Le LETG-Rennes obtient un projet CAPES-COFECUB



CAPES-COFECUB-2019.jpg

CiClAMEn : Cities, Climate And vegetation: Modeling and Environmental public policies

Le laboratoire LETG-Rennes (CNRS, université Rennes 2) vient d'obtenir un nouveau projet CAPES-COFECUB (941-19) avec l'UNESP-Presidente Prudente (Brésil). Vincent Dubreuil en est le coordinateur côté français et Margarete Amorim côté brésilien. Le projet est centré sur le climat urbain, la végétation et les politiques publiques d'adaptation.

Le programme CAPES-COFECUB entre le Brésil et la France s’est développé durant les 40 dernières années et a contribué avec succès aux échanges académiques, à la production scientifique et à la formation de jeunes chercheurs. Il est financé pour la Partie française par le Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) et piloté par le Comité français d’évaluation de la coopération universitaire et scientifique avec le Brésil (COFECUB). Pour la Partie brésilienne, il est financé et administré par la CAPES (Coordination pour le perfectionnement du personnel de l’enseignement supérieur, agence qui dépend du Ministère de l’éducation).

L’objectif du programme est d’amorcer ou de développer la coopération scientifique et les relations entre les centres de recherche et les universités des deux pays, à travers le soutien à des projets communs de recherche d’excellence, impliquant la mobilité de chercheurs en accordant une priorité à la formation aux niveaux doctoral et post-doctoral.


CiClAMEn : Cities, Climate And vegetation: Modeling and Environmental public policies


Bien que les villes représentent moins de 2% de la surface terrestre, elles concentrent la majorité de la population à l'échelle planétaire. En raison des changements environnementaux causés par l'urbanisation, en particulier l'augmentation de la température (appelée «îlot de chaleur urbain» ou ICU) et les concentrations de polluants atmosphériques, la population urbaine est exposée à de nombreux effets délétères sur la santé.

Ces changements peuvent potentiellement entraîner des changements dans le fonctionnement de l'écosystème périurbain et rural. Certaines études ont cherché à proposer des mesures d'atténuation explorant le rôle de la végétation urbaine pour réduire l'ICU, mais elles n'ont souvent pas pris en compte les situations réelles considérant
i) la climatologie régionale;
ii) la diversité des trajectoires historiques d'utilisation des terres;
iii) la morphologie du site urbain) et iv) le contexte des politiques publiques.
En outre, la plupart des recherches ont été menées dans les grandes villes et peu ont été développées pour les villes de taille moyenne.
Enfin, les études comparant les environnements urbains tempérés et tropicaux sont rares.

Dans ce projet, il est proposé d'analyser les caractéristiques d'utilisation des sols et la production d'îlots de chaleur dans six villes française et brésiliennes (Rennes, Presidente Prudente, Jacarei, Tres Lagoas, Maringa, Sinop), des villes de taille moyenne dans des contextes climatiques, historiques et d'occupation de l'espace différents, en vue de proposer des politiques et des mesures qui peuvent atténuer les températures élevées aux échelles fines et notamment le rôle de la végétation.



Contact OSUR
Vincent Dubreuil (LETG-Rennes) / @


logo_UNESP.png



0 Commentaires