Séminaire de Lionel Siame (CEREGE, Aix-Marseille Université)


 AHLeGall    18/03/2016 : 23:55

lionel_siam.jpg

Le vendredi 18 mars 2016 à 10:30, en salle de conf de l'OSUR (campus de Beaulieu, bât.14B, RDC), Lionel Siamepropose un séminaire intitulé

Le vendredi 18 mars 2016 à 10:30, en salle de conf de l'OSUR (campus de Beaulieu, bât.14B, RDC), Lionel Siamepropose un séminaire intitulé

Tectonique active et érosion. Le point de vue des nucléides cosmogéniques

Cette présentation est proposée dans le cadre du cycle des séminaires de Géosciences Rennes

Résumé :

Les liens entre les mécanismes de déformation et les processus de surface sont au coeur du débat qui vise à comprendre et quantifier les couplages qui associent
tectonique, climat et érosion dans l'évolution des reliefs terrestres. En effet, la machine tectonique produit des mouvements horizontaux (déplacement des plaques
tectoniques) et verticaux (surrection des chaînes de montagnes) en créant des reliefs qui sont en retour soumis aux processus d'érosion. Les chaînes de montagnes sont donc des objets géologiques particulièrement adaptés car ils enregistrent l'évolution des processus tectoniques actifs le long des marges convergentes en relation avec les processus profonds et ceux qui agissent en surface. Les rétroactions entre ces différents types de processus y jouent un rôle clé dans l'exhumation des roches et leur évolution structurale et cinématique. Grâce à deux exemples localisés dans les Andes et à Taïwan, je souhaiterais présenter comment une combinaison d'approches complémentaires (tectonique, géomorphologie quantitative et 10Be cosmogénique produit in-situ) permet de quantifier l'évolution de la topographie dans une chaîne de montagnes et d'examiner les relations de couplage entre l'élaboration des reliefs par les processus internes et les taux d'abaissement de la surface par érosion. Dans l'avant-pays andin du Nord-ouest Argentin (Sierras Pampeanas), nous avons contraint les vitesses tectoniques et de dénudation associées à la croissance d'un anticlinal de socle actif, la Sierra Pie de Palo (Siame et al., 2015). Le long des bordures orientale et septentrionale du massif, les taux d'incision et de soulèvement ont été estimés à environ 0,5 et 1 mm/an. Les taux de dénudation et de soulèvement déterminés à partir des concentrations en 10Be, combinés aux caractéristiques morphologiques des bassins versants et des réseaux de drainage, permettent d'estimer le début du soulèvement à 4-6 millions d'années, suivi d'un épisode plus récent (1-2 Ma) de rajeunissement topographique lié au redressement des flancs N et E du pli. A Taïwan, où les conditions géodynamiques et climatiques imposent des vitesses de déformation et d'érosion particulièrement rapides, nous avons déterminé que des taux de dénudation de 4-5 et 2-3 mm/an caractérisent respectivement les bassins versants Est et Ouest de la Chaîne Centrale (Derrieux et al., 2014). La comparaison entre les taux de dénudation déterminés le long de certaines crêtes (environ un ordre de grandeur plus faibles) et ceux dérivés des bassins versants permet de discuter l'état stationnaire topographique supposé de la chaîne..

Semin Lionel Siam 18mars2016

Contact :

Lionel Siame (CEREGE, Aix-Marseille Université)



Contact OSUR :
Philippe Steer (Géosciences Rennes)
Benjamin Guillaume (Géosciences Rennes)