Soutenance de thèse d'Anne-Claire Chaboureau (Géosciences)



thesard.jpg

Le vendredi 30 novembre 2012 à 14h30, dans la salle de conférence de l'OSUR (RDC, Bât 14B, campus de Beaulieu), Anne-Claire Chaboureau soutient sa thèse intitulée

Le vendredi 30 novembre 2012 à 14h30, dans la salle de conférence de l'OSUR (RDC, Bât 14B, campus de Beaulieu), Anne-Claire Chaboureau soutient sa thèse intitulée

Impact du climat sur la dynamique des systèmes sédimentaires pendant l’ouverture de l’Atlantique Sud

Jury :
François ROURE, Professeur, IFPen, Rapporteur
Gilles RAMSTEIN, Directeur de Recherche , LSCE Saclay, Rapporteur
Ritske S. HUISMANS, Professeur, University of Bergen, Examinateur
Jean-Loup RUBINO, Expert sédimentologue, TOTAL E&P, Pau, Examinateur
François GUILLOCHEAU, Professeur, Université de Rennes 1, Examinateur
Cécile ROBIN, Maître de Conférence, Université de Rennes 1, Directeur de thèse
Yannick DONNADIEU, Chargé de Recherche, LSCE Saclay, Co-directeur de thèse
Sébastien ROHAIS, Ingénieur de Recherche, IFPen, Promoteur IFPen


Résumé :
L’ouverture de l’Atlantique Sud s’est initiée par une phase de rifting au Crétacé inférieur. Pendant cette période, une épaisse série salifère s’est développée dans tout le segment Central. La présence contemporaine d’évaporites, communément associées à un climat aride, suggère donc la possibilité d’avoir eu, au Crétacé inférieur, des zones arides à proximité de l’Equateur. Cette observation soulève alors des questions majeures : quelle a été l’incidence du rifting sur le climat ? Et quels rôles ont pu jouer ces deux processus dans la dynamique sédimentaire et entre autre sur la dynamique des dépôts du sel ?

Dans ce but, une approche par modélisation numérique a été choisie et trois grandes étapes ont été suivies, (1) une synthèse paléogéographique, (2), une modélisation climatique, et (3) une modélisation stratigraphique. La synthèse paléogéographique a permis, dans un premier temps, de mettre en évidence une évolution diachrone de l’activité du rift, précoce au Nord du segment Central avant de se propager dans la partie Sud, et d’autre part de préciser la chronologie des deux phases d’extension, rift et sag. Les modélisations climatiques ont montré l’existence d’une ceinture climatique humide au Nord de la zone d’étude, ainsi qu’une forte saisonnalité. Enfin, les modélisations stratigraphiques ont révélé l’importance de la prise en compte (1) de cette saisonnalité dans les modèles et (2) de la paléogéographie du segment Central. L’interaction entre les trois thématiques a permis de préciser l’importance des paramètres de contrôle pour la formation des évaporites. Ainsi, (1) le climat a joué un rôle majeur en offrant des conditions climatiques favorables grâce à la saisonnalité du climat dans la mise en place des évaporites, mais (2) le rift a exercé un contrôle primordial puisqu’il a généré un régime de subsidence permettant la connexion marine et l’apport de sel nécessaire au dépôt des évaporites dans un bassin encore protégé.


Contact : Anne-Claire Chaboureau (Géosciences Rennes)