Soutenance de thèse d'Antoine Armandine Les Landes (Géosciences Rennes)



thesard.jpg

Le vendredi 21 Novembre 2014 à 14h00, en salle de conf de l'OSUR (RDC bât.14B, campus de Beaulieu, Université de Rennes 1), Antoine Armandine Les Landes soutient sa thèse intitulée

Le vendredi 21 Novembre 2014 à 14h00, en salle de conf de l'OSUR (RDC bât.14B, campus de Beaulieu, Université de Rennes 1), Antoine Armandine Les Landes soutient sa thèse intitulée

Impact des variations climatiques sur les ressources hydrogéologiques


Jury :
René LEFEBVRE, Professeur, Université INRS ETE, Canada / rapporteur
Wolfram KLOPPMANN, Chercheur Chef de projet, BRGM / rapporteur
Bruno HAMELIN, Professeur, CEREGE / examinateur
Gilles PINAY, Professeur, OSUR / examinateur
Philippe DAVY, Directeur de Recherche CNRS / directeur de thèse
Luc AQUILINA, Professeur, Université de Rennes 1 / co-directeur de thèse


Résumé :
Les eaux souterraines représentent environ 98% des eaux douces potentiellement disponibles pour l'homme sur notre planète, en faisant donc une ressource fondamentale de nos sociétés. Du fait du changement climatique et du fort lien existant entre le climat et le cycle de l'eau et donc les ressources en eau. L’identification de la sensibilité des eaux souterraines aux variations climatiques est donc devenue indispensable. Or, le climat est un système hautement complexe dont les variations, contrôlées par de nombreux facteurs à la fois naturels et anthropiques, s’effectuent sur toutes les échelles de temps. Les modifications climatiques ne sont donc pas un phénomène nouveau, les eaux souterraines ont par conséquent subi dans le passé les effets de ces variations climatiques, elles en subissent actuellement les changements et subiront celles à venir. Les travaux développés dans cette thèse ont abordé cette problématique visant à caractériser la sensibilité de la ressource en souterraine face aux variations climatiques.
À l’aide de l’analyse de traceurs environnementaux à l’échelle des aquifères du Massif Armoricain, les impacts d’évènements climatiques majeurs intervenus sur les derniers millions d’années (transgression marine et période glaciaire) sont mis en évidence au sein du système hydrogéologique actuel. Ces informations paléohydrogéologiques permettent d'apporter de nombreuses contraintes sur l'hydrodynamique des aquifères du socle breton sur une grande échelle de temps et constituent notamment une solide base pour des études numériques.
Puis, à l’aide de la modélisation numérique des écoulements à densité variable, les grandes étapes paléohydrogéologiques liées à la salinité ont été investiguées, à travers les mécanismes de salinisation des aquifères par les rivières et le lessivage de l'empreinte marine.
Enfin, dans un contexte un peu différent (échelle spatiale et temporelle), une modélisation numérique hydrogéologique a été édifiée afin d'étudier la réponse des zones humides alimentées par un aquifère sous-jacent face à différents scénarios d'évolution du climat régional et à l'utilisation de la ressource en eau souterraine.
Toutes ces études mettent en avant la haute sensibilité des ressources hydrogéologiques aux variations climatiques et hydrologiques, en termes de qualité et de quantité. La gestion de cette ressource nécessite donc de considérer à la fois les risques climatiques et non climatiques ainsi que de prendre en compte l’adaptation à long terme de ces systèmes.

Contact : Antoine Armandine Les Landes (Géosciences Rennes)