Programme Intelligence Environnementale Commun : projet de label « Ambassadeur.drice des Transitions » (volet formation)



logo_IE.png

ODD, objectifs de développement durable

En ce début d’année universitaire 2021-2022, nous vous proposons un zoom sur une des actions menées au titre du volet formation du Programme Intelligence Environnementale Commun (PIEC). Un groupe d’enseignants-chercheurs issus des Universités de Rennes 1 et de Rennes 2, d’Agrocampus Ouest, s’est mobilisé sur ce volet et a travaillé sur plusieurs actions. A ce jour, l’action la plus aboutie, avec la participation à la formation aux ODD menée par l’Université de Rennes 1 (s'appuyant sur le MOOC sur les objectifs de développement durable de l’ONU réalisé par l’Université numérique UVED), consiste à proposer une démarche de labellisation aux étudiants de master. Elle sera mise en place dès cette rentrée. En parallèle, des réflexions seront menées pour proposer une Mineure Environnement (niveau Licence) et construire un projet de Master.

 

Un contexte de redéfinition des compétences nécessaires pour aborder les questions environnementales

Cette démarche s’inscrit dans un mouvement de redéfinition des compétences nécessaires au traitement de la complexité inhérente aux questions environnementales. Outre l’expertise technique requise, la gestion de ressources fragilisées d’une part et le besoin d’interaction avec l’ensemble des acteurs d’autre part, exigent des compétences dont l’importance a émergé depuis une vingtaine d’années. Il existe, notamment à l’étranger, des formations entièrement dédiées à la mise en œuvre des sciences de la durabilité, formation a-disciplinaires, où la créativité et la mise en œuvre de solutions sur le terrain par les étudiant.e.s sont le cœur de la formation. Par ailleurs, certaines formations, plus ou moins généralistes ou thématiques selon les cas, ont intégré au centre de leur démarche les compétences nécessaires à la mise en œuvre d’une approche soutenable au cœur d’un territoire.

Dans un contexte national, plusieurs référentiels ont été produits. On peut citer le Manuel de la Grande Transition, le guide Compétences Développement Durable et Responsabilité Sociétale édité par la Conférence des Présidents d’Universités et des Grandes Ecoles (2016) ou encore les travaux conduits sous la direction de Jean Jouzel et Luc Abbadie (2021). Ces référentiels proposent l’acquisition de métacompétences, de compétences transversales, à toutes les formations, permettant d’appréhender les différentes dimensions des transitions (figure 1).

  

 

Label IE Fig1

Figure 1 : Les 5 métacompétences pour aborder Développement Durable et Responsabilité sociétale (Conférence des Présidents d’Université-Conférence des Grandes Ecoles, 2016).

 

Le label, en quoi ça consiste ?

Le label en Intelligence Environnementale « Ambassadeur.drice des Transitions » vise à accompagner l’étudiant.e dans les réflexions sur son projet professionnel et son rôle dans la société au niveau master avant l’entrée dans la vie active. L’attribution du label consiste en une reconnaissance de l’engagement de l’étudiant.e dans une démarche relevant de l’Intelligence Environnementale.

L’attribution du label s’articule autour d’une approche réflexive de l’étudiant.e portant sur différentes domaines d’intérêts pertinents au titre de l’Intelligence Environnementale, sur son parcours de Master, y compris ses stages de Master et sur son expérience personnelle dans la Société.

La pratique réflexive s’apparente à la pensée critique. Elle peut être une réflexivité dans l’action (on mobilise connaissance, intuition et pensée critique afin de contrôler et modifier une action en cours), sur l’action (la réflexion a lieu une fois l’action achevée dans le but de décrire, comprendre, évaluer les actions accomplies) ou encore pour l’action (la réflexion a lieu une fois l’action achevée dans le but d’en retirer des savoirs pour des situations proches ou analogues dans le futur).

Dans le domaine de la formation, la réflexivité peut autrement être qualifiée de « retour de l’apprenant sur sa façon d’apprendre ».

 

D'un point de vue pratique

Les étudiants candidats à la démarche de labellisation devront ainsi démontrer leur capacité à réfléchir sur les :

- interactions entre disciplines scientifiques, interactions qu’il/elle aura rencontrées au cours des enseignements dispensés lors de sa formation, ainsi que lors des projets qu’il/elle aura menés, dont son stage de Master ;

- les relations entre science et société : il s’agit ici de voir comment les problématiques qu’ils-elles ont été amené.es à traiter interagissent avec des préoccupations sociétales ; dans quelle mesure les travaux qu’ils-elles ont mené.es contribuent à générer des solutions et qui sont les acteurs concernés par cette problématique.

- les compétences interpersonnelles qu’ils-elles auront développées au cours de leur formation, au cours de travaux collectifs, ou grâce à l’examen de leur position de médiation, dans les environnements parfois complexes sur lesquels ils sont amenés à travailler ;

- leurs capacités à entreprendre, trouver des solutions et à s’engager dans la société.

 

Label IE Fig3

 

La mise en œuvre du label repose sur plusieurs temps forts regroupant le plus souvent possible les deux « promotions » du cursus de labellisation au travers de temps communs mais aussi d’ateliers spécifiques. Les ateliers et interventions au cours de la première année se concentrent autour des deux premiers domaines d’intérêts, la seconde année est plus centrée sur l’apport personnel de l’expérience aux étudiant.e.s dans les domaines d’intérêt autour des compétences personnelles et l’engagement. Pendant toute la période de la labellisation l’étudiant.e tient à jour un carnet de bord. Il/elle bénéficie d’un accompagnement du PIEC appuyé par les équipes pédagogiques par le biais de points d’étape réguliers au nombre minimum de 4 durant les deux années.

Label IE Fig2 

 

Pour aller plus loin :

  • Bibauw, S. (2010). Écriture réflexive et réflexion critique dans l’exercice du compte rendu. Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur26(26 (1))
  • Conférence des Présidents d’Université et des Grandes Ecoles, 2016. Guide Compétences Développement Durable et Responsabilité Sociétale.
  • Renouard C., Beau R., Goupil C., Koenig C. (dir.) Campus de la Transition, 2020. Manuel de la Grande Transition. Former pour Transformer. Les Liens qui libèrent.
  • Proulx, A. G., Ruest-Paquette, A. S., Simões Forte, L. A., Cotnam-Kappel, M., Fallu, C., & Bartosova, L. (2012). La réflexivité: exercice pédagogique et outil d’accompagnement aux cycles supérieurs. Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur28(28 (2)).
  • Jasanoff, S., 2003. Technologies of Humility: Citizen Participation in Governing Science. Minerva 41, 223–244. https://doi.org/10.1023/A:1025557512320
  • Jouzel J., Abbadie, 2021. Enseigner la transition écologique dans le supérieur. Rapport du groupe de travail à la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche, de l’Innovation.
  • Salovaara, J.J., Soini, K., Pietikäinen, J., 2019. Sustainability science in education: analysis of master’s programmes’ curricula. Sustain. Sci. 1–15. https://doi.org/10.1007/s11625-019-00745-1 van der Hel, S., 2016. New science for global sustainability? The institutionalisation of knowledge co-production in Future Earth. Environ. Sci. Policy 61, 165–175. https://doi.org/10.1016/j.envsci.2016.03.012
  • Wiek, A., Withycombe, L., Redman, C.L., 2011. Key competencies in sustainability: a reference framework for academic program development. Sustain. Sci. 6, 203–218. https://doi.org/10.1007/s11625-011-0132-6

 

Qu'est-ce que le PIEC ?

Nous avons construit avec les établissements d’UniR et leurs partenaires une stratégie pour mettre en oeuvre le projet "intelligence environnementale" et poursuivre la dynamique engagée. La crise de la Covid et les nombreuses interrogations qu'elle suscite nous incite à penser que les idées soulevées dans le projet sont plus que jamais d'actualité.
Le projet a ainsi pris la forme d’un Programme "intelligence Environnementale" Commun qui est co-porté par la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (MSHB) et l'Observatoire des Sciences de l'Univers de Rennes.
>>> En savoir plus sur le PIEC >>>
>>> Le Projet UnivR >>>





Contact OSUR
Luc Aquilina (Université de Rennes 1, Géosciences Rennes) / @
Guillaume Pajot (Université de Rennes 1, OSUR) / @
Véronique van Tilbeurgh (Université Rennes 2, ESO) / @
Virginie Vergnaud (Université de Rennes 1, OSUR) / @