Solutions fondées sur la nature : levier ou frein pour la préservation de la biodiversité ?


 AHLeGall    10/09/2020 : 07:34

Alexandra_Langlais_Droit_et_changement_climatique_Sept2020.png

Droit et changement climatique. Comment répondre à l’urgence climatique ?

Alexandra Langlais-Hesse (CNRS, IODE) a participé à la rédaction de l'ouvrage édité chez Mare & Martin (09/2020) sous la direction de Marta Torre-Schaub : "Droit et changement climatique. Comment répondre à l’urgence climatique ?" La contribution d'Alexandra s'intitule "Solutions fondées sur la nature : levier ou frein pour la préservation de la biodiversité ? Réflexions juridiques".



Ce livre réunit les contributions de chercheurs et d’universitaires français et internationaux appartenant aux différents champs des sciences ayant pour objet l’étude du changement climatique. Cet ouvrage constitue ainsi une nouveauté dans le champ juridique car il questionne certains concepts préétablis, tout en proposant des solutions innovantes du point de vue juridique et normatif. Sont ainsi revisitées de manière croisée, les notions de stabilité, vulnérabilité, irréversibilité, risque, préjudice, transition, justice, causalité. L’objectif étant ainsi de repenser le droit du changement climatique et de mieux l’adapter à l’ampleur de l’urgence climatique.


Alexandra Langlais y apporte sa réflexion juridiue sur les solutions fondées sur la nature. Il s’avère en effet de plus en plus nécessaire de souligner et soutenir les interactions réciproques entre la biodiversité et le changement climatique, ce qui est actuellement de plus en plus considéré par les deux politiques qui les sous-tendent. Les solutions fondées sur la nature, portées par l’IUCN, apparaissent comme l’expression ou du moins l’une des expressions de cette vision intégrée des enjeux à la fois de la biodiversité et du changement climatique. Elles y sont définies comme « des actions visant à protéger, gérer de manière durable et restaurer les écosystèmes naturels ou modifiés pour relever directement les enjeux de société de manière efficace et adaptative tout en assurant le bien-être humain et des avantages pour la biodiversité ». La biodiversité devient un enjeu important car ce sont surtout les écosystèmes terrestres et les océans qui stockent le carbone. De plus, une dégradation généralisée et accélérée de ces écosystèmes constitue non seulement une source considérable d’émissions de gaz à effet de serre et diminue d'autant leur capacité à séquestrer le carbone. En raison de cette approche intégrée revendiquée, il n’apparaît pas surprenant que les solutions fondées sur la nature reçoivent une écoute de plus en plus attentive. Cependant, si ce concept est séduisant jusque dans sa terminologie, l’expression « solutions fondées sur la nature » peut, dérouter dans la mesure où les composantes qui la caractérisent sont loin d’être toutes consensuelles et font ressurgir des débats récurrents sur la relation de l’homme à la nature. Une série de principes « dans le but d’orienter (leur) application efficace et appropriée » assoient également l'existence de cette définition des solutions fondées sur la nature. Ces principes restent cependant relativement flous quant aux garanties juridiques offertes à la préservation de la biodiversité. Les conditions de cette garantie ne pourraient-elles pas être recherchées dans la prise en compte de l’« intégrité des écosystèmes » figurant dans l’accord de Paris ?



Référence
Droit et changement climatique : Comment Répondre à l’urgence climatique ? Sous la direction de Marta Torre-Schaub (09/2020), Ed. Mare & Martin, Coll. Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne, 302 p. (ISBN : 978-2-84934-473-6)




Contact OSUR
Alexandra Langlais-Hesse (IODE) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @