Faustine Noël, l’étudiante en mode bad



FrenchParabadmintonNational_copy_Antoine_Roullet_Photographies.jpg

Et un triplé au championnat de France 2018 !

Faustine Noël est née le 25 décembre 1993, ça ne s’invente pas… A 24 ans, c’est une joueuse de badminton handisport de très haut niveau (on dit aussi "parabadminton"), une discipline qu’elle pratique depuis l’âge de 10 ans, encouragée par des parents eux-mêmes accrocs au "bad" ! Elle est aujourd'hui licenciée au REC (Rennes Etudiants Club) mais aussi étudiante en master 1 mention BEE parcours MODE, après une licence en Sciences de la Vie et de l'Environnement (Biologie des organismes) obtenue à l’Université de Rennes 1.



Pour Faustine, le bad c'est tout bon, elle vient de remporter 3 médailles lors des championnats de France qui se sont tenus les 20-21 janvier dernier à Pertuis près de Marseille : en simple, en double… et en double mixte ! Une récompense qui enrichit un palmarès national et international déjà bien fourni :
- 2e en simple femme au championnat du monde en 2015 à Stoke (UK)
- 1ère en double mixte au championnat d'Europe en 2016 à Beek (NL) ; 2e en simple femmes dans cette même compèt'
- triple championne de France 2016
- quart de finale aux Mondiaux 2017 en Corée du sud en double mixte avec Lucas Mazur, son binôme depuis plusieurs années, lui-même étudiant en management… mais à Bourges ! Et une participation en simple dame écourtée... par la hausse du niveau : le parabadminton devenant sport paralympique en 2020, la compétition devient rude mais du même coup très motivante !
- et donc un triplé au championnat de France 2018.

Nous voici donc avec une championne qui poursuit des études universitaires, et comme tout le monde on se demande : mais comment peut-elle bien se débrouiller pour concilier sport de très haut niveau et études ?


Depuis sa médaille d'argent au mondial en 2015, la badiste est reconnue au niveau national et figure sur la liste officielle des sportives de haut niveau, ce qui lui permet de bénéficier du soutien financier de sa fédération pour ces nombreux déplacements internationaux, d’un sponsor matériel (FORZA) et alimentaire (METRO Rennes), mais aussi et surtout d'un aménagement d'études. Désormais en master 1, elle a demandé un aménagement des cours pour passer sa première année en 2 ans, en choisissant certaines UE, afin de se donner du temps pour le bad : accordé ! L'université de Rennes 1 suit de près "sa" championne et fait le maximum pour faciliter la gestion de son double emploi du temps. Le département 35 et Rennes Métropole soutiennent également Faustine.

Avec six à sept entraînements par semaine, Faustine Noël se professionnalise vraiment depuis le début de la saison 2017. Elle s’entraîne 12 heures par semaine (1h30 à 3h par jour environ), sans compter le temps passé sur l’aire de jeu certains week-ends. Elle a la chance d’avoir trouvé à Rennes un écosystème idéal pour combiner études et sport, au sein du REC (Rennes Etudiants Club Badminton), avec deux entraîneurs rennais Loris Dufay (membre de l'encadrement de l'équipe de France de parabadminton) et Thiebault Menez (Comité départementale Badminton 35). Faustine emmagasine donc un maximum d’expérience dans l'optique des prochaines échéances mondiales : avec pour objectifs les JO paralympiques à Tokyo en 2020 où le parabadminton sera en lice pour la première fois de son histoire ! Il faut dire que le bad est vraiment un sport majeur en Asie d’une façon générale, le défi est donc grand !
Pour 2024 et les JO à Paris, c’est un peu loin, mais on sent déjà la motivation et l’envie dans les yeux qui brillent de la championne, modeste, qui explique que c’est vraiment loin… qu’elle préfère se donner des objectifs réalistes à court termes… OK, mais n’empêche, Paris, ça motive !

Mais Faustine a les pieds sur terre, et ses études comptent aussi. Même si le bad prend de plus en plus de place - « c’est le moment où jamais pour faire du haut niveau quand on est jeune » - Faustine souhaite aussi longtemps que ce sera possible jouer sur les deux tableaux et poursuivre son cursus universitaire jusqu’à l’obtention du master. Et jouer le double... elle connait !

Pourquoi donc avoir choisi l’université de Rennes 1 ?
La nantaise d’origine, où elle a passé son bac S, a décidé de s’installer à Rennes car les parcours en biologie proposés à l’université lui permettait de s'orienter vers des enseignements très centrés sur l’écologie et l’éthologie. Faustine y voyait une façon de trouver des réponses à ses interrogations et ses inquiétudes quant à l’avenir de la planète : « pour comprendre, il faut étudier, observer, et réfléchir » dit-elle. C’est son côté écocitoyenne, et même citoyenne du monde qu’elle parcourt plusieurs fois par an pour les tournois : ses very bad trips à elle en quelque sorte… En outre, la licence de bio qu’elle a obtenue en juin 2017 est très cohérente par rapport aux différents parcours de master proposés à Rennes. Faustine a opté pour le parcours MODE, la modélisation en écologie, sous la responsabilité de Cédric Wolf (directeur-adjoint de l’OSUR en charge de l’enseignement, depuis début 2018), un parcours original proposé au sein de la mention BEE (Biodiversité Ecologie Evolution). Faustine, qui comprend l’intérêt que peut apporter les mathématiques à son côté naturaliste, peut donc s’intéresser aux analyses de données, aux statistiques, à la prédiction des processus écologiques et à leurs évolutions, s’adonner à la programmation informatique etc etc.. Un côté très rationnel et rigoureux que l’on retrouve plus généralement dans sa personnalité et la façon de mener sa vie… complexe, et donc forcément planifiée !
Même si c’est un peu tôt pour se projeter, Faustine envisage plutôt de rentrer dans la vie professionnelle juste après son master, plutôt que de poursuivre en thèse. Et ça, c’est son côté très direct et concret : « faut rentrer dans le vif du sujet ». Bref, y’a plus qu’à !


C’est la Journée Portes Ouvertes le 10 février sur les campus de Rennes : Faustine, un mot pour les jeunes lycéen(ne)s qui souhaiteraient faire des études en « environnement » ?

Affiche Jpo2018a

« L'université de Rennes 1 et son campus de Beaulieu, au-delà d'un cadre idéal, avec ses espaces verts que tout amoureux de la nature saura apprécier, offre un large choix d'études en biologie/environnement avec une licence 1 générale (portail "biologie, environnement, chimie du vivant") qui permet d'introduire toutes les disciplines proposées par la suite. J'ai apprécié la licence « Biologie des Organismes » par son équilibre bien ajusté entre études théoriques, travaux dirigés/pratiques et sorties de terrain (avec un environnement régional qui s'y prête parfaitement entre côtes bretonnes, bocages, sans oublier l'indispensable station biologique de Paimpont), mais aussi par l'accessibilité des enseignants. Des enseignants qui nous poussent d'ailleurs à être rigoureux sur les analyses et la rédaction de rapports : une préparation bien adaptée à la poursuite en master. Et enfin un éventail diversifié de masters de recherches ou plus professionnalisants, pour prolonger son apprentissage avec des compétences interdisciplinaires, comme le montre si bien le master mention BEE - parcours MODE»



Contact OSUR
Faustine Noël (master BEE MODE) / twitter / facebook / instagram /wikipedia
Alain-Hervé Le Gall (multicom OSUR) / @


faustine_noel1b.jpg



0 Commentaires