Le dispositif ECOBEE


 AHLeGall    29/11/2017 : 22:55

lo_ZA_Armorique.jpg

Dans le cadre des séminaires de la Zone Atelier Armorique, Jean-François Odoux (INRA) viendra nous présenter le dispositif ECOBEE en salle de conférence de l'OSUR le mercredi 29 novembre de 10h à 11h.

Dans le cadre des séminaires de la Zone Atelier Armorique, Jean-François Odoux (INRA) viendra nous présenter le dispositif ECOBEE en salle de conférence de l'OSUR le mercredi 29 novembre de 10h à 11h.

Cette rencontre sera suivie d'échanges plus informelles (de 11h à 12h) et sur les perspectives de collaborations avec tout ceux qui souhaitent participer.


Résumé :
Le paysage agricole est complexe et rassemble une multitude d’habitats, qui constituent l’espace où évoluent les abeilles domestiques. Ce paysage a beaucoup évolué durant les dernières décennies sous la pression du modèle économique lié à la consommation de produits alimentaires issue de production intensive. On est loin aujourd’hui du paysage idyllique décrit dans les anciens ouvrages d’apiculture, offrant en continu prairies, bois, champs et jardins en toute sécurité. L’apiculture a dû s’adapter elle aussi mais les productions de miel en France ont chuté de 2/3 depuis vingt ans et la remise en question des conditions de vie des abeilles aujourd’hui interpelle des questions de société. Au travers des plantes mellifères, l’abeille concentre en sa ruche tous les fragments du paysage alentour et remplit de nombreuses conditions pour nous renseigner sur la qualité de l’environnement. A partir de cette fonction d’indicateur que peut apporter la colonie d’abeilles, nous avons construit un dispositif observatoire qui permet de tester l’impact des pratiques agricoles et de la structure du paysage sur leur comportement. Ecobee couvre un territoire de 450 km² en Deux-Sèvres, appuyé sur la Zone Atelier « Plaine & Val de Sèvre » déployant chaque année une cinquantaine de ruches. Différentes mesures sont effectuées de façon régulière sur les colonies, comme la surface de couvain ou la récolte de pollen. Elles ont déjà permis de produire bien des résultats sur le comportement des abeilles en paysage agricole moderne, mais aussi plus particulièrement sur leur régime alimentaire au cours de l’année. Nos études ont révélé le rôle essentiel mené par les adventices dans l’équilibre alimentaire de ces insectes en participant notamment à sa diversité et à ses défenses immunitaires. Nous avons entrepris un recensement du coquelicot à moyen terme en développant des outils de suivi sur le terrain. Des enquêtes et des essais en plein champs permettent aussi de tester les effets de l’intensification agricole, parfois à l’aide de butineuses suivies individuellement. Parce que les questions de biodiversité concernent l’ensemble de la société nous nous sommes aussi impliqués dans une action de science participative sur le pollen. La construction de nouveaux systèmes de cultures innovants et favorables aux pollinisateurs doit passer par une implication des différents acteurs du paysage et des solutions sont recherchées ensemble en réunissant agriculteurs, apiculteurs et acteurs des politiques publiques.



Contact OSUR
Hugues Boussard (BAGAP) / @