Shanghai 2020 : la recherche rennaise consolide son positionnement mondial sur la ressource en eau


 AHLeGall    09/07/2020 : 07:48
 Aucun    Agenda

logo_ARWU.png

Classée entre la 76e et la 100e place, l'Université de Rennes 1 se classe dans le palmarès 2020 du classement thématique Water Resources

Le classement par thématiques de l’Université Jiao Tong de Shanghai vient d’être rendu public début juillet. Le palmarès 2020 confirme la bonne tenue de l’enseignement supérieur en France avec la présence à un haut niveau d’une trentaine d’établissements français.
Le célèvre ARWU (Academic Ranking of World Universities) dit « classement de Shanghai », est certainement le palmarès international le plus médiatisé. Le classement général sera connu en août, mais en préambule, voici donc la publication des classements thématiques qui mesurent, par spécialités académiques, les performances des établissements d’enseignement supérieur dans le monde. Avec la recherche "Ressources en eau" ("Water Resources"), l'Université de Rennes 1 tient une de ses pépites scientifiques !


Le grand gagnant de la catégorie Ressources en eau est l'ETH, l'École polytechnique fédérale de Zurich.

Au sein de l'université de Rennes 1, la recherche sur la ressource en eau est portée par l'OSUR, notamment par les UMRs CNRS Géosciences Rennes et ECOBIO, dans le cadre d'un partenariat scientifique élargi avec l'université Rennes 2 (LETG-Rennes), des UMRs INRAE Bretagne-Normandie et de l'institut Agro (Agrocampus Ouest). 
NB : dans le classement général 2020, tous domaines confondus, l'université de Rennes 1 se classe autour entre la 501-600 place mondiale, soit la 18-20 position des universités françaises. Paris-Saclay est la 1ère université française, 14e au classement mondial.


Sur les thématiques portées par l'OSUR, à noter également que Rennes 1 se classe entre la 151-200 place en Sciences de la Terre "Earth sciences" (entre 17-20 au niveau national) ; entre la 201-300 place en écologie "Ecology" (entre 14-19 au niveau national).




Classement de l'université de Rennes 1 (OSUR) dans le domaine Water Resources


Shanghai Ranking 2020 Water Resources

>>> En savoir plus >>>





RENNES (évolution sur 4 ans)
2017 2018 2019 2020
PUB > Q1 36,6 39,5 36,9 39,4
CNCI 74,7 89,3 82,6 87,9
IC 87 89,9 91 91,9
TOP 40,7 59,9 55,3 50,4
AWARD NA 0 0 0
  • Q1 : le nombre de publications dans les revues à notoriété élevée
  • CNCI : le facteur d’impact des publications signées par l’établissement
  • IC : le pourcentage de publications cosignées à l’international
  • TOP : le nombre de publications parues dans les meilleurs journaux et conférences scientifiques de chaque domaine
  • AWARD : le nombre total d’enseignants de chaque institution ayant reçu une récompense académique dans sa discipline


Classée entre la 76e et la 100e place, l'Université de Rennes 1 est dans les 5 universités françaises classées dans les 100 premières universités mondiales, au coude à coude avec Montpellier.


2020
RENNES MONTPELLIER GRENOBLE TOULOUSE SORBONNE
Q1 39,4 54,1 58,1 57 53,7
CNCI 87,9 68,2 69,3 76,6 73
IC 91,9 88,2 83,2 89,6 83,1
TOP 50,4 49,6 63,7 45,8 52,5
AWARD 0 0 0 0 36,5

Pour l'année 2020, si on compare Rennes avec Montpellier, Toulouse, Grenoble et Paris Sorbonne (i.e. ces 2 dernières étant les 1ères universités françaises sur le domaine de l'eau classées entre la 51-75e place), on constate que Rennes est en tête sur 2 critères sur 4. La différence de classement se fait donc essentiellement sur le critère Q1 (le nombre de publications dans les revues à notoriété élevée), i.e. un chiffre brut directement corrélé avec le nombre de chercheurs impliqués dans le domaine, mais aussi sur le critère AWARD.

  • Q1 (nombre des publis) : 165e international  et 5e national
  • CNCI (impact des publis) : 9e international et 1er national
  • IC (internationalisation des publis = ratio du nombre de publis avec 2 autres adresses internationales / nombre total de publis de l'institution dans le domaine) : 10e international et 1er national
  • Top (publications dans les revues Top = Water Resources Research et Journal of Hydrology) : 74e international et 3e national

Le classement de Rennes est donc d'autant plus remarquable qu'il s'établit sur un nombre "modeste" de chercheurs et enseignants-chercheurs : autrement dit, les hydrologues/hydrogéologues rennais sont comparativement peu nombreux mais plus performants !





La recherche sur l'eau à Rennes


Sur le domaine de l'eau - sensu lato - l'OSUR assure notamment la responsabilité d'un dispositif labellisé sur le plan national : le service national d’observation H+  . Il a été créé en 2002, avec trois missions principales :

  • la mission première de l’observatoire H est de maintenir et de coordonner un réseau de sites expérimentaux capables de fournir des données pertinentes – y compris des chroniques ou expériences long terme – pour la compréhension du cycle de l’eau et des éléments transportés dans les aquifères.
  • le couplage mesures / théories / modèles est une mission fondamentale de l’observatoire H . La modélisation, à quelque niveau qu’elle soit, est un outil indispensable à la prédiction. L’observatoire a pour vocation de créer un lien pérenne entre les équipes de recherche intéressées par les aspects théoriques, numériques ou expérimentaux des transferts en milieu hétérogène.
  • l’observatoire H a enfin pour mission d’établir un partenariat entre la recherche fondamentale, la formation initiale et continue, et l’expertise : bureaux d’études, régie de l’eau, ... Les sites de H accueillent des étudiants et des professionnels dans le cadre de formations sur l’exploitation de la ressource et la prévention des risques environnementaux.

ORE Hplus

>>> En savoir plus sur H+ >>>


AgrHyS
est également un des 25 Observatoires de Recherche en Environnement (ORE) labellisés par le Ministère de la Recherche en 2002. Il a pour objectif d’étudier les temps de réponse des flux hydrogéochimiques à l'évolution des agro-hydrosystèmes. On appelle agro-hydrosystèmes, les hydrosystèmes sous influence de l’activité agricole. AgrHyS appartient également au Système d’Observation et d’Expérimentation pour la Recherche en Environnement (SOERE) 'Réseau des Bassins Versants' qui a pour objet l’étude de la zone critique. Le pilotage de l’ORE est assuré par l’UMR Sol, Agro et Hydrosystème Spatialisation de Rennes (INRA-Agrocampus Ouest). L’ORE associe également l’UMR Géosciences de Rennes et l’UMR LETG-Rennes-COSTEL de l'université de Rennes 2. Il est intégré aux dispositifs d’expérimentation de l’OSUR.


AgrHyS 2020b
>>> En savoir plus sur AgrHyS >>>



Cette excellence sur la recherche en hydrologie et hydrogéologie s'est traduite ces 5 dernières années par l'obtention de financements européens conséquents, de reconnaissances nationales, régionales, locales importantes (liste non-exhaustive) :

  • Maria Klepikova arrive en septembre 2020 en post-doc Marie-Curie à Rennes (MCIF THERM, avec Olivier Bour) : Maria qui a soutenu sa thèse en 2013 à Rennes a été désignée comme "Outstanding Reviewer 2019" par l'AGU

  • Géosciences Rennes est co-lauréat d’un projet européen ITN baptisé "CoPerMix" : Control Prediction & LeaRning in Mixing processes. Le portage du réseau est assuré par le CNRS avec 2 laboratoires localisés à l’université d’Aix-Marseille (Institut de Recherche sur les Phénomènes Hors Equilibre / irphé) et l'Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels / IUSTI).  Géosciences Rennes est le 3e partenaire en importance du projet et accueillera deux thèses localisées à l’OSUR, ainsi que plusieurs étudiants en détachement. Tanguy Le Borgne est le référent rennais du projet

  • L'OSUR accueille en 2020 une chaire d'excellence de Rennes Métropole intitulée "Ressource en eau du futur" porté par Clément Roques qui a soutenu sa thèse à Rennes en 2013

  • La Fondation Rennes 1 finance une chaire intitulée "Eaux et territoires" (2019-2021) portée par Luc Aquilina et Jean-Raynald de Dreuzy (Géosciences Rennes, OSUR)

  • Highly Cited Researcher 2019 : Laurent Longuevergne entre dans le who’s who des chercheurs, seul HiCiRe CNRS du site rennais

  • avec le projet "Rivières2070", Véronique van Tilbeurgh (université Rennes 2) et Laurent Longuevergne (Géosciences Rennes) sont lauréats de l’appel à projet 80|Prime dans le cadre des 80 ans du CNRS en 2019

  • Création de "La fractory" en 2018 : le CNRS, l’Université de Rennes 1 et la société d’ingénierie Itasca Consultants ont inauguré leur laboratoire commun en novembre 2018 ; avec la création et l’hébergement de ce LabCom, les différents partenaires public et privé confortent l’expertise rennaise dans le domaine de la recherche sur la ressource en eau

  • une bourse ITN obtenue en 2016 par Philippe Davy (Géosciences) intitulée 'ENIGMA' et qui porte sur l’imagerie de la dynamique des écoulements dans les milieux souterrains

  • une bourse ERC obtenue en 2015 par Tanguy Le Borgne (Géosciences) pour un projet intitulé ‘ReactiveFronts’, catégorie ‘Consolidator grant’
  • une bourse ITN obtenue en 2013 'INTERFACES' sur les interactions eaux souterraines et eaux de surface pilotée pour Rennes par Gilles Pinay (ECOBIO)
  • le projet européen RISE 'HyFreq' pilotée à Rennes par Gilles Pinay sur le développement de méthodes hautes fréquences pour la quantification des ressources en eaux et de leur qualité



Cette excellence de l'OSUR se traduit aussi en terme d'enseignement avec le portage du master Sciences de l'Eau de Rennes.

Master SER Banniere

>>> En savoir plus sur le master SER >>>


Des partenariats internationaux forts entre Rennes et le Québec

L'université de Rennes 1 et l'Institut national de la recherche scientifique (Québec) ont signé ce 26 avril 2017 à Rennes une convention de bi-diplômation entre le master Sciences de l’Eau (UR1) et la maîtrise québécoise en sciences de la Terre (INRS).

L'accord signé par David Alis (président de l'UR1) et Claude Arbour (directeur général par intérim de l'INRS) a pour objet d'établir les modalités de la bi-diplômation entre les parcours "Géoingénierie et Environnement" proposés par les deux établissements. Ce parcours sera proposé à partir de la rentrée 2017 à l'université de Rennes 1 dans le cadre du nouveau master Sciences de l'Eau. Ainsi, les étudiants qui auront réussi l'une des deux formations obtiendront les diplômes émis par chacune des deux institutions. Le principe étant que l'étudiant inscrit dans l'un des deux établissements fasse sa première année dans son institution d'origine, puis la deuxième année dans l'institution partenaire.

A noter que cet accord vient renforcer plus encore des liens de coopération entre le pôle académique rennais et le Québec :

- neuf chercheurs en sciences de l'environnement (universités de Rennes, CNRS et Agrocampus Ouest) et 2 doctorants se sont rendus entre le 3 et le 5 avril 2017 à l'Université de Québec à Montréal (UQAM) pour y rencontrer nos homologues des universités québécoises (UQAM, UQAT, UQAC, INRS) au cours des "Journées Interdisciplinaires en Sciences de l'Environnement" initiées par l'Institut des Sciences de l'Environnement (ISE) de l'UQAM.

- cette rencontre fait suite à des échanges amorcés lors d'un séjour de Catherine Mounier en Bretagne en octobre 2016. La vice-rectrice de l'UQAM avait pu constater que les universités de Rennes et l'UQAM partageaient des intérêts de recherche communs en sciences de l'environnement, certaines collaborations entre chercheurs sont d'ailleurs déjà effectives : plusieurs écoles d’été ont permis à des étudiants de découvrir alternativement d’une année sur l’autre un des pays. En Août 2016, cette école d'été au Québec a même permis de réaliser des expérimentations conjointes entre les laboratoires de recherche

- cette collaboration est issue également de la signature le 16 juin 2016, à l'occasion d'une réunion dédiée aux coopérations CNRS avec le Québec à Montréal, d'une convention de LIA (laboratoire international associé) ayant principalement pour partenaires l'université de Rennes 1, l'Institut National de la Recherche Scientifique (INRS) et le CNRS : LIA France-Québec RESO "REssources et SOciétés".





Contact OSUR
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @