Conférence de Guillaume Guérin (IRAMAT-Bordeaux)



guillaume_guerin.jpg

Le mardi 15 mai 2018 à 12:15, au Diapason (campus de Beaulieu), Guillaume Guérin propose une conférence intitulée "Les méthodes de datation par luminescence, ou comment la physique contribue à mieux connaitre les néanderthaliens"

Le mardi 15 mai 2018 à 12:15, au Diapason (campus de Beaulieu), Guillaume Guérin propose une conférence intitulée "Les méthodes de datation par luminescence, ou comment la physique contribue à mieux connaitre les néanderthaliens"

Cette présentation est proposée dans le cadre du cycle de conférences de l'IPR



Image :https://ipr.univ-rennes1.fr/sites/ipr.univ-rennes1.fr/files/styles/events_node/adaptive-image/public/events/conf_mai.jpg?itok=IaQzDARQ

L’avènement de méthodes physiques de datation a révolutionné notre rapport au passé, en particulier pour les périodes préhistoriques. Si la datation par le radiocarbone est aujourd’hui une méthode de choix
pour remonter à environ 40 000 ans dans le passé, au-delà les méthodes basées sur la luminescence des minéraux prennent le relai. Nous présenterons les principes de ces méthodes : nous détaillerons l’événement daté, la grandeur physique qui varie au cours du temps et les mesures associées. En pratique, un âge par luminescence est obtenu en comparant la radioactivité des sédiments à la dose de rayonnement, mesurée par luminescence, absorbée par les minéraux constitutifs des sédiments archéologiques (typiquement des grains de sable : quartz et feldspath).Dans un second temps, nous présenterons certains des principaux défis actuels des méthodes de la luminescence, en se focalisant sur trois points : améliorer la précision, la justesse et la portée de ces méthodes, et ce afin de mieux comprendre nos ancêtres et cousins préhistoriques. Ces questions nous amèneront à discuter de la physique de la dosimétrie passive au moyen de cristaux naturels, de modèles d’analyse bayésiens, ainsi que de simulations numériques des interactions rayonnement-matière en milieu sédimentaire. Enfin, l’intégration des données chronologiques aux questionnements archéologiques et anthropologiques concernant l’évolution humaine chez nos cousins néanderthaliens disparus sera abordée.


Contact
Céline Thébault (IPR) / @





0 Commentaires