Le projet BOSCO pour estimer la teneur en eau sur le territoire breton



SCO_Bosco_fev2021.jpg

Un projet du Space Climate Observatory (CNES)

Le projet BOSCO propose de co-construire un service d’estimation de teneur en eau sur le territoire breton à très haute résolution spatiale et temporelle, pertinente pour la gestion agricole et des ressources en eau. Ce service intègre des outils diagnostique et des produits dérivés (teneur en eau sur l’épaisseur racinaire, estimation de la recharge) pour l’appui aux politiques publiques.


L’eau est une ressource essentielle pour les humains et les écosystèmes : stockée temporairement dans les milieux souterrains, elle est consommée par la végétation et s’écoule vers les rivières au travers de nappes de versants. En Bretagne, 75% des ressources en eau sont issues d’eaux de surface, soutenues par un ensemble de petites nappes dans la partie altérée des roches cristallines. L’extension de la durée des périodes sans précipitations induit des sècheresses agricoles et hydrologiques (y compris en hiver), mettant sous pression les systèmes d’alimentation en eau, les schémas de gestion agricole et les efforts de restauration du bon état écologique des écosystèmes aquatiques. Cette évolution marquée depuis les années 2000 nécessite également d’adapter les outils de gestion, qui doivent se baser sur des observations dynamiques du contenu en eau des sols à une échelle pertinente, en complément des autres informations météorologiques et d’architecture des milieux. Jusqu’à présent, les outils de gestion s’appuient soit sur des observations ponctuelles ou intégratives (par « masse d’eau »), soit sur des modélisations comme la chaine SIM de Météo-France. Cependant, sa résolution spatiale (64 km²), ne permet pas de répondre aux besoins des gestionnaires, notamment à l’échelle de la parcelle.


>>> Pour en savoir plus >>>



Bosco Figure
© Geosciences Rennes/CES THEIA




Les partenaires
SCO Bosco Partenaires Fev2021



Contact OSUR
Laurent Longuevergne (CNRS, Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (CNRS, OSUR multiCOM) / @