Radiographie d'un volcan


 AHLeGall    29/01/2016 : 10:58

dominique_gibert1.jpg

Radiographie d'un volcan (Soufrière) >>> D. Gibert (Géosciences)

Radiographie d'un volcan

Cette vidéo de 27 minutes réalisée par Arnaud Mansat (janvier 2016) illustre les recherches réalisées dans le cadre de l'ANR Diaphane copilotée par Dominique Gibert (CNAP) du laboratoire Géosciences Rennes de l'OSUR, fruit d'une collaboration entre plusieurs équipes du CNRS (IN2P3 et INSU), avec le soutien technique de ULISSE CNRS (Unité de Logistique Internationale Services et Soutien aux Expériences).

L'expérimentation illustrée ici repose sur la radiographie par muon cosmique, i.e. un scanner qui permet de faire une imagerie en 3D d'un volcan, en l'occurrence la Soufrière de Guadeloupe.

DIAPHANE from Arnaud MANSAT on Vimeo.



>>> En savoir plus sur Diaphane

>>> "ULISSE AU SERVICE DE LA RADIOGRAPHIE D'UN VOLCAN Télescopes à muons sur la Soufrière de Guadeloupe"



Contact :

Arnaud Mansat

Contact OSUR :

Dominique Gibert (Géosciences Rennes)


L’opposition aux OGM en débat



Hidden attraction: empirical rationality in GMO opposition >>> I. Couée (ECOBIO)

L’opposition aux OGM en débat dans Trends in Plant Science

 

La revue Trends in Plant Science (Cell Press) publie une série de points de vue sur les représentations intellectuelles et morales qui peuvent être impliquées dans l’opposition aux organismes génétiquement modifiés (OGM), en particulier dans le contexte des productions végétales et de l’agriculture.

 

Cet échange de perspectives met en regard des contributions d’Ivan Couée (ECOBIO / OSUR / Université de Rennes 1), et de Stefaan Blancke (Département de philosophie et sciences morales, Université de Gand) et Marc Van Montagu (Université de Gand), co-découvreur de la transgenèse végétale dans les années 1970.

 

Article initial :

Fatal attraction: the intuitive appeal of GMO opposition, par Stefaan Blancke et al., Trends in Plant Science, 20, 414-418 (Juillet 2015)

Et les réponses parues en février 2016

Hidden attraction: empirical rationality in GMO opposition, par Ivan Couée, Trends in Plant Science, 21, 91 (Février 2016)

et

The need to understand GMO opposition: reply to Couée, par Stefaan Blancke et al., Trends in Plant Science, 21, 92 (Février 2016)

Contact OSUR :

Ivan Couée (ECOBIO)


Conférence "Recherche : défis et aventures" (SNR)



melanie_davranche.jpg

Conf "Recherche : défis et aventures" (SNR) >>> M. Davranche (Géosciences)

Mélanie Davranche, professeure à l'université de Rennes 1, chercheuse au labo Géosciences Rennes de l'OSUR, est intervenue le lundi 14 décembre 2015 lors de la Conférence "Recherche : défis et aventures" dans le cadre de la stratégie nationale de la recherche (SNR), en présence de Najat Vallaud-Belkacem (ministre de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche), Thierry Mandon (secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche)  et Manuel Valls (Premier ministre).

Rappelons que Mélanie Davranche, est membre de l'IUF (Institut universitaire de France) et médaillée de bronze du CNRS.

SNR Melanie Davranche Dec2015a

SNR Melanie Davranche Dec2015b

Mélanie Davranche (6ième en partant de la gauche)

Contact OSUR :

Mélanie Davranche


2 AIS de Rennes Métropole



ais_2015_piscart_colinet.jpg

2 Allocations d'Installation Scientifique >>> H. Colinet et C. Piscart (ECOBIO)

Rennes Métropole a attribué douze allocations d’installation scientifique à des chercheurs venus travailler dans les laboratoires rennais. Dont 2 pour des chercheurs de l'OSUR : Christophe Piscart et Hervé Colinet, tous les deux chargés de recherche CNRS au labo ECOBIO de l'OSUR.

Suite à un appel à candidature lancé auprès des laboratoires au dernier trimestre de l’année 2014, 33 dossiers ont été déposés cette année (26 hommes et 7 femmes), douze d’entre eux ont été retenus.

Les Allocations d’installation scientifique (AIS) s’inscrivent dans le cadre des actions de Rennes Métropole en faveur de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Cette allocation est destinée à financer l’acquisition de matériel scientifique. Elle s’élève à 40 000 € pour les sciences expérimentales - dont celle d'Hervé Colinet du labo ECOBIO - et 10 000 € pour les sciences humaines et les mathématiques. Un deuxième type d'allocation, de 75 000 €, cible les chercheurs confirmés constituant une nouvelle équipe de recherche : c'est le cas cette année pour Christophe Pisacart du labo ECOBIO.

L’Allocation d’installation scientifique (AIS) a pour objectif d’encourager et de promouvoir le travail de chercheurs nouvellement installés à Rennes en leur offrant la possibilité de financer tout ou partie de leur équipement scientifique. Cette mesure vise également à aider les établissements dans leur politique de recrutement, pour anticiper le renouvellement des équipes, ainsi qu’à développer le spectre de la recherche de l’agglomération rennaise.

>>> En savoir plus

Contact OSUR :

Christophe PISCART (ECOBIO)

Hervé COLINET (ECOBIO)


Grand Prix 2015 de la SFE


 AHLeGall    08/12/2015 : 08:53

francoise_burel.jpg

Grand Prix 2015 de la Société Française d'Ecologie >>> F. Burel (ECOBIO)

Françoise Burel du laboratoire ECOBIO de l'OSUR s'est vue décerner le Grand Prix 2015 de la Société Française d'Ecologie.

Ce Prix de la SFE est destiné à récompenser un(e) écologue pour l’ensemble de ses travaux et son dévouement aux Sciences de l’Ecologie au sens large. Il est attribué tous les ans depuis 2009 et doté d’une médaille. Une tribune libre sur le site de la SFE est également offerte au lauréat.

Rappelons à cette occasion que Françoise a obtenu la médaille d'argent du CNRS 2009 : cette médaille est venue récompenser une pionnière de l'écologie du paysage en France.

Cette récompense de la SFE préfigure de la plus belle des manières une année 2016 dédiée aux "paysages" par l'Institut Ecologie et Environnement du CNRS (InEE) du CNRS !

>>> En savoir plus : le portrait de Françoise Burel à l'occasion de sa médaille d'argent du CNRS

Contact OSUR :

Françoise Burel (ECOBIO)


Le voisinage, ça marque durablement !



Le voisinage, ça marque durablement >>> F. Hennion (ECOBIO)

Une équipe internationale, autour de Françoise Hennion - spécialiste de l'étude des polyamines - et Andreas Prinzing (laboratoire ECOBIO), a mené une étude expérimentale de 5 ans en milieu contrôlé sur Dactylis glomerata. Ces travaux sont publiés en novembre 2015 dans la revue Journal of Ecology sous le titre ‘Ecologically diverse and distinct neighbourhoods trigger persistent phenotypic consequences, and amine metabolic profiling detects them’ (1).

Les changements globaux déclenchent des altérations rapides dans la composition et la diversité des communautés de plantes ce qui peut provoquer des modifications dans le fonctionnement des écosystèmes.

Afin de mieux comprendre ces processus et leurs conséquences, les chercheurs ont étudié une espèce d'herbe particulière : Dactylis glomerata. Dactylis a été cultivé sur des parcelles expérimentales avec des compositions variables d'espèces différentes pendant 5 ans dans le cadre de l'expérience de Biodiversité de Jena, puis échantillonnées, clonées et cultivées dans un jardin commun à l'INRA de Lusignan. L'équipe rennaise a étudié les polyamines, ces régulateurs physiologiques qui contrôlent notamment les réponses de croissance des organismes envers leur environnement.


Les chercheurs ont constaté que les niveaux et les écarts moyens de la plupart des polyamines des plantes de Dactylis dépendaient de la diversité de la communauté "source" (originelle, ancestrale), et notamment de la richesse des espèces et des différences phylogénétiques et fonctionnelles par rapport à Dactylis.

Cette étude montre donc que les caractéristiques fonctionnelles ou évolutives d’une communauté de plantes avoisinantes change le métabolome des polyamines d’une plante de manière durable.

Alors que les études précédentes étaient plutôt restreintes aux effets spécifiques d’espèces voisines individuelles ou à l’étude in situ de caractères réversibles, l'originalité de la présente étude et les résultats obtenus ont été acquis par une approche de clonage de plantes à partir d’un voisinage ancestral. De cette façon, au-delà de réponses immédiates du métabolome à l'environnement, on a pu montrer une évolution d'une partie du métabolome.

Les résultats suggèrent que la biodiversité macroévolutive et fonctionnelle a un impact sur la microévolution des plantes.  Concrètement, ceci implique que le fonctionnement des écosystèmes peut ne pas dépendre uniquement de la biodiversité de la communauté présente : il peut dépendre aussi de la diversité passée pouvant être très différente de la diversité actuelle, cet effet de la diversité passée étant médié par un changement évolutif des métabolomes végétaux.


(1) Ecologically diverse and distinct neighbourhoods trigger persistent phenotypic consequences, and amine metabolic profiling detects them
Françoise Hennion1,*, Isabelle Litrico2, Igor V. Bartish3, Alexandra Weigelt4,5, Alain Bouchereau6 andAndreas Prinzing1
Journal of Ecology, Article first published online: 28 NOV 2015
DOI: 10.1111/1365-2745.12505


Contact OSUR :

Françoise Hennion (ECOBIO)
Andreas Prinzing (ECOBIO)

Art Hennion Nov2015
Copyright :@


Inauguration d'un UPLC MS/MS



uplc_ms_ms2.jpg

Spectromètre de Masse hybride Haute Résolution (Quad/ToF)

Le laboratoire ECOBIO de l'OSUR inaugure le vendredi 30 novembre un nouvel équipement : un UPLC MS/MS, autrement dit un Spectromètre de Masse hybride Haute Résolution (Quad/ToF) couplé à une Chromatographie Liquide Ultra Performance.

Cet appareil a été cofinancé, dans le cadre du DIPEE* de l'université de Rennes 1, avec le soutien de l’Union européenne (FEDER), le Conseil Régional de Bretagne, Rennes Métropole, le CNRS et l’Université de Rennes 1.

Ce nouvel équipement intègre le dispositif du Centre Commun Analytique (CCA) de l'OSUR.

(* DIPEE : Dispositif de partenariat en écologie et environnement du CNRS-InEE)

Uplc Ms Ms

Contact OSUR :
Frédérique Pallois (ECOBIO)


COP21 : Les infrastructures vertes



herve_quenol3.jpg

Les infrastructures vertes >>> H. Quénol (COSTEL)

Hervé Quénol, directeur de l'équipe du LETG-Rennes-COSTEL participe à la COP21 : son intervention se fait dans le cadre de l'Espace Négociation au Bourget. Ces conférences auront lieu sur le Pavillon France.

Logo Cop21

3 décembre 2015 / de 9h00 à 11h00
FFEM (Fonds Français pour l'Environnement Mondial) - Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

Les infrastructures vertes, une solution pour les villes résilientes de demain.

Les infrastructures vertes jouent un rôle majeur en faveur d’un développement urbain résilient aux effets du changement climatique. Des représentants de collectivités de trois continents partageront leur perception des enjeux liés aux multiples usages de ces espaces et expliciteront leur stratégie pour un développement intégré et concerté de leur territoire autour de ces infrastructures vertes. Ils présenteront les outils originaux (observatoire local, PPRI, ateliers
d’urbanisme) qu’ils mettent en place à cette fin.

Intervenants
• M. José CORRAL, maire de Santa Fe (Argentine)
• M. Emmanuel ZOSSOU, maire de Porto Novo (Bénin)
• Dr Fritz NTONE NTONE, représentant de Douala (Cameroun)
• M. Daniel GUILLOTIN, conseiller municipal délégué à l'écologie urbaine de la ville de Rennes (France)
• M. Luc RAIMBAULT, membre du Comité scientifique et technique du FFEM (France)
• M. Marc JACQUET, Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie (France)
• M. Hervé QUENOL, CNRS Université de Rennes (France), modérateur

>>> En savoir plus

Contact OSUR :
Herve Quénol (LETG-Rennes-COSTEL)


Lancement du serious game "Les Bâtisseurs du Néolithique"


 AHLeGall    17/11/2015 : 13:02

logo_men_ha_houarn.gif

Lancement du serious game "Les Bâtisseurs du Néolithique"

Le serious game intitulé "Les Bâtisseurs du Néolithique", conçu par l'association archéologique Men Ha Houarn (associé au labo ?CReAAH), animé par Elsa Roverc'h et Douglas Ouazzani, existe désormais sur le web.

En préparation depuis plusieurs mois, ce projet de création d'un jeu vidéo pédagogique dédié à la vie au Néolithique en Bretagne a officiellement démarré au début du mois de novembre. Plusieurs classes du département sont impliquées dans le projet, l'objectif étant de concevoir le jeu avec des élèves de cycle 3.
Les trois écoles participantes (Saint-Michel à Rennes, Langon et Paimpont) ont créé sur le web une rubrique dédiée au projet. Chaque enseignante pourra alimenter directement cette rubrique : les classes y posteront leurs articles, leurs photos, dessins...

>>> En savoir plus
>>> Men Ha Houarn

Contact :
Elsa Roverc'h (Men Ha Houarn)

Menhahouarn Serious Game Nov2015

Elsa Roverc'h et Douglas Ouazzani


Prix de thèse 2015 van Straelen de la SGF



laurie_bougeois.jpg

Prix de thèse 2015 van Straelen pour Laurie Bougeois (Géosciences Rennes)

Laurie Bougeois est l'heureuse lauréate du Prix 2015 Van Straelen décerné par la Société Géologique de France. La récompense lui sera officiellement remise le 4 décembre prochain à Paris

Laurie a soutenu sa thèse à l'OSUR le 23 octobre 2014. Son travail portait sur la "Variation de la saisonnalité paléogène en Asie Centrale : apport d'une géochimie haute résolution sur des coquilles d'huîtres".

Ce travail a été réalisé sous la direction de Guillaume Dupont-Nivet (Géosciences Rennes), en co-direction avec Marc de Rafélis (ISTeP, Paris).

En voici les grandes lignes.

Le climat asiatique est aujourd’hui caractérisé par une forte dualité entre un climat de moussons au Sud-Est et un climat aride en Asie centrale. Ces climats sont tous les deux définis par une saisonnalité marquée, que ce soit en terme de précipitations pour le premier ou de températures pour le second. Si l’intensification des moussons asiatiques au Néogène, liée à l’influence du soulèvement final du plateau tibétain sur les climats asiatiques, semble faire consensus dans la communauté scientifique, la caractérisation des climats paléogènes est encore peu établie. Ainsi la question de savoir quand cette dualité climatique s’est installée en Asie reste encore ouverte. Au Paléogène, les reliefs liés à la collision entre les plaques indienne et eurasiatique étaient encore naissant et la distribution entre les terres et les mers très différente de l’actuelle. Notablement, une vaste mer épicontinentale et peu profonde (la Proto-Paratethys) s’étendait à travers l’Europe et l’Asie Centrale. À la fin du Paléogène, la Proto-Parathetys se retire de l’Asie Centrale, et les hautes topographies asiatiques se mettent en place. Dans ce contexte géodynamique, cette thèse cherche à caractériser les fluctuations à haute fréquence du climat en Asie Centrale afin de comprendre l’évolution de la saisonnalité au cours du Paléogène, et plus précisément pendant la période de l’Éocène (-55 à -34 Ma). Pour cela une approche originale utilisant une méthode géochimique multi-proxy sur des coquilles d’huîtres a été établie. Grâce à l’apport de l’analyse incrémentielle de marqueurs élémentaires et isotopiques sur les coquilles nous accédons aux variations saisonnières de la température et de la salinité de l’eau de mer. Ceci nous permet de mieux cerner les bilans hydriques et thermiques à l’échelle de l’année et ainsi de caractériser le climat d’Asie Centrale à très haute résolution. Combinant cette approche géochimique avec une étude sédimentologique et une étude numérique à plus grande échelle, cette thèse cherche à mieux établir les causes de l’évolution du climat régional au cours du Paléogène.
Mots-clés : relations tectonique/climat ; collision Inde-Asie ; sclérochronologie ; géochimie ; Ostréidés ; saisonalité ; moussons asiatiques ; Paléogène


Contact OSUR :
Laurie Bougeois
Guillaume Dupont-Nivet (Géosciences Rennes)