Maria Klepikova a été désignée comme "Outstanding Reviewer" par l'AGU


 AHLeGall    30/06/2020 : 08:20

maria_klepikova_AGU2019.jpg

Avec Maria Klepikova (Géosciences Rennes)

"Outstanding Reviewer" 2019 AGU - American Geophysical Union

Maria Klepikova (université de Lausanne, Géosciences Rennes) est reconnue par l'AGU comme "outstanding Reviewer" 2019 - i.e. examinatrice/réviseure/relectrice/évaluatrice exceptionnelle - pour son travail et son expertise en hydrogéologie pour la revue Water Resources Research. En provenance de l'université de Lausanne (Suisse), Maria Klepikova arrive en septembre 2020 en post-doc Marie-Curie à Rennes (MCIF THERM, avec Olivier Bour). Maria n'est pas une inconnue à Géosciences : elle y a soutenu sa thèse de l'université de Rennes 1 en mai 2013 sur l'imagerie des propriétés des roches fracturées à partir de l'écoulement et du transport de chaleur, avec des expériences de terrain et de modélisation inverse ("imaging of fractured rock properties from flow and heat transport: field experiments and inverse modelling" sous la direction d'Olivier Bour et Tanguy Le Borgne).



Comme chaque année, les éditeurs de l'AGU mettent en exergue les contributions des réviseurs, dont l'expertise précieuse permet d'élever le niveau de qualité des revues.

L'évaluation par les pairs est essentielle pour communiquer et faire avancer la science. Bien qu'il n'y ait jamais eu autant de moyens de diffuser des idées et des résultats de recherche en ligne, il reste néanmoins qu'un solide examen par les pairs garantit l'intégrité des résultats scientifiques. Dans les revues à comité de lecture, le processus d'examen par les pairs est organisé par les rédacteurs, mais chaque décision relative à un article repose sur des personnes qui prennent du temps sur leurs propres recherches pour offrir leur expertise. Le travail de ces examinateurs garantit une évaluation correcte de milliers d'articles chaque année. L'AGU à travers cette récompense témoigne de sa reconnaissance pour leurs efforts.

Cette fonction d'examen et de relecture n'a jamais été aussi indispensable : la littérature scientifique s'est développée, tout comme la complexité des articles, qui associent désormais de plus en plus de co-auteurs apportant plus de connaissances techniques, plus de données, plus de simulations/modélisations et de résultats. Cette complexité a par conséquent impacté le rôle de l'examen des articles, en le rendant encore plus crucial. Les excellents examinateurs dont fait partie Maria Klepikova pour la revue WWR  fournissent des évaluations approfondies, souvent sur plusieurs cycles de révision, qui ont in fine grandement amélioré les articles publiés dans leur version finale. Leurs contributions ont permi d'améliorer la qualité des soumissions reçues des chercheurs du monde entier, en fournissant un retour d'information précieux qui conforte la notoriété des revues, dont l'AGU peut légitimement se prévaloir dans le domaine des sciences de la Terre.


Quelques chiffres fournis par l'AGU

En 2019, l'AGU a reçu plus de 16 700 soumissions, contre 15 600 en 2018, et en a publié plus de 7 000, contre 6 600 articles en 2018. Beaucoup de ces soumissions ont été examinées à plusieurs reprises : au final, 18 173 examinateurs ont effectué 39 368 examens en 2019, contre 37 674 examens en 2018.

Cette augmentation s'est produite l'année dernière alors que chaque revue de l'AGU s'efforçait de raccourcir le délai entre la soumission et la première décision d'acceptation, puis la publication. Plusieurs revues de l'AGU renvoient régulièrement les premières décisions dans le mois suivant leur soumission, et la plupart des autres le font maintenant dans les deux mois. Les examinateurs ont donc un rôle fondamental dans ce racourcissement du processus éditorial.

>>> Pour en savoir plus sur le site de l'AGU >>>



A propos de Maria Klepikova et de la bourse européenne MCIF THERM

Transport of Heat in hEteRogeneous Media = Transport de chaleur dans les milieux hétérogènes

La géothermie représente une source d'énergie prometteuse pour satisfaire les besoins énergétiques croissants avec un impact minimal sur l'environnement. Pour mettre au point et tester de nouvelles technologies de production et de stockage d'énergie dans des réservoirs géothermiques, il est essentiel de bien comprendre le transport de chaleur dans les milieux fracturés. Le projet THERM est axé sur l'étude du transport de la chaleur et des processus thermo-hydro-mécaniques (THM) connexes qui se produisent pendant la durée de vie d'un réservoir géothermique. Bien que des progrès aient été réalisés dans la caractérisation et la modélisation de l'hétérogénéité souterraine dans les processus d'écoulement et de transport des solutés, les effets des hétérogénéités souterraines multi-échelles sur le transport de chaleur demeurent une question ouverte. Dans ce projet, il est proposé de combiner des expériences contrôlées sur site expérimental à des travaux théoriques à différentes échelles, basés sur le développement de nouveaux modèles numériques 3D, pour aboutir à une compréhension quantitative des processus complexes couplés se produisant le long des interfaces fluide-roche pendant la circulation des fluides dans les systèmes géothermiques.

MCIF THERM



Contact OSUR
Maria Klepikova (University of Lausanne) / @
Olivier Bour (Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @