrière de Rémire



La première intégration d’environnement archéologique 3D au sein de cette plateforme Immersia fut celle du cairn de l’île Carn. Les premiers retours des archéologues furent la bonne qualité de sensation d’immersion et de rendu. La grande taille de la plateforme permet une vision périphérique complète et rapide de la structure architecturale du cairn : 9,60 mètres de long, 3 mètres de profondeur, 3 mètres de haut, Immersia est une des plus grandes salles de réalité virtuelle au monde. La possibilité de navigation naturelle en (X,Y), « physique » pourrait-on dire, et de lévitation au Flystick permet de se déplacer facilement partout dans le cairn, aux dimensions du même ordre que celles de la plateforme, et de bien observer des parties intéressantes telles que des peintures, pierres de couleur, fentes, etc.. Outre la lévitation, cette navigation en (X,Y) reste impossible dans la réalité en raison de l’exiguïté d’accès et de la dangerosité du site.



Cairn
Accès difficile, intégration de la restitution 3D et exploration immersive du cairn de l’île Carn



De la même manière, la navigation libre a été testée sur un autre environnement archéologique, la plantation sucrière de Rémire en Guyane, en mettant notamment en avant la question de l’éclairage naturel. En archéologie, l’étude des activités agricoles représente un volet important, car elles touchent nécessairement l’humanité au moins depuis la révolution néolithique. Les liens évidents entre agriculture et ensoleillement ont amené Jean-Baptiste à étudier l’intégration d’une simulation de l’évolution de la lumière du soleil pendant une journée complète sur le site de la plantation sucrière.



Sucrerie Lumiere
Action sur la vitesse de l’alternance jour/nuit au sein de la sucrerie



La flore constitue l’élément majeur du site de la plantation sucrière. Jean-Baptiste a ainsi planté virtuellement de la végétation sur un rectangle d'une superficie de 1800 hectares, dont la topographie résulte d’altitudes issues de sondages, de cartes actuelles et du XVIIIe siècle. La végétation aux XVIIe-XVIIIe siècles étant cependant différente de celle d’aujourd’hui, au-delà des plantes utilisées dans l’activité du site d’après les sources directement liées (cacaoyer, caféier, canne à sucre et coton), des sources documentaires ont été exploitées. En comparant avec les sources d’un botaniste ayant visité l’endroit à l’époque, les plantes suivantes ont été intégrées : Baumier du Pérou, Cannelier de Ceylan, Campêche, Goyavier à grandes fleurs, Hura crepitans, Cacaoyer et Palétuvier blanc. Ainsi, en plus de la canne à sucre et du citronnier, il a fallu stocker quasiment chacune de ces plantes, à partir d’une bibliothèque de plantes 3D quand elles s’y trouvaient, ou les modéliser dans le cas contraire. Le placement des caféiers, des zones forestières et des plants de canne à sucre a été effectué de manière semi-automatique dans des zones évoquées par les sources. Notamment pour les plants de canne à sucre, des paramètres de densité et de différences aléatoires de positions/dimensions s’imposaient et ont donc été utilisés pour simuler la non-homogénéité de la réalité. Ce ne sont pas moins de 787 000 plantes qui sont ainsi affichées dans l’environnement archéologique virtuel, dont 782 000 plants de canne à sucre.  Compte tenu de l’étendue du site, l’objectif a été de proposer une simulation visuelle de paysage, en plateforme immersive, au sein de laquelle l’utilisateur perçoit sans rupture la végétation proche et la lointaine.



Sucre1
Rendus 3D de cacaoyer, palétuvier blanc et cannelier de Ceylan


Sucre2
Simulation 3D de végétation sur la plantation sucrière de Rémire




Quelles perspectives ?

A travers ces quelques exemples de travaux sur la production, l’exploration et l’analyse d’environnements archéologiques virtuels, Jean-Baptiste démontre l’intérêt de développer – pour et avec les archéologues - la production adaptative et itérative d’environnements archéologiques 3D, mais aussi l’utilisation d’environnements archéologiques virtuels. Il est désormais possible d’imaginer comment la réalité virtuelle peut accompagner l’évolution du métier d’archéologue vers une sorte d’idéal : voir, sentir, entendre, manipuler, interagir avec des éléments certes virtuels, mais parfois parcellaires dans la réalité. Plus concrètement, les archéologues devraient dans le futur proche pouvoir mesurer, analyser, consulter des sources, interpréter, expérimenter et modéliser par le biais d’un système de réalité virtuelle : bref, pouvoir tester et valider en « situation » des hypothèses de travail.

Dans un futur encore plus lointain, les enjeux se situeront probablement au niveau de la simulation et de l’interaction avec des humains virtuels du passé. Pour restituer leurs gestes dédiés à des tâches disparues, les avancées technologiques permettront ainsi de simuler des humains en activités du passé. Pour l’archéologue immergé pouvant vérifier la cohérence de l’environnement, il serait ainsi envisageable d’appréhender les activités des humains virtuels, de faire interagir ces activités avec l’environnement archéologique virtuel, puis enfin de déduire de ces activités une narration du quotidien d’un site archéologique.

Nul doute que ses travaux futurs trouveront une prolongation également au sein du CNPAO, le Conservatoire Numérique du Patrimoine Archéologique de l'Ouest, dont Jean-Baptiste est le coordinateur. Une initiative originale qui fédère archéologues et informaticiens d’horizons divers (université de Rennes 1, CNRS, INSA, INRAP, INRIA), et qui lui avait valu en 2014 le prix Werner Weber.


Contact
Jean-Baptiste Barreau (CReAAH) / @
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR)


Expo "Éternité, rêve humain et réalités de la science"


 AHLeGall    23/05/2017 : 14:36

roamin_twitter.jpg

Romain Causse-Védrines, technicien au labo ECOBIO, a collaboré à l'exposition "ÉTERNITÉ, RÊVE HUMAIN ET RÉALITÉS DE LA SCIENCE" proposée du 19 mai 2017 au 12 mars 2018 au Muséum d'histoire naturelle de Nantes.

Romain Causse-Védrines, technicien au labo ECOBIO, a collaboré à l'exposition "ÉTERNITÉ, RÊVE HUMAIN ET RÉALITÉS DE LA SCIENCE" proposée du 19 mai 2017 au 12 mars 2018 au Muséum d'histoire naturelle de Nantes. On peut le retrouver à travers des vidéos de vulgarisation comme "Les 10 plus vieux animaux" et "La méduse immortelle"



Bandeau Eternite Web


L’Homme a toujours rêvé d’éternité. Cette exposition le replace dans la diversité du vivant et l'histoire de la Terre.

Depuis l’Antiquité, des croyances variées animent chaque civilisation : la résurrection chez les Égyptiens, le paradis pour les perses, la réincarnation des hindous. Au Moyen Âge, c’est l’alchimie qui tente de répondre à la question de la vie éternelle par la confection d’élixirs et de la pierre philosophale.

Aujourd’hui, ce rêve d’éternité s’insinue dans notre réalité grâce aux progrès technologiques et médicaux. L’homme peut-il être considéré comme une machine dont on remplacera les pièces défaillantes par des prothèses bioniques ? Pourra-t-il, à l’instar d’autres animaux comme la salamandre, régénérer tout ou partie de son corps ? Pourrons-nous faire repousser des tissus ou même des organes entiers ? Les nouvelles technologies semblent pouvoir nous aider à nous battre contre la mort, à repousser toujours plus loin les limites de la vie.

Et les autres ? Afin de replacer l’Homme dans la diversité du vivant et l’histoire de la Terre, l’exposition propose un voyage dans le temps : le temps de vie des autres êtres vivants, le temps d’existence des espèces (l’espèce Homo sapiens existe depuis près de 200 000 ans) et le temps de la Terre et de l’Univers.

>>> En savoir plus sur l'expo



A propos de la contribution de Romain

Dans cette expo multi-supports, Romain - plus connu sur la toile sous le pseudo de Professeur Lablouse - propose des contenus audiovisuels : des vidéos en format court dont il est particulièrement friand puisqu'il anime une chaine youtube dédiée à la vulgarisation scientifique en biologe/écologie. En voici deux exemples proposés dans le cadre de l'expo






On peut retrouver et suivre Romain dans ses pérégrinations sur les réseaux sociaux

> youtube
> twitter
> facebook



Contacts OSUR
Romain Causse-Védrines (ECOBIO)
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR)