Pourquoi les zones humides sont-elles… humides ?



HPIM3915.JPG.jpg

Chaque année le 2 février, on célébre la Journée mondiale des zones humides pour commémorer la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne.

Journée mondiale des zones humides, 2 février 2021 - En collaboration avec l'INSU du CNRS (quiz twitter)


QUESTION

Pourquoi les zones humides sont-elles… humides ?

  • elles sont alimentées par des eaux de surface et des eaux souterraines
  • les sols ont été aménagés pour contenir plus d'eau
  • il y règne un micro-climat et il y pleut plus qu'ailleurs

 

REPONSE

Les zones humides sont alimentées par les eaux de surface et les eaux souterraines.

 

Qu’est-ce qu’une zone humide ?

Le terme « zone humide » regroupe un grand nombre d’espaces différents :

  • Les zones humides marines et côtières («  zones humides d’eau salée ») : estuaires, vasières, prés-salés, mangroves, marais côtiers etc.
  • Les zones humides continentales (« zones humides d’eau douce ») : zones humides alluviales, étangs, mares (permanentes et temporaires), bords de lacs, prairies humides, tourbières etc.

Concentrons-nous plus particulièrement sur les ZH continentales. Le Code de l’environnement (article L. 211-1) définit les zones humides comme "des terrains exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre, de façon permanente ou temporaire. La végétation, quand elle existe, est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année". La convention de Ramsar - traité international adopté en 1971 et entré en vigueur en 1975 - a adopté une définition plus large que la réglementation française : "les zones humides sont «des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres».

Les zones humides présentent 4 grandes fonctionnalités :

  • des fonctions biologiques/écologiques : les ZH ont une production biologique élevée et accueillent biodiversité riche et spécifique
  • des fonctions climatiques : les zones humides jouent un rôle dans la régulation climatique en stockant du carbone (ou en relarguant du méthane)
  • des fonctions hydrologiques : les zones humides sont des réservoirs naturels qui permettent le stockage et la restitution de l’eau (alimentation des cours d’eau, régulation des crues)
  • des fonctions épuratoires : d’un point de vue biogéochimique, les ZH sont des filtres naturels qui conditionnent la qualité de la ressource en eau



Zones humides et hydrologie

Il existe de nombreux types de zones humide avec des fonctionnement variés. Plutôt que des milieux fermés qui renferment de l'eau dont la circulation est bloquée, une part importante est alimentée par des eaux de surface en même temps que par des eaux souterraines.. Il peut s’agir de sources proprement dites mais dans dans la plupart des cas, l’alimentation souterraine trouve son origine de l’affleurement d’une nappe phréatique. Durant les pluies, des eaux de surface ou de sub-surface circulent à faible profondeur dans le sol et peuvent s’écouler vers des marais. Inversement, l’eau peut migrer des zones humides vers le sous-sol, par infiltration, et alimenter un aquifère. Ces échanges connaissent de fortes fluctuations au cours du temps, en fonction des saisons par exemple : en période de crues ou de forte pluie, la zone humide aura tendance à alimenter la nappe souterraine ; le mouvement s’inversera en période de sécheresse.

Sources :

http://www.zones-humides.org/entre-terre-et-eau/une-zone-humide-c-est-quoi

https://www.ramsar.org/fr/a-propos/limportance-des-zones-humides

https://www.cieau.com/connaitre-leau/leau-dans-la-nature/zones-humides/



La formation aux métiers de l'eau

L'université de Rennnes 1 propose un master spécifique en Sciences de l'eau : l’objectif du masterest de former des cadres scientifiques spécialisés dans la gestion de la ressource en eau et en sol, le transport des éléments et la gestion des milieux naturels depuis la surface vers les sols et les sous-sols. Le master permet d’aborder la gestion de la ressource en eau sous les angles de quantité (physique), de qualité (chimie) et d’habitats (écologie). Les parcours du master sont organisés pour déboucher vers 11 domaines de métiers, identifiés à partir des emplois occupés par d’ex-étudiants de l’établissement depuis 10 ans : gestion des habitats ; restauration des milieux ; sols et assainissement ; gestion des rivières ; qualité des eaux ; sites et sols pollués ; eaux de surface et souterraines ; hydrogéologie et géothermie ; hydrologie urbaine ; modélisation des réseaux ; modélisation des écoulements.




Maris Sougeal
Marais de Sougéal (Ille-et-Vilaine, 35)



Contact OSUR
Luc Aquilina (Université de Rennes 1, Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @