Soutenance de thèse d'Aurélien Gicquel (ECOBIO)



thesard.jpg

Le mercredi 27 juin 2012, à 13h15, salle de conférences de l'OSUR, bâtiment 14b, campus de Beaulieu, UR1.

Le mercredi 27 juin 2012, à 13h15, salle de conférences de l'OSUR, bâtiment 14b, campus de Beaulieu, UR1.

Impact des changements globaux sur le fonctionnement des tourbières : couplage C-N-S et interactions biotiques


Jury :
Jean Charles MUNCH, Professeur, Université Technique de Munich / Rapporteur
Cornelia RUMPEL, Directeur de Recherche, INRA Versailles-Grignon / Rapporteur
Fatima LAGGOUN-DEFARGE, Chargée de Recherche, Université d'Orléans / Examinateur
Gilles PINAY, Directeur de Recherche, Université de Rennes 1 / Examinateur
Séverine PIUTTI, Maître de Conférences, Université de Lorraine / Examinateur
André-Jean FRANCEZ, Maître de Conférences, Université de Rennes 1 / Directeur de thèse
Françoise BINET, Directeur de Recherche, Université de Rennes 1 / Co-directeur de thèse

Résumé :
Dans un contexte de changements globaux, la fonction de "puits" de carbone (C) des tourbières est susceptible de basculer vers une fonction "source", en libérant dans l’atmosphère de grandes quantités de C initialement stockées dans la tourbe. Cette thèse vise à caractériser et quantifier, à différents niveaux d’organisation, i) l’impact d’un réchauffement climatique sur le fonctionnement biogéochimique (C-N-S) d’une tourbière à Sphaignes et ii) l’impact de la restauration d’une tourbière abandonnée après exploitation sur les interactions entre les plantes recolonisatrices (Eriophorum angustifolium), la macrofaune (Lumbricus rubellus) et les microorganismes potentiellement impliqués dans la régénération du processus de tourbification. Le fonctionnement de la tourbière et les interactions biotiques ont été étudiées par couplage des cycles C-N-S et traçage isotopique 13C-15N-34S. Une augmentation modérée de + 1°C simulée par "Open Top Chambers" (OTCs) diminue significativement les flux de C à l’échelle de l’écosystème, la production primaire des Sphaignes et le compartiment microbien étant les plus affectés. A l’échelle des communautés, l’activité des bactéries anaérobies, des champignons et des protozoaires (estimée par SIP 13C-PLFAs) est significativement ralentie. Nous avons montré qu’un organisme ingénieur comme le ver de terre L. rubellus jouait un rôle positif dans le recyclage de la matière organique en fournissant indirectement des éléments (C > N > S) à la plante. Ces transferts seraient dépendants des traits fonctionnels de l’organisme. A l’échelle de l’individu, nous avons caractérisé par approche NanoSIMS, les transferts "anticorrélés" N-S ver de terre ? tourbe.


Contact : Aurélien GICQUEL