Séminaire d'Alice Baudouin et Lou Barbe (ECOBIO)


 AHLeGall    18/11/2016 : 22:55

logo_ecobio_2013.jpg

Dans le cadre des séminaires "équipe" d'ECOBIO, Alice Baudouin et Lou Barbe de l'équipe Paysaclim nous présenteront leur travaux le vendredi 18 novembre à 13:00, dans la salle de conférence de l'OSUR au cours de deux conférences intitulées "Facteurs influençant la dispersion des femelles Gorilles des plaines de l’ouest "(A.

Dans le cadre des séminaires "équipe" d'ECOBIO, Alice Baudouin et Lou Barbe de l'équipe Paysaclim nous présenteront leur travaux le vendredi 18 novembre à 13:00, dans la salle de conférence de l'OSUR au cours de deux conférences intitulées "Facteurs influençant la dispersion des femelles Gorilles des plaines de l’ouest "(A. Baudoin 13h) et "Comment évolue la décomposition de la litière au cours du vieillissement d'une prairie?" (L. Barbe 13h30)

Résumés:

Facteurs influençant la dispersion des femelles Gorilles des plaines de l’ouest.
Parmi les espèces sociales, la dispersion des individus entre les groupes agit sur la dynamique des unités sociales. Chez les espèces structurées en harems avec dispersion des femelles, leurs modèles de dispersion conditionnent le succès reproducteur de la population. Notre étude vise à comprendre les facteurs influençant les décisions de dispersion des femelles. Ces décisions étant fortement conditionnées par la stratégie de choix du partenaire ainsi que l’environnement social. Chez les Gorilles de plaine de l’Ouest, les groupes reproducteurs sont composés d’un unique mâle reproducteur (dos argenté) et de plusieurs femelles adultes accompagnées de leurs petits. Après avoir quitté leur groupe, les femelles rejoignent un autre groupe reproducteur ou s’associent à un dos argenté solitaire pour former un nouveau groupe reproducteur. Nous avons étudié l’influence de la taille du groupe reproducteur, du nombre de femelles dans le groupe, de la structure d’âge, de l’occurrence d’une maladie de peau (telle que le pian) affectant les individus (particulièrement les mâles à dos argenté) sur la décision des femelles de rejoindre ou quitter une unité sociale. Nous avons utilisé des données de surveillance à long terme sur deux populations de gorilles distantes de 20km au cœur d’une même forêt en République du Congo, mais de taille différentes. La première population localisée à Romani a été suivie pendant 10 ans, elle abrite 13 groupes et nous avons identifié 43 femelles dans le cadre de cette étude. La seconde population localisée à Lokoué comprenait 41 groupes avec 143 femelles identifiées sur une période de 3 ans. Les résultats préliminaires de cette étude nous permettent de dire que les femelles des deux populations ne sont pas sensibles aux mêmes facteurs pour leur prise de décision lors d’une émigration. En effet, dans la population de Lokoué, les femelles quittent leur groupe quand il atteint un taille trop importante, et la probabilité de quitter un groupe est plus forte pour les femelles qui ne se sont jamais reproduites. Ceci est en accord avec les résultats d’autres études sur les gorilles de plaine de l’Ouest. A Romani, les femelles tendent à émigrer quand la proportion d’immatures dans leur groupe est élevée. Dans cette deuxième population, les femelles émigrent d’autant plus que le mâle à dos argenté et les autres individus du groupe sont contaminés par le pian. Ces premiers résultats nous amènent à conclure que la dispersion des femelles de gorilles des plaines de l’Ouest ne se fait pas au hasard mais résulte d’un choix multifactoriel dépendant de la dynamique des groupes. Nos résultats seront discutés au regard de la structure et de la taille des deux populations.


Comment évolue la décomposition de la litière au cours du vieillissement d'une prairie?
Au sein des écosystèmes prairiaux, entre 50 et 90% de la production végétale retourne au stock de matière organique morte sous forme de litière. La décomposition de la litière est une fonction essentielle puisqu'elle permet la remise à disposition des nutriments de cette litière pour la croissance des plantes. Cependant, nous ne savons pas comment cette fonction de décomposition évolue au cours du temps. Lors du vieillissement d'une prairie, la succession végétale peut en effet changer les traits de la communauté végétale qui déterminent le processus de décomposition. De nouveaux décomposeurs et détritivores peuvent aussi immigrer, et accélérer le processus de décomposition. Enfin, les décomposeurs et détritivores peuvent s'adapter au cours du temps aux traits de la litière, et ainsi dégrader plus rapidement une litière provenant de leur prairie qu'une litière transplantée depuis une autre prairie. Nous avons sélectionné 27 prairies temporaires de la Zone Atelier Armorique, âgées de 1 à 25 ans, sur lesquelles nous avons réalisé une expérience de décomposition de la litière avec transplantation. Nous avons mesuré les traits de la communauté végétale, et la composition de la communauté de décomposeurs (microorganismes) et détritivores (macrofaune, mésofaune). Les résultats indiquent une diminution de la décomposition de la litière au cours du temps, due à des changements de traits des végétaux et à des changements dans la communauté de microorganismes. Cette étude démontre le rôle de la succession végétale et de la composition de la communauté de décomposeurs sur le fonctionnement des écosystèmes prairiaux.

Contact OSUR :

@