Wu Si Medal 2016 pour Cheng Feng (Géosciences Rennes)


 AHLeGall    25/05/2016 : 21:55

Feng_Cheng.png

Wu Si Medal 2016 pour Cheng Feng (Géosciences Rennes)

Cheng Feng, doctorant à Géosciences Rennes en co-tutelle entre l'Université de Rennes 1 et La Peking University vient de recevoir la Wu Si Medal ("Médaille du 4 Mai") qui récompense les meilleurs travaux de thèse à l'Université de Pékin (meilleure université de Chine !). Ce prix est donc particulièrement exceptionnel.

Feng CHENG Wu Si Medal

Feng ChengCheng Feng qui a déjà soutenu sa thèse à Pékin, soutiendra celle-ci à Rennes le 25 Mai prochain.

Son travail intitulé "Relations érosion – sédimentation entre le bassin du Qaidam (Tibet) et les chaines associées" a été encadré par Marc Jolivet, directeur de recherches CNRS au laboratoire Géosciences Rennes de l'OSUR. Feng est venu en France dans le cadre d'un projet Egide Cai Yuanpei. Le projet sur lequel il travaille s'intègre dans le LIA Saladyn soutenu par le CNRS et l'Université de Rennes 1.

En voici une présentation synthétique :

Le basin du Qaidam, situé sur la bordure nord du Plateau Tibétain est unique au monde en ce qu’il représente le bassin intracontinental le plus profond bien que situé sur le plus haut plateau et la plus épaisse croûte continentale actuels. Comprendre le développement et l’évolution de ce bassin en lien avec la collision Inde-Asie a des implications multiples pour la géologie du Tibet en particulier, et la tectonique continentale en général. De nombreuses études incluant de la thermochronologie, de la paléobotanique, du paléomagnétisme, de la paléoaltimétrie, de la sédimentologie et de la géologie structurale se sont intéressées à l’histoire tectonique et topographique de cette région. Toutefois la topographie initiale de la région actuellement représentée par le Plateau Tibétain ainsi que les premiers stades de développement du plateau restent méconnus et très débattus.
Ce travail est basé sur des données de terrain, de sismique 2D et 3D, de géochimie, de géochronologie détritique, de sédimentologie et d’analyse d’images satellitaires. Les résultats décrivent: 1) l’évolution cénozoïque conjointe du bassin du Qaidam et du plateau du Tibet ; 2) les relations entre la sédimentation dans le bassin et la tectonique le long des failles majeures qui le limitent; 3) une estimation quantitative de l’extrusion latérale du nord Tibet les long du système Altyn Tagh – Qilian Shan ; 4) la nature et la typologie du bassin du Qaidam.

Cheng Feng These

Contacts OSUR

Feng Cheng (Peking University, Beijing)

Marc Jolivet (Géosciences Rennes)

Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR)


Comment animaux et végétaux interagissent-ils dans un paysage agricole ?



video_DIVA_TVB.jpg

Comment animaux et végétaux interagissent-ils dans un paysage agricole ?

Le déplacement des animaux et des plantes dans les paysages agricoles est dépendant de leur structure et de leur composition dans le temps et dans l’espace. Les éléments du paysage peuvent avoir des influences différentes selon les espèces présentes.

Cette animation illustre l’intérêt des interactions entre les différents milieux (ouverts, boisés, enherbés) dans un paysage agricole. Elle a été réalisée à partir des résultats du programme de recherche action publique, agriculture et biodiversité (DIVA) du MEEM (Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer) : "La Trame Verte dans les Espaces Ruraux".

>>> En savoir plus sur le programme DIVA

Cette animation illustre par ailleurs les recherches menées en écologie du paysage par l'OSUR au sein de la zone atelier Armorique (InEE CNRS)



(Coordination scientifique : INRA / MEEM ; Coordination technique : ENVAM : Production et infographie : SUPTICE/Université de Rennes 1 - 2016)

Contact OSUR :

Jacques Baudry (INRA Sad-Paysage)

Pierline Tournant (INRA Sad-Paysage)

Alain-Hervé Le Gall (multicom OSUR) :@


Jean Jouzel élu à l'académie des Sciences des Etats Unis (U.S. National Academy of Sciences)


 AHLeGall    18/05/2016 : 08:02

jean_jouzel.jpg

Jean Jouzel élu à l'académie des Sciences des Etats Unis (U.S. National Academy of Sciences)

Jean Jouzel - Président du Conseil de l'OSUR - a été élu lors du 153ème meeting de la National Academy of Sciences, comme membre étranger.

Directeur de Recherche Emérite au CEA, Jean Jouzel a fait dans cet organisme l'essentiel de sa carrière scientifique largement consacrée à la reconstitution des climats du passé à partir de l'étude des glaces de l'Antarctique et du Groenland. De 2001 à 2008, il a été Directeur de l’Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) qui regroupe les laboratoires de la région parisienne impliqués dans les recherches sur l’environnement global. Il a participé au titre d’auteur principal aux deuxième et troisième rapports du GIEC (co-lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2007), dont, de 2002 à 2015, il a été vice-président du groupe de travail scientifique. Il a présidé le Haut Conseil de la Science et de la Technologie (HCST) de 2009 à 2013 et est membre du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) depuis 2011. Il est auteur de plus de plus de 400 publications dont environ 300 dans des revues internationales à comité de lecture. Ses travaux ont été récompensés par des prix et distinctions, dont les médailles Milankovitch et Revelle, décernées respectivement par la Sociétés  Européenne et Américaine de Géophysique. Conjointement avec Claude Lorius, il a en 2002, reçu la Médaille d’or du CNRS. En 2012, il a reçu le Prix de la Fondation Albert II de Monaco et le Prix Vetlesen, considéré comme le « Nobel des Sciences de la Terre et de l’Univers ». 

Source :

http://www.nasonline.org/news-and-multimedia/news/may-3-2016-NAS-Election.html

http://www.lsce.ipsl.fr/Phocea/Vie_des_labos/Fait_marquant/index.php?id_news=2457


David Renault (ECOBIO), nouveau membre junior de l'IUF



david_renault2.JPG.jpg

David Renault (ECOBIO), nouveau membre junior de l'IUF

David Renault, MC UR1 et responsable de l'équipe PHENOME du labo ECOBIO de l'OSUR, est nommé membre junior de l'Institut Universitaire de France. A noter que David est également responsable du GdR 3647 'Invasions biologiques' de l'InEE du CNRS et du programme IPEV 136 'Subanteco'.

Les activités de recherche de David portent sur l'écophysiologie du stress en lien avec les invasions biologiques. Ses travaux portent notamment sur la compréhension des mécanismes physiologiques et comportementaux ainsi que sur les stratégies adaptatives mises en œuvre par les invertébrés lorsqu’ils sont soumis à des stress environnementaux, notamment thermiques et trophiques. Les variations environnementales des habitats terrestres fluctuent dans le temps et dans l'espace, imposant des ajustements biologiques permanents des organismes. Pourtant, les études actuelles considèrent généralement les variations d'un seul paramètre environnemental, limitant ainsi la portée de ces études. Ainsi, dans le cadre de son projet IUF, David propose de mener des approches multifactorielles, intégrant l'ensemble des facteurs environnementaux, et leurs variations, afin de comprendre de manière fiable les capacités de résilience des systèmes écologiques dans le contexte actuel de changements globaux. Son projet intégrera la gamme de phénotypes exprimés par les arthropodes en réponse à ces conditions de stress environnementaux multiples, pour mieux comprendre leurs réponses aux variations environnementales.

A propos de l'IUF

L'institut universitaire de France a pour mission de favoriser le développement de la recherche de haut niveau dans les universités et de renforcer l'interdisciplinarité, en poursuivant trois objectifs :

# Encourager les établissements et les enseignants-chercheurs à l'excellence en matière de recherche, avec les conséquences positives que l'on peut en attendre sur l'enseignement, la formation des jeunes chercheurs et plus généralement la diffusion des savoirs.
# Contribuer à la féminisation du secteur de la recherche.
# Contribuer à une répartition équilibrée de la recherche universitaire dans le pays, et donc à une politique de maillage scientifique du territoire.

>>> Institut Universitaire de France

Logo IUF

A noter que les universités rennaises accueilleront du 6 au 8 juin 2016 le colloque annuel de l'IUF, sur le thème de l'Image.





Contact OSUR
:

David Renault (ECOBIO)

Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR)


MOOC Dynamiques des paysages : Carnet de voyage #2 : J-13


 AHLeGall    04/05/2016 : 08:26

logo_mooc_envam.png

 Se former en liberté sur la plateforme FUN

Logo Fun Se former en liberté sur la plateforme FUN


Visuel Mooc Site

Inscription sur la plateforme FUN

Carnet de voyage #2 : paroles d'acteurs

Bonjour à toutes et à tous,

A 2 semaines de l'ouverture du MOOC "dynamiques de paysages", vous êtes désormais plus de 2250 participants inscrits.

Paroles d’acteurs du paysage

En prologue du MOOC, découvrez cette semaine, 4 approches du paysage à travers les interventions de :

  •  Jean Jouzel : Climatologue au CEA, vice-président du Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat, président du conseil d'administration de l'Observatoire des Sciences de l'Univers de Rennes
  • Valérie Nouvel : Vice-présidente du conseil départemental de la Manche (Transition énergétique - Environnement - Innovation)
  • Hermine Papazian : Agronome, titulaire d'un doctorat en sciences de l'environnement au CIRAD sur les dynamiques foncières au Sahel
  • Gille Pinay : Ecologue et biogéochimiste, directeur de l'Observatoire des Sciences de l'Univers de Rennes

Visuel Mooc Prologue

On continue à parler du MOOC sur la toile :

·        Tela Botanica, le réseau de la botanique francophone

·        Médiaterre, le système d'information mondial francophone pour le développement durable

·        Formation Continue du Supérieur

·        CRESEB, Centre de Ressources et d'Expertise Scientifique sur l'Eau de Bretagne

·        Agence Universitaire de la Francophonie

·        Zones Ateliers LTER France (CNRS InEE)

·        Réseau Mixte Technologique en Agroforesterie

·        LinkedIn, Publications populaires des membres

·        MyMooc, annuaire de la formation en ligne

·        Espace Emploi Techniques de l'Ingénieur

Retrouvez tous les carnets de voyage sur le site envam.org

A très bientôt

L’équipe du MOOC

@Mooc_Paysage

 

“Je déteste la montagne, ça cache le paysage.” Alphonse Allais

  Voir le cours  
   

Sophie Méry (CReAAH) arrive à l'OSUR


 AHLeGall    03/05/2016 : 07:59
 Aucun    Ils ont fait laffiche

Sophie_Mery.png

Sophie Méry (CReAAH) arrive à l'OSUR

Sophie Mery, précédemment membre de  l'UMR 7041 ArScAn basée à la MAE de Nanterre, vient d'intégrer le CReAAH et est désormais basée au laboratoire Archéosciences de Rennes (campus de Beaulieu).

Sophie est directrice de recherche au CNRS,  spécialiste de l'archéologie du Moyen Orient ; elle s'est consacrée à l'étude des productions artisanales (céramiques) de l'âge du Bronze dans la partie orientale de la Péninsule arabique ; ses recherches portent aujourd'hui, plus largement, sur l'évolution culturelle des sociétés protohistoriques d’Arabie orientale et les processus techniques et d'échanges au Moyen-Orient durant les âges des métaux.

Sophie a notamment publié en 2000 aux CNRS Editions un ouvrage intitulé "Les céramiques d'Oman et l'Asie moyenne. Une archéologie des échanges à l'Age du Bronze"

Sophie Mery Oman CNRS Edit 2000

Contact OSUR :

Sophie Méry (CReAAH)


Hervé Duval (CReAAH) arrive à l'OSUR


 AHLeGall    02/05/2016 : 12:20

Herve_Duval.jpg

Hervé Duval (CReAAH) arrive à l'OSUR

Ayant débuté une thèse en septembre 2015, Hervé Duval est un nouveau doctorant rattaché à l’Université de Rennes 1 et à l’école doctorale Sciences de la Matière (SDLM). Le sujet qu’il traite pour une durée de 3 ans - grâce au financement de la Région Bretagne - concerne les « les sites fortifiés littoraux de la façade Manche-Atlantique de l’Europe : territoires, échanges et pouvoirs, au 1 millénaire avant notre ère » et est placé sous la direction de Marie-Yvane Daire (CReAAH).

Ce projet de thèse vise à comprendre la place des sites archéologiques fortifiés littoraux attribués à l’âge du Fer au travers d’une étude interdisciplinaire et systématique, dans l’optique de comprendre les enjeux socio-économiques et stratégiques de ces sites, implantés le plus souvent sur des positions topographiques remarquables, ainsi que les moyens déployés pour leur mise en défense. Du point de vue scientifique, ce projet rejoint certaines dynamiques développées au sein du CReAAH par l’équipe « Littoral » et de l’OSUR autour des milieux littoraux, côtiers et marins.

L’approche archéologique du sujet, dans sa manière de constituer un corpus de sites, laisse une grande place aux études géographiques et géologiques d’un point de vue spatial. La situation des sites nécessite le recours constant à la morphologie et à la typologie pour leur caractérisation. Lorsque ces données sont absentes ou insuffisantes, le recours aux relevés topographiques – et donc à la géomatique – s’avère nécessaire. Ce sujet de thèse participe pleinement aux démarches développées à la croisée des sciences humaines et de l’environnement, en vue d’une meilleure connaissance des modalités de peuplement littoral et de l’exploitation des milieux.

Hervé est installé dans le bureau 010 (Salle Doctorants) du bâtiment 24 du campus de Beaulieu.

Contact OSUR :

Hervé Duval (CReAAH)


Les cyanobactéries, des bactéries particulièrement douées pour coloniser les écosystèmes aquatiques


 AHLeGall    28/04/2016 : 08:59

enora_briand.jpg

Les cyanobactéries, des bactéries "flexibles" championnes de la colonisation >>> Avec Enora Briand et Myrian Bormans (ECOBIO)

Les proliférations de cyanobactéries perturbent le fonctionnement des écosystèmes aquatiques dans lesquels elles surviennent et constituent un risque important pour la santé animale et humaine. En effet, ces microorganismes sont capables de synthétiser une grande variété de composés bioactifs dont les microcystines (MCs), toxines les plus fréquemment produites par les genres majeurs de cyanobactéries présents dans les écosystèmes aquatiques continentaux. S’il est désormais établi que ces métabolites secondaires jouent un rôle important dans la composition des communautés des micro-organismes à travers des interactions biotiques, en revanche de nombreuses questions demeurent sur leur rôle fonctionnel et le mode de régulation de leur production. C'est à ces interrogrations que tentent de répondre Enora Briand et Myriam Bormans du labo ECOBIO de l'OSUR, les deux premiers auteurs d'un article paru dans Environmental Microbiology en février 2016 et intitulé 'Changes in secondary metabolic profiles of Microcystis aeruginosa strains in response to intraspecific interactions'.

Les cyanobactéries, microorganismes photosynthétiques, sont parmi les plus anciens organismes apparus sur terre (~3 milliards d'années). Ces organismes procaryotes contribuent de manière très significative à la production primaire de notre planète et jouent un rôle central dans les cycles de l’azote et du carbone. Les cyanobactéries ont évolué en un groupe bactérien extrêmement diversifié aussi bien du point de vue morphologique, métabolique que génétique. Cette grande plasticité leur a permis de coloniser de nombreux écosystèmes à travers le monde, qu’ils soient terrestres ou aquatiques. Cependant, leur succès écologique peut entrainer des problèmes majeurs lorsqu’elles prolifèrent dans les écosystèmes aquatiques continentaux, en perturbant leur fonctionnement (diminution de la biodiversité, hypoxie et anoxie) mais aussi leurs usages (loisirs, production d’eau potable, production piscicole). Outre les quantités élevées de biomasse générées lors de ces événements, les cyanobactéries produisent de nombreux métabolites secondaires dont une partie est d’ores et déjà connue pour induire des effets toxiques pour les organismes qui y sont exposés (les dermatotoxines irritent la peau et les muqueuses, les hépatotoxines ciblent le foie et les neurotoxines le système nerveux). Le risque toxique associé à ces proliférations constituent donc un problème majeur à la fois pour la santé des écosystèmes et pour la santé publique. Parmi ces toxines, les microcystines (MCs, hépatotoxines) sont les plus fréquemment produites par les genres majeurs de cyanobactéries présents dans les écosystèmes aquatiques continentaux. Ces métabolites secondaires, qui par définition ne sont pas indispensables à la croissance de la cellule, joueraient un rôle important dans la composition des communautés des micro-organismes à travers des interactions biotiques, c'est-à-dire les interactions du vivant sur le vivant dans un écosystème. En revanche de nombreuses questions demeurent sur leur rôle fonctionnel et le mode de régulation de leur production.


Lors des proliférations de cyanobactéries, des souches productrices et non-productrices de métabolites pour chacune des classes de métabolites coexistent. Dans ce contexte, les chercheurs ont testé si la production de différents métabolites secondaires par des souches co-existantes pouvait être régulée à travers des interactions intraspecifiques. Une approche combinée de co-culture et d’analyse des profils métaboliques par LC-MS/MS (Spectromètre de Masse hybride Haute Résolution couplé à une Chromatographie Liquide Ultra Performance) a été développée afin d’étudier la croissance et les profils métaboliques de souches de Microcystis productrices et non productrices de MCs en condition de monoculture et de co-culture (souche productrice de MCs en co-culture avec l’une des souche non productrice).


En condition de monoculture, les auteurs ont mis en évidence chez la souche mutante non productrice de MCs, que l’absence de production de la toxine engendrait une surproduction des autres métabolites (cyanopeptolines, aerucyclamides et aeruginosines) par rapport aux productions observées chez la souche toxique sauvage. De plus, des changements quantitatifs des peptides produits majoritairement étaient également observés en réponse à la mise en co-culture. L’étude des réseaux moléculaires par une approche innovante basée sur la comparaison des spectres MS/MS, a également permis de détecter de nouveaux variants structurels (composé qui ne diffère d’un autre composé que par le remplacement d’un atome ou d’un groupe d’atomes par un autre) ainsi que des composés inconnus.
Ce travail apporte de nouveaux éléments quant à la compréhension des facteurs régulant la production des MCs et autres métabolites secondaires chez les cyanobactéries, et suggère que les cyanopeptides pourraient avoir des fonctions interchangeables ou complémentaires permettant aux cyanobactéries de coloniser et de dominer des environnements aquatiques sujets à de fortes variations.


On peut donc supposer que dans le cadre du changement climatique annoncé, caractérisé notamment par des fortes fluctuations hydriques et de températures, nos écosystèmes aquatiques seront encore plus menacés par ces cyanobactéries particulièrement adaptables, avec les conséquences socio-environnementales que l’on imagine : une écotoxicité accrue, et des risques sanitaires d’autant plus forts pour les populations humaines et animales.

* Enora Briand, Myriam Bormans, Muriel Gugger et al. (2016). Changes in secondary metabolic profiles of Microcystis aeruginosa strains in response to intraspecific interactions. Environmental microbiology, 18(2), 384–400 doi:10.1111/1462-2920.12904

Art Enora Briand Figure 2016

Art Enora Briand Efflorescence 2016

Contacts OSUR :

Enora Briand (ECOBIO)

Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR)


Mention spéciale et félicitations du jury du Prix Daveluy pour Marine Sadania (CReAAH)


 AHLeGall    22/04/2016 : 14:02

soutenance_these_marine_sadania_1.jpg

Marine Sadania, docteur de l’Université de Nantes (CReAAH, laboratoire Lara-Polen), se verra remettre une lettre « mention spéciale et félicitations » créée spécialement par le jury du Prix Daveluy pour l’originalité et la qualité de sa thèse intitulée "Les ancres à jas de la façade atlantique maritime française de l’Antiquité au milieu du xx siècle".

Marine Sadania, docteur de l’Université de Nantes (CReAAH, laboratoire Lara-Polen), se verra remettre une lettre « mention spéciale et félicitations » créée spécialement par le jury du Prix Daveluy pour l’originalité et la qualité de sa thèse intitulée "Les ancres à jas de la façade atlantique maritime française de l’Antiquité au milieu du xx siècle".

Thèse codirigée par Martial Monteil (Univ. de Nantes, CReAAH) et Éric Rieth (Univ.de Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Cette lettre lui sera remise par le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Bernard Rogel, à l’École militaire de Paris.

Qu’est ce que le prix de stratégie maritime Daveluy et son objectif ? Créé par le chef d’état-major de la marine (CEMM) en 1996, le prix « Amiral Daveluy » récompensent des travaux de recherche et de réflexion à caractère historique, géopolitique et juridique dans les domaines de la pensée navale et du fait maritime. Il comporte désormais une composante en sciences de l’ingénieur (techniques navales, biologie marine, océanographie…) et une composante en sciences humaines (droit, histoire, géopolitique…) qui récompensent les travaux universitaires ou des grandes écoles

>>> En savoir plus

Soutenance These Marine Sadania 1

Soutenance These Marine Sadania 2

Contact OSUR :

Marina Sadania (CReAAH, laboratoire Lara-Polen)


1 ERC Advanced Grant 2015 pour Ian Sims (IPR)


 AHLeGall    14/04/2016 : 14:50

ian_sims_ERC_2015.jpg

1 ERC Advanced Grant 2015 pour Ian Sims (IPR)

Ian Sims, professeur à l'université de Rennes 1 et chercheur à l'IPR a obtenu une ERC Advanced Grant 2015

L'ERC a publié le 14 avril 2016 les noms des 277 lauréats sélectionnés dans le cadre de l'appel Advanced Grant 2015 partout en Europe. Ian Sims, physico-chimiste au sein du Département 'Physique Moléculaire' de l'IPR est l'heureux lauréat d'une ERC intitulée 'CRESUCHIRP' pour 'Ultrasensitive Chirped Pulse Fourier Transform mm Wave Detection of Transient Species in Uniform Supersonic Flows for Reaction Kinetics Studies under Extreme Conditions'.

Ian Sims s'intéresse plus particulièrement à la cinétique et la dynamique des collisions moléculaires en phase gazeuse, en particulier à basses températures. Ce travail a eu un impact majeur pour la compréhension de la réactivité chimique et en particulier sur les modèles d'environnements froids tels que les nuages interstellaires denses. 

>>> En savoir plus sur Ian Sims


Rappelons que l'appel Advanced Grant de l'ERC a pour vocation de financer des chercheurs confirmés, reconnus dans leur domaine, à hauteur de 2,5 millions d'euros maximum sur 5 ans.

Sur 277 lauréats en Europe, la France en comptabilise 30, soit une 3ème position derrière le Royaume-Uni (69 lauréats) et l'Allemagne (43 lauréats).

A noter que cet ERC est la 5ième à l'université de Rennes 1 - et la 3ième pour l'OSUR ! - après celles à Géosciences-Rennes de Tanguy Le Borgne (CNAP) et Guillaume Dupont-Nivet (CNRS) en 2014 (Consolidator Grant) ; précédemment, à l'IPR avec Tanguy Rouxel (UR1) en 2012 (Advanced Grant) et à l'IGDR avec Damien Coudreuse (CNRS) en 2012 (Starting Grant).

Contact OSUR :

Ian Sims (IPR)

Céline Thébault (com IPR)