Guide d’identification des plantes des îles sub-Antarctiques Crozet et Kerguelen



Marc_Lebouvier_Guide_Plante_Kerguelen_2021.jpg

Guide en accès libre / Open Access

Isabelle Badenhausser (INRAE) et Lise Chambrin (Réserve naturelle nationale des Terres australes françaises), avec Marc Lebouvier (CNRS, ECOBIO, Station biologique de Paimpont) publient en février 2021 un "Guide d'identification des plantes des îles sub-antarctiques Crozet et Kerguelen" (en accès libre).


Les communautés végétales de l’archipel Crozet (Ile de La Possession) et de l’archipel Kerguelen sont caractérisées par une faible richesse spécifique, avec 17 espèces d’angiospermes natives à Crozet contre 22 à Kerguelen. Elles appartiennent en majorité à la flore circumpolaire australe. Les autres espèces sont endémiques du domaine sub-Antarctique et une seule espèce, Lyallia kerguelensis, est strictement endémique de Kerguelen. Ranunculus moseleyi, présente à Kerguelen, pourrait être également une endémique stricte car dans une publication de 2017, Lehnnebach et al. mettent en doute sa présence dans les Iles du Prince Edward.

Avec la fréquentation humaine, de nombreuses espèces végétales ont été volontairement ou accidentellement introduites. La dernière synthèse sur les espèces introduites à Crozet et Kerguelen a été publiée en 2005 par Frenot et al. dans Biological Reviews. Elle fait état de 59 espèces introduites à Crozet et de 69 espèces introduites à Kerguelen, principalement distribuées sur les secteurs fréquentés par l’Homme (bases permanentes, autour des cabanes ou le long des chemins). Il s’agit majoritairement d’espèces européennes et les principales familles représentées sont les Poaceae (32 espèces au total pour les deux archipels), Asteraceae (18 espèces), Brassicaceae (5 espèces), Caryophyllaceae (5 espèces) et Juncaceae (5 espèces). Bien que certaines des espèces introduites soient devenues relativement communes, peu d’entre elles sont envahissantes. Ainsi, sept espèces avaient un statut d’envahissantes à Kerguelen en 2005 (Cerastium fontanum, Cerastium glomeratum, Poa annua, Sagina procumbens, Stellaria alsine, Taraxacum erythrospernum et Taraxacum gr. ruderalia) et étaient largement répandues dans l’archipel, tandis que les autres espèces se limitaient à des sites anciennement ou encore très fréquentés par l’Homme. A cette même date à Crozet, sept espèces étaient considérées comme envahissantes (C. fontanum, Juncus bufonius, P. annua, P. pratensis, Rumex acetosella, S. procumbens, S. alsine). Depuis cette date, bien des évolutions ont été constatées notamment en relation avec l’accélération des effets du changement climatique sur l’écologie et la dynamique spatiale et temporelle des espèces. Depuis la création de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises en 2006, des actions de gestion (biosécurité, éradication) sont mises en oeuvre pour éviter de nouvelles introductions et limiter l’expansion des espèces déjà présentes (Plan de gestion 2018-2027 de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises, Volet A et Volet B, TAAF, 2017).

Grâce aux travaux menés depuis le milieu des années 1970 par le programme 136 (Subanteco) soutenu par l’Institut Polaire Français Paul-Emile Victor (IPEV), et grâce aux actions, depuis 2006, de la Réserve naturelle, de nombreuses données sur la distribution et l’écologie de la flore native et introduite ont pu être recueillies sur le long terme. L’ensemble de ces données est enregistré dans une base de données commune au programme IPEV 136 et à la Réserve naturelle, la base "Habitat Flore Invertébrés" (HFI). Elle permet d’améliorer nos connaissances sur les invasions biologiques (chronologie des introductions depuis la découverte des îles, processus de colonisation et d’invasion, détections nouvelles et expansions géographiques, impacts sur la flore et la faune natives) et de mettre en place des actions de gestion.

Ce guide s’adresse à toutes les personnes, notamment les scientifiques, gestionnaires, Volontaires du Service Civique, qui ont besoin d’identifier les différentes espèces de plantes sur le terrain dans le cadre de protocoles de recherche ou d’opérations de gestion. Il n’est pas destiné à un public de spécialistes. Le relatif faible nombre d’espèces autorise d’utiliser des critères simples qui permettent de différencier les espèces proches présentes à Crozet et Kerguelen, grâce à des clés spécifiques adaptées et développées pour les familles les plus représentées et à un paragraphe dans chaque fiche qui mentionne les confusions possibles avec d’autres espèces et les critères pertinents pour les distinguer. Il faut néanmoins garder à l'esprit que de nouvelles introductions sont possibles, impliquant des espèces non mentionnées dans cet ouvrage.

Les noms scientifiques utilisés dans ce guide sont ceux qui figurent dans la version 13.0 de TAXREF, le référentiel taxonomique national pour la faune, la flore et la fonge de France métropolitaine et d’outre-mer, élaboré et diffusé par le Muséum national d’Histoire naturelle dans le cadre de la mise en oeuvre du Système d’Information sur la Nature et les Paysages.

Les données historiques de présence et de distribution des espèces synthétisées dans les fiches sont issues d’une compilation des informations de la base HFI. Elles feront l’objet d’un autre ouvrage où des cartes de répartition par espèce seront présentées. Au total nous avons décrit 116 espèces d’angiospermes. Certaines d’entre elles n'ont pas été vues récemment ou elles sont mentionnées comme éradiquées, mais la probabilité de les rencontrer n'est pas négligeable. Nous avons fait le choix de ne pas présenter des espèces qui avaient été observées anciennement mais dont la probabilité de présence actuelle est très faible.

La description morphologique des espèces repose sur les informations collectées au fil du temps par le programme IPEV 136 et la Réserve naturelle en intégrant quand cela est possible les spécificités morphologiques des espèces dans les conditions des îles sub-Antarctiques. Des compléments ont été apportés en utilisant d’autres ressources, les principales étant des communications personnelles d’experts du sub-Antarctique ou de certaines familles, en particulier l’Unité de Recherche
Pluridisciplinaire Prairies et Plantes Fourragères INRAE pour les Poaceae et Fabaceae prairiales introduites. Enfin, nous avons utilisé d’autres sources en complément quand cela était nécessaire : Tela Botanica (licence CC BY-SA 4.0), Flora Vegetativa, Guide Delachaux des Fleurs de France et d’Europe.

Nous avons privilégié les illustrations photographiques des plantes et de leur habitat dans le contexte sub-Antarctique. En l’absence de mention de leur auteur, ces illustrations ont été acquises par le programme IPEV 136 et la Réserve naturelle, et par l’Unité de Recherche Pluridisciplinaire Prairies et Plantes Fourragères INRAE pour des illustrations de Poaceae. Pour certaines espèces, l’illustration principale est fournie par des planches de la Flore virtuelle d’Orsay . D’autres sources ont été utilisées plus ponctuellement: des illustrations de la flore de L’Abbé Coste via Tela Botanica pour les Poaceae ; des photographies de telabotanistes via Tela Botanica (licence CC BY-SA 2.0) dont le nom d’auteur est cité sous chaque photographie. Nous remercions ces réseaux pour le partage de leurs savoirs.




Sources :

Eggenberg S. & Möhl A. 2013, Flora Vegetativa. Rossolis, Bussigny, Suisse.
Frenot Y. et al. 2005. Biological invasions in the Antarctic: extent, impacts and implications. Biological Review, 80, 45-72.
Lehnebach C.A. et al. 2017. Around the pole: evolution of Sub-Antarctic Ranunculus. Journal of Biogeography, 44, 875-886.
Masclef A. 1987, Atlas des Plantes de France, Planches. Belin, Paris, France.
TAAF 2017a, Plan de gestion 2018-2027 de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises,
Volet A, 434 pages.
TAAF 2017b, Plan de gestion 2018-2027 de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises, Volet B, 492 pages.
Streeter D. et al. 2011, Guide Delachaux des fleurs de France et d’Europe. Delachaux et Niestlé, Paris, France.



Les auteurs :
Isabelle Badenhausser, INRAE, URP3F, F-86600 Lusignan, France
Lise Chambrin, Réserve naturelle nationale des Terres australes françaises, Terres australes et antarctiques françaises, F-97110 Saint-Pierre de La Réunion, France
Marc Lebouvier, CNRS, UMR 6553 Ecobio, Université de Rennes 1, Station Biologique, F-35380 Paimpont, France


Référence
Isabelle Badenhausser, Lise Chambrin, Marc Lebouvier. Guide d’identification des plantes des îles sub-Antarctiques Crozet et Kerguelen. 151 p., 2020, 2-7380-1440-2. 10.15454/1.600250751724048E12. hal-02940414



Contact OSUR
Marc Lebouvier (CNRS, ECOBIO, Station biologique de Paimpont) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR muliCOM) / @