Soutenance de thèse d'Aurélie Reinbold (CERHIO)


 AHLeGall    14/11/2017 : 13:01

thesard.jpg

Le mardi 21 novembre 2017 à 14:30,à l'université de Rennes 2 ("salle des thèses" au 7 ème étage du bâtiment de la Présidence (P)), Aurélie Reinbold soutient sa thèse intitulée "Dynamiques de la végétation et structuration des paysages.

Le mardi 21 novembre 2017 à 14:30,à l'université de Rennes 2 ("salle des thèses" au 7 ème étage du bâtiment de la Présidence (P)), Aurélie Reinbold soutient sa thèse intitulée "Dynamiques de la végétation et structuration des paysages. Étude interdisciplinaire des paysages agropastoraux des campagnes médiévales du nord de la Haute-Bretagne (XIe-XVIe s.)"

Devant le jury composé de :

- Didier Galop (DR CNRS, GEODE ) / rapporteur
- Tim Soens (PR, Université d’Anvers) / rapporteur
- Jacques Baudry (DR, INRA) / examinateur
- Aline Durand (PR, Université du Maine) / examinatrice
- Yannick Miras (IR CNRS, HNHP) / examinateur
- Florian Mazel (PR, Université Rennes 2) / directeur de thèse



Résumé :
En s’appuyant sur les démarches récentes en palynologie appliquée à l’histoire rurale, la thèsepose trois objectifs : (1) questionner la chronologie des essors et déprises des paysages agropastoraux du nord de la Haute-Bretagne entre le XIe et le XVIe siècle, (2) réfléchir à l’originalité de ce secteur par rapport aux territoires environnants, (3) analyser le poids des contextes économiques et sociaux sur l’aménagement des paysages. Les dynamiques des paysages agropastoraux mettent en évidence une chronologie classique pour le début de la période. Un essor de la croissance touche l’ensemble du secteur aux XIe-XIIe s. Cet essor amène progressivement à une situation de blocage à partir du XIIIe s. Ces dynamiques se transcrivent dans les pratiques. On observe un glissement de pratiques de cultures temporaires et de prairies gérées extensivementà une intensification progressive des activités agricoles. L’originalité concerne les crises des XIVe-XVe s. qui ne sont perçues qu’à proximité de la frontière normande. Le secteur de Rennes est concerné par un dynamisme agricole qui prend la forme d’une intensification de la céréaliculture, avec la mise en place d’un système de rotation intégrant la culture du sarrasin. Ce changement dans les pratiques agropastorales est peut-être une réponse au blocage de la croissance. Il est surtout permis par le dynamisme économique qui touche le duché de Bretagne aux XIVe-XVe s. La croissance n’atteint la frontière normande qu’à compter de la seconde moitié du XVe s. Ce décalage s’observe également dans la production de chanvre textile qui a marqué les paysages des campagnes de Haute-Bretagne. Les données polliniques interrogent ainsi l’origine des zones de production de toiles connues à l’époque moderne.


Contact OSUR :
Aurélie Reinbold (CERHIO) / @