Découverte entre Jersey et le Cotentin du seul loess submergé connu à ce jour



Lefort_JP_JGSL_juin2020.jpg

Article dans JOURNAL OF THE GEOLOGICAL SOCIETY

Jean-Pierre Lefort, Jean-Laurent Monnier, David Aoustin et François Pustoc'h (CReAAH) et leurs collègues britanniques et russes publient en juin 2020 dans le Journal of the Geological Society of London un article qui décrit un tremblement de terre situé au large de Jersey à l'origine du probable déclenchement d'une coulée de boue préservant le seul affleurement de loess connu sous les mers.



Le loess est constitué de fines particules transportées par le vent durant les époques glaciaires quand la Manche était à sec. On ne le retrouve jamais sous la mer car, très fragile, il a toujours été déblayé par les transgressions successives pour donner naissance à la tangue. Grâce à un forage effectué entre Jersey et le Cotentin, en vue de l’installation d’un câble sous-marin pour alimenter Jersey en électricité depuis le continent, les chercheurs rennais et leurs collègues ont néanmoins retrouvé du loess. Celui-ci a été protégé par une coulée de boues déclenchée par un tremblement de terre.


JP Lefort Loess Jersey Fig1
Figure 1 : Séismicité historique (1: forage ; 2 : épicentres ; 3 : épicentres mal localisés)




Les tremblements de terre sont fréquents dans cette région à cause de l’effet de “tide loading”. Ce phénomène est lié aux forts marnages qui peuvent ici atteindre une amplitude de 14 mètres, le poids de l’eau déformant la croûte à chaque marée et réactivant d’anciennes failles de socle.

Le loess et son environnement ont été étudiés par un groupe international de scientifiques dirigé par Jean-Pierre Lefort du CReAAH. Cette recherche a aussi donné lieu à une étude bathymétrique détaillée et à une reconstitution paléogéographique de l’évolution de la dernière transgression marine.


JP Lefort Loess Jersey Fig2
Figure 2: Reconstitution de la dernière transgression marine (C: Extension du Gois des Boeufs lors de la transgression à -12m)



Mais que vient faire l'évèque de Coutances dans cette histoire ?

C’est à cette occasion que les chercheurs se sont intéressés à une tradition orale concernant « l’évêque de Coutances ». Au Moyen-Age, l’île de Jersey dépendait de l’évêché de Coutances et les évêques avaient l’habitude d’aller toucher leurs fermages à pied grâce à un gois identique à celui de Noirmoutier, utilisable à marée basse. Il restait toutefois un léger filet d’eau à franchir, c’est la raison pour laquelle les paysans normands déposaient une “planche” pour que l’évêque ne se mouille pas les pieds.

Les mesures actuelles montrent qu’il existe entre la Chaussée des Boeufs et Jersey un goulet profond de 9 mètres à marée basse. Sa largeur est incompatible avec l’installation d’une simple planche ou même d’un petit pont, mais il est très possible que les tremblements de terre étudiés aient provoqué un petit effondrement de terrain, d’autant plus qu’il existe des cavités karstiques submergées dans cette région. Auquel cas la tradition vernaculaire serait exacte...


JP Lefort Loess Jersey Fig3
Figure 3 : Evêque attendant sa planche







Référence
Jean-Pierre Lefort, Paul Chambers, Guzel Danukalova, Jean-Laurent Monnier, Eugenia Osipova, View ORCID ProfileJohn Renouf, View ORCID ProfileDavid Aoustin and François Pustoc'h, Journal of the Geological Society, 26 June 2020, doi.org/10.1144/jgs2020-030



Contact OSUR
Jean-Pierre Lefort (CReAAH) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @