La recherche sur la ressource en eau entre la 76e et la 100e place mondiale !


 AHLeGall    04/07/2017 : 10:58

logo_ARWU.png

Les mathématiques rennaises dans le top 75 mondial, l'étude de la ressource en eau entre la 76e et la 100e place : deux exemples parmi les 14 disciplines pour lesquelles l'Université de Rennes 1 se classe dans le palmarès 2017 du cabinet Shanghai ranking consultancy.

Les mathématiques rennaises dans le top 75 mondial, l'étude de la ressource en eau entre la 76e et la 100e place : deux exemples parmi les 14 disciplines pour lesquelles l'Université de Rennes 1 se classe dans le palmarès 2017 du cabinet Shanghai ranking consultancy. Au total, ce sont plus de 4 000 universités à travers le monde que cette étude classe selon 52 disciplines académiques, à la terminologie bien spécifique.


A l'université de Rennes 1, la recherche sur la ressource en eau est portée par l'OSUR, notamment par les UMRs CNRS Géosciences Rennes et ECOBIO, dans le cadre d'un partenariat élargi avec l'INRA centre de Rennes et Agrocampus Ouest. 

Shangai2017 Water Ranking

>>> En savoir plus



L'OSUR assure notamment la responsabilité d'un dispositif labellisé sur le plan national : le service d’observation H   a été créé en 2002, avec trois missions principales :

  • la mission première de l’observatoire H est de maintenir et de coordonner un réseau de sites expérimentaux capables de fournir des données pertinentes – y compris des chroniques ou expériences long terme – pour la compréhension du cycle de l’eau et des éléments transportés dans les aquifères.
  • le couplage mesures / théories / modèles est une mission fondamentale de l’observatoire H . La modélisation, à quelque niveau qu’elle soit, est un outil indispensable à la prédiction. L’observatoire a pour vocation de créer un lien pérenne entre les équipes de recherche intéressées par les aspects théoriques, numériques ou expérimentaux des transferts en milieu hétérogène.
  • l’observatoire H a enfin pour mission d’établir un partenariat entre la recherche fondamentale, la formation initiale et continue, et l’expertise : bureaux d’études, régie de l’eau, ... Les sites de H accueillent des étudiants et des professionnels dans le cadre de formations sur l’exploitation de la ressource et la prévention des risques environnementaux.

ORE Hplus

>>> En savoir plus sur H


AgrHyS
est également un des 25 Observatoires de Recherche en Environnement (ORE) labellisés par le Ministère de la Recherche en 2002. Il a pour objectif d’étudier les temps de réponse des flux hydrogéochimiques à l'évolution des agro-hydrosystèmes. On appelle agro-hydrosystèmes, les hydrosystèmes sous influence de l’activité agricole. AgrHyS appartient également au Système d’Observation et d’Expérimentation pour la Recherche en Environnement (SOERE) 'Réseau des Bassins Versants' qui a pour objet l’étude de la zone critique. Le pilotage de l’ORE est assuré par l’UMR Sol, Agro et Hydrosystème Spatialisation de Rennes (INRA-Agrocampus Ouest). L’ORE associe également l’UMR Géosciences de Rennes et l’UMR LETG-Rennes-COSTEL de l'université de Rennes 2. Il est intégré aux dispositifs d’expérimentation de l’OSUR.


ORE Agrhys
>>> En savoir plus sur AgrHyS



Cette excellence sur la recherche en hydrologie et hydrogéologie s'est traduite récemment par l'obtention de financements européens conséquents :

  • une bourse ERC obtenue en 2015 par Tanguy Le Borgne (Géosciences) pour un projet intitulé ‘ReactiveFronts’, catégorie ‘Consolidator grant’.
  • une bourse ITN obtenue en 2016 par Philippe Davy (Géosciences) intitulée 'ENIGMA' et qui porte sur l’imagerie de la dynamique des écoulements dans les milieux souterrains
  • une bourse ITN obtenue en 2013 'INTERFACES' sur les interactions eaux souterraines et eaux de surface pilotée pour Rennes par Gilles Pinay (ECOBIO)
  • le projet européen RISE 'HyFreq' pilotée à Rennes par Gilles Pinay sur le développement de méthodes hautes fréquences pour la quantification des ressources en eaux et de leur qualité



Cette excellence de l'OSUR se traduit aussi en terme d'enseignement avec le portage du master Sciences de l'Eau de Rennes.

Master SER Banniere

>>> En savoir plus sur le master SER


Des partenariats internationaux forts entre Rennes et le Québec

L'université de Rennes 1 et l'Institut national de la recherche scientifique (Québec) ont signé ce 26 avril 2017 à Rennes une convention de bi-diplômation entre le master Sciences de l’Eau (UR1) et la maîtrise québécoise en sciences de la Terre (INRS).

L'accord signé par David Alis (président de l'UR1) et Claude Arbour (directeur général par intérim de l'INRS) a pour objet d'établir les modalités de la bi-diplômation entre les parcours "Géoingénierie et Environnement" proposés par les deux établissements. Ce parcours sera proposé à partir de la rentrée 2017 à l'université de Rennes 1 dans le cadre du nouveau master Sciences de l'Eau. Ainsi, les étudiants qui auront réussi l'une des deux formations obtiendront les diplômes émis par chacune des deux institutions. Le principe étant que l'étudiant inscrit dans l'un des deux établissements fasse sa première année dans son institution d'origine, puis la deuxième année dans l'institution partenaire.

A noter que cet accord vient renforcer plus encore des liens de coopération entre le pôle académique rennais et le Québec :

- neuf chercheurs en sciences de l'environnement (universités de Rennes, CNRS et Agrocampus Ouest) et 2 doctorants se sont rendus entre le 3 et le 5 avril 2017 à l'Université de Québec à Montréal (UQAM) pour y rencontrer nos homologues des universités québécoises (UQAM, UQAT, UQAC, INRS) au cours des "Journées Interdisciplinaires en Sciences de l'Environnement" initiées par l'Institut des Sciences de l'Environnement (ISE) de l'UQAM.

- cette rencontre fait suite à des échanges amorcés lors d'un séjour de Catherine Mounier en Bretagne en octobre 2016. La vice-rectrice de l'UQAM avait pu constater que les universités de Rennes et l'UQAM partageaient des intérêts de recherche communs en sciences de l'environnement, certaines collaborations entre chercheurs sont d'ailleurs déjà effectives : plusieurs écoles d’été ont permis à des étudiants de découvrir alternativement d’une année sur l’autre un des pays. En Août 2016, cette école d'été au Québec a même permis de réaliser des expérimentations conjointes entre les laboratoires de recherche

- cette collaboration est issue également de la signature le 16 juin 2016, à l'occasion d'une réunion dédiée aux coopérations CNRS avec le Québec à Montréal, d'une convention de LIA (laboratoire international associé) ayant principalement pour partenaires l'université de Rennes 1, l'Institut National de la Recherche Scientifique (INRS) et le CNRS : LIA France-Québec RESO "REssources et SOciétés".





Contact OSUR
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR)





0 Commentaires