Séminaire de Sébastien Rapinel et Freerk Molleman (ECOBIO)


 AHLeGall    07/11/2014 : 22:41

logo_ecobio-2013.jpg

Le vendredi 7 Novembre à 13h00, en salle de conférence de conf de l'OSUR (RDC bât.

Le vendredi 7 Novembre à 13h00, en salle de conférence de conf de l'OSUR (RDC bât. 14B, campus de Beaulieu), Sébastien Rapinel et Freerk Molleman proposent deux séminaires intitulés

Apport de la télédétection satellitaire pour la cartographie geosymphytosociologique des végétations des marais littoraux atlantiques / Phenotypic : phytophagous click-beetle species grow larger and predators smaller on phylogenetically isolated trees

Apport de la télédétection satellitaire pour la cartographie geosymphytosociologique des végétations des marais littoraux atlantiques
Ce travail a pour objectif d'évaluer l'apport de données de télédétection satellitaire à haute résolution spatiale (30 m) pour la cartographie des patrons de végétations des marais littoraux atlantiques à l'échelle régionale entre les estuaires de la Loire et de la Garonne. Des relevés stationnels réalisés au printemps 2013 ont permis par une démarche déductive d'identifier les patrons de végétations en référence à une typologie paysagère préexistante. Ces patrons ont été utilisés comme échantillons d'entrainement et de validation pour la classification supervisée d'image Landsat 8. Les résultats soulignent que les entités paysagères fondée sur la démarche géosymphytosociologique des marais littoraux ont été correctement cartographiés au 1:50 000ème (précision globale 85.6%). La cartographie obtenue sur 4632 km² des marais littoraux a montré une très bonne cohérence avec les cartes NATURA 2000 et constitue un bon outil de gestion, que cela soit pour la prospections terrain, mais aussi de suivi des états de conservation des habitats. La démarche développée, combinant l'approche géosymphytosociologique et les données satellitaires, offre des perspectives intéressantes pour l'élaboration du fond blanc à l'échelle nationale dans le cadre du programme CarHab.

Phenotypic : phytophagous click-beetle species grow larger and predators smaller on phylogenetically isolated trees
An individual host may be phylogenetically distant from its neighbors, rendering it isolated from the point of view of its non-generalist colonizers. Because such phylogenetic isolation of individual oak trees affects insect community abundance and diversity on individuals, we ask whether colonizers on more phylogenetically isolated hosts show deviations in body size that are consistent with these community differences. We measured body-size variation within click beetle (Elateridae) species associated with individual oak trees that differ in phylogenetic isolation from neighboring trees. Beetles of species with root feeding larvae tended to be larger, while those with predacious larvae or small body size tended to be smaller on more phylogenetically isolated. Increases and decreases of body size with phylogenetic isolation is not consistent with body-size selection during the dispersal stage, and could not be attributed to phenotypic plasticity as inferred from patterns in fluctuating asymmetry. Rather, it is consistent with an effect of body size on the performance of individuals established on the trees, where root feeders experience less competition and predators lower prey densities. Thus, phylogenetic isolation of individual trees appears to cause selection among individuals. Our results suggest that in an apparently continuous habitat, the canopy of a forest, insects may show micro-evolution in responses to the spatial distribution of tree lineages forming an “evolutionary landscape of hosts”.


Cette présentation est proposée dans le cadre du cycle des séminaires d'ECOBIO : séminaires de l'équipe ESDD


Contact OSUR : Animation ECOBIO