Climat ou Tectonique : les précipitations de la mousson à l'origine de l'enfoncement du Mékong ?



Mekong_River_watershed2.png

L’incision rapide du Mékong au milieu du Miocène

[publication en octobre 2018 dans Nature Geoscience, avec Kerry Gallagher (Géosciences Rennes)]

Le plateau tibétain est un vaste ensemble de plateaux d’une surface de plus de deux millions de kilomètres carré situé en Asie centrale, au Nord de l'Himalaya. Il a été créé par la collision des plaques indienne et eurasienne au cours du Cénozoïque (~45 millions d'années, ou Ma). A ce titre, ce plateau constitue une des plus grandes structures topographiques de la Terre. Le nord-ouest du plateau est la région la plus élevée avec une altitude dépassant souvent les 5 000 m.

Mekong River Watershed

Les géologues présupposent d’ordinaire que le soulèvement des plateaux orogéniques coïncide avec l'incision fluviale des gorges qui coupent généralement les marges de ces plateaux : il y aurait donc simultanément (1) un phénomène de soulèvement du relief (i.e. d’un plateau en l'occurrence) du fait de la tectonique, et (2) un phénomène d'érosion (i.e. d'incision) du plateau en question, du fait de l'action du fleuve sur le substrat rocheux.



 Mekong River Watershed3

Gorge étroite du fleuve supérieur de Mekong (Rhett A. Butler / source)




Le Mékong, qui draine la région orientale du Qiangtang en Chine et le sud-est du plateau tibétain, est l'un des dix plus grands fleuves du monde en termes de débit d'eau et de sédiments (284 km3 d’eau par an en moyenne). Bien qu'il s'agisse d'une contrainte majeure dans l'histoire de l'élévation du plateau tibétain, la chronologie de la formation du fleuve Mékong reste encore aujourd’hui très controversée dans la communauté des sciences de la Terre : les estimations allant en effet de plus de 55 à moins de 5 millions d'années...

L'équipe internationale impliquée dans l'étude publiée en octobre 2018 dans Nature Geoscience, dont Kerry Gallagher (Géosciences Rennes / université de Rennes 1) tentent donc de répondre à cette question essentielle de datation en se basant sur des données de thermochronologie basse température appliquées à des échantillons du substratum rocheux incisé par le fleuve. Ces données, et leurs histoires thermiques associées, révèlent une phase d'incision rapide dans le bas du Mékong (> 700 m) pendant le Miocène moyen, il y a environ 17 Ma. Autrement dit, bien longtemps après le soulèvement de la partie centrale et sud-est du plateau tibétain (~45 Ma). En outre, cela coïncide avec une période d'augmentation des précipitations de mousson d'été dans l'Est de l'Asie par rapport à celles observées au début du Miocène.

À l'aide de la modélisation du profil des cours d'eau, les chercheurs démontrent qu'une telle augmentation des précipitations (due à la mousson d'été) aurait pu produire l'incision observée dans le Mékong. En l'absence d'une contribution tectonique évidente, ils suggèrent par conséquent que l'incision rapide du plateau tibétain et la mise en place - i.e. l'implantation - du Mékong au Miocène moyen puissent être attribués pour l'essentiel à une érosion accrue pendant une période géologique correspondant à de fortes précipitations de mousson.


Reference
Junsheng Nie, Gregory Ruetenik, Kerry Gallagher et al. Rapid incision of the Mekong River in the middle Miocene linked to monsoonal precipitation. Nature Geoscience, oct 2018



Contact OSUR
Kerry Gallagher (Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR) / @


kerry.gallagher.jpg