Des vers de terre à la carte ! 1ère cartographie des lombrics à l'échelle de l'Europe



daniel_cluzeau2.jpg

Des vers de terre à la carte >>> Avec Daniel Cluzeau (ECOBIO)

Les lombrics - plus communément appelés vers de terre - sont extrêmement abondants, et pourtant ils sont très souvent absents des études scientifiques, et donc des publications. Des chercheurs européens, parmi lesquels on retrouve Daniel Cluzeau et Muriel Guernion du labo ECOBIO de l'OSUR, ainsi que Guénola Pérès de l'INRA SAS, espèrent qu'une première carte de répartition des populations à l'échelle européenne publiée dans Applied Soil Ecology suscitera un intérêt scientifique plus grand pour ce "modeste" ver de terre, qui joue pourtant un rôle si fondamental dans l'élaboration des écosystèmes des sols.

En 2015, plusieurs initiatives ont ainsi été lancées dans le but de rendre un peu de justice à ces systèmes écologiques "oubliés" - i.e. les environnements édaphiques - sur lesquels nous marchons tous les jours et qui nous nourrissent, mais qui permettent aussi aux forêts, aux prairies et aux cultures des champs, entre autres, de fonctionner correctement.

Pour avoir une meilleure idée de la biodiversité et de la distribution des vers de terre à travers l'Europe, les auteurs ont analysé des données d'enregistrement (d'inventaire) de lombrics de 3 838 lieux différents à travers huit pays européens.

Les résultats, publiés dans la revue Applied Soil Ecology* en janvier 2016, permettent de cartographier pour la première fois les lombrics européens : cette cartographie unique permet de mettre en exergue la distribution des populations et la densité de la biodiversité des espèces communes comme Aporrectodea caliginosa et Lumbricus terrestris.

Cette première synthèse - qui ne demande qu'à être approfondie - est la première étape pour créer une base de données des vers de terre en Europe : parmi les pays étudiés, la France, l'Irlande et l'Allemagne disposent des plus vastes archives sur les lombrics, tandis que les corpus de données d'autres pays, comme l'Espagne par exemple, ont fait défaut. Les chercheurs espèrent donc que cette carte encouragera les scientifiques en Espagne - et ailleurs ! - à explorer la biodiversité lombricienne... sous leurs propres pieds.

Plus globalement, les auteurs espèrent qu'une étude comme celle qui vient d'être publiée donnera du crédit à la nécessité de comprendre la diversité de ces invertébrés qui sont si importants pour le bon fonctionnement des sols.

* M. Rutgers et al. (2016). Mapping earthworm communities in Europe. Applied Soil Ecology, 97. DOI : 10.1016/j.apsoil.2015.08.015

Art Cluzeau Jan2016

La première carte des vers de terre en Europe révèle la distribution des populations et la densité de la biodiversité (crédit :  SINC)

Contact OSUR :

Daniel Cluzeau (ECOBIO, Station biologique de Paimpont)

Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR)





0 Commentaires