Saint-Pierre-et-Miquelon, bientôt au patrimoine mondial de l’UNESCO ? Les archéologues rennais y travaillent



St_Pierre_Gregor_Marchand_2c.jpg

Suite aux démarches entreprises par Saint-Pierre-et-Miquelon pour une reconnaissance au titre de patrimoine mondial de l’UNESCO et à la demande du ministère de la Culture et du Préfet de ce territoire français en Atlantique Nord, une équipe d’archéologues de l’Université de Rennes et de l’Université Laval à Québec a été constituée pour entreprendre le sauvetage du formidable site archéologique de l’Anse-à-Henry.

Suite aux démarches entreprises par Saint-Pierre-et-Miquelon pour une reconnaissance au titre de patrimoine mondial de l’UNESCO et à la demande du ministère de la Culture et du Préfet de ce territoire français en Atlantique Nord, une équipe d’archéologues de l’Université de Rennes et de l’Université Laval à Québec a été constituée pour entreprendre le sauvetage du formidable site archéologique de l’Anse-à-Henry. Les recherches dans ce milieu riche en ressources fauniques et propice à l’extraction des matières premières destinées à la fabrication de l’outillage des outils font suite aux travaux réalisés au début des années 2000.

Les vestiges lithiques extrêmement abondants et les structures d’habitats documentent plus de 5000 ans d’occupations humaines. Deux phases culturelles paléoesquimaudes et deux phases témoignant de la présence des Premières Nations avaient été alors identifiées. L’Anse-à-Henry est non seulement l’établissement le plus au sud des aires culturelles Groswater et Dorset, mais aussi le seul habitat de ces groupes arctiques sur un territoire français !

Le projet, dirigé par Réginald Auger (Université Laval, Québec) et Grégor Marchand (CNRS – Université de Rennes 1 – CReAAH – OSUR), devrait s’étendre sur au moins trois années. Il intègre des spécialistes des paléoenvironnements des universités de Québec (CELAT), Rennes (CReAAH, ECOBIO) et Brest (LETG).

La campagne 2019 se déroule tout au long du mois de septembre et comprend à la fois des sondages sur le site de l’Anse-à-Henry et des prospections dans l’archipel (Saint-Pierre, Langlade, Miquelon) pour rechercher les gites de matières premières et des nouveaux habitats préhistoriques.



1b
Vue générale du site de l'Anse à Henry à Saint-Pierre


St Pierre Gregor Marchand 2b
Vue des sondages archéologiques en cours



Contact OSUR
Grégor Marchand (CReAAH) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @