Croiser les sciences pour lire les animaux



Croiser_les_sciences_pour_lire_les_animaux_menard_page1_2020_1.jpg

Se rapprocher des gorilles. Histoire x primatologie

L'ouvrage collectif "Croiser les sciences pour lire les animaux" (Éditions de la Sorbonne) sous la direction d'Eric Baratay est paru en octobre 2020. Violette Pouillard (CNRS, LARHRA) et Nelly Ménard (CNRS, ECOBIO, Station biologique de Paimpont) y ont contribué avec un article intitulé "Se rapprocher des gorilles. Histoire x primatologie".



Présentation de l'ouvrage "Croiser les sciences pour lire les animaux"

Plus aucune science ne peut penser les animaux à elle seule, ni prétendre pouvoir faire le tour de la question : pour mieux lire les animaux, il faut croiser les sciences. C'est devenu une évidence entre les différentes sciences de la nature, où des croisements ont déjà donné naissance à des hybrides devenus disciplines à part entière, telle l’écologie comportementale ; c’est aussi vrai entre les sciences humaines, qui ont investi, depuis quelques décennies, le versant humain des relations avec les animaux.

Cet ouvrage propose un troisième croisement, novateur, difficile, car peu pensé, peu usité, entre les sciences dites « de la nature » et les sciences dites « humaines ». Il s’agit de montrer que les questions, les concepts et les méthodes de ces dernières peuvent apporter beaucoup à la connaissance des animaux eux-mêmes, à l’étude de leurs capacités qui sont de plus en plus reconnues comme étant riches et complexes. Il y a profit – et donc un besoin – à croiser les sciences de la vie – génétique, physiologie, éthologie, écologie, neurosciences – avec les sciences de l’homme – archéozoologie, histoire de l’art, histoire, littérature, anthropologie, sociologie, ethnologie – pour décrypter, saisir et penser davantage les animaux – en somme, passer sur le versant animal.

Rassemblant des spécialistes de ces disciplines, ce livre s’adresse aux archéologues, aux historiens, aux géographes, aux littéraires, aux anthropologues, aux sociologues, aux philosophes, comme aux généticiens, aux zoologues, aux éthologues, aux écologues, aux vétérinaires.

Et aux passionnés d’animaux.

>>> En savoir plus avec les Editions de la Sorbonne >>>




Présentation de l'article "Se rapprocher des gorilles. Histoire x primatologie", avec Violette Pouillard (CNRS, LARHRA) et Nelly Ménard (CNRS, ECOBIO, Station biologique de Paimpont)

Cette contribution croise deux regards, l’un éthologique et l’autre historique, celui de Violette Pouillard, sur des opérations de capture de gorilles de l’Est (Gorilla beringei) menées au Congo belge, particulièrement bien documentées par les sources historiques produites par la « machine scientifico-coloniale ». Le cas a déjà été abordé par l’historienne dans des recherches antérieures sur les effets disruptifs, pour les individus et les sociétés de gorilles, d’incursions violentes. Pour comprendre la portée de la geste coloniale et des gestes des capteurs, ces recherches avaient expérimenté un croisement solitaire, en exploitant la bibliographie de primatologie sur les dynamiques sociales des gorilles de l’Est.

Ce nouvel exercice de croisement revisite ce travail avec l’appui d’une éco-éthologue et primatologue, celui de Nelly Ménard, qui dispose d’une longue expérience de recherche sur les dynamiques sociales des gorilles de plaine de l’Ouest (Gorilla gorilla gorilla) dans leur milieu, dans le parc national d’Odzala-Kokoua en République du Congo. Ses travaux portent sur l’histoire démographique des individus et des groupes de deux populations de gorilles observées pendant quinze ans.

Nelly Menard Gorilles Ecology Juin2019





Contact OSUR
Nelly Ménard (CNRS, ECOBIO, Station biologique de Paimpont) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @