Soutenance de thèse de Chloé Le Gouche (Géosciences Rennes)


 AHLeGall    10/02/2017 : 22:55

thesard.jpg

Le vendredi 10 février 2017 à 14:30, en salle des thèses (Bât.1, Campus de Beaulieu, Université de Rennes 1), Chloé Le Gouche soutient sa thèse intitulée "Sédimentation de la matière organique dans les bassins profonds : cas du Bassin Arctique au Paléogène"

Le vendredi 10 février 2017 à 14:30, en salle des thèses (Bât.1, Campus de Beaulieu, Université de Rennes 1), Chloé Le Gouche soutient sa thèse intitulée "Sédimentation de la matière organique dans les bassins profonds : cas du Bassin Arctique au Paléogène"

Devant le jury composé de :

Armelle RIBOULLEAU
Maitre de conférence,  Université de Lille 1 / Rapporteur
Philippe RAZIN
Professeur,  ENSEGID Bordeaux / Rapporteur
François BAUDIN
Professeur, Université Pierre et Marie Curie / Examinateur
Loïc LABROUSSE
Professeur, Université Pierre et Marie Curie / Examinateur
Christian GORINI
Professeur, Université Pierre et Marie Curie / Examinateur
Cécile ROBIN
Maitre de conférence, Université de Rennes 1 / Directeur de thèse
Jean-Loup RUBINO
Expert sédimentologue / Examinateur
Massimo DALL’ASTA
Géologue sénior / Examinateur

Cette thèse fait parti d'un projet global sur la sédimentation de la matière organique dans les bassins sédimentaires profonds développé dans le service R&D de l'entreprise Total, qui rassemble 3 thèses et 2 post-doc.
Cette thèse s'est déroulée dans le cadre d'une bourse CIFRE avec Total et a été dirigée par Cécile Robin à l'Université de Rennes 1 et co-encadrée par Jean-Loup Rubino et Massimo Dall'Asta chez Total.


Résumé :
La matière organique continentale déposée dans les bassins profonds est peu décrite et représente un intérêt certain pour l’industrie pétrolière. Comprendre les processus sédimentaires qui permettent le dépôt et la préservation de cette matière organique d’origine terrestre dans les bassins profonds est alors fondamental. Durant le Paléogène, période de transition climatique greenhouse à icehouse, le Delta de Mackenzie, situé dans le Bassin Arctique, reçoit de la matière organique continentale du continent et en préserve une partie. Quel est le contexte stratigraphique et climatique qui a rendu possible l’export de la matière organique continentale.
Dans un premier temps, l’étude sédimentaire du bassin a montré un delta mixte dominé par des processus fluviatiles, avec une influence moindre des processus de tempêtes et de marées. Ce modèle de faciès associé à l’étude des diagraphies des puits disponibles dans la zone a permis de proposer un modèle d’électrofaciès des puits du bassin et de caractériser les séquences sédimentaires du delta évoluer au cours du temps et mettre en évidence sa migration au début du Paléogène en réponse à la mise en place de la chaine des Brooks et des Rocheuses. Malgré des contraintes biostratigraphiques contradictoires qu’il a fallu réévaluer et des données sismiques de mauvaise qualité et fortement impactés par la déformation contemporaine de la chaine de Brooks, il a été possible de proposer le long de deux transects terre-mer un découpage stratigraphique et sédimentologique des séries paléogènes du Delta de Mackenzie.
L’étude sédimentaire du bassin a montré la présence d’influence de processus de marée en zone interne du Bassin Arctique. La présence conjointe de pollens d’Avicennia et de Nypa a montré l’existence d’une mangrove bien installée en domaine Arctique durant le Paléogène avec des températures associées d’au moins 18-20 °C. Les dépôts de matière organique sont dans la quasi-totalité d’origine continentale du Delta de Mackenzie. Cette matière organique est de deux types : 1) des dépôts de charbon déposés durant la période où la mangrove se développe et 2) des dépôts formés d’association de débris végétaux et de matière organique amorphe et déposés en condition réductrice sous l’interface eau-sédiment. Ces dépôts de matière organique sont les plus importants à la fin des séquences progradantes dans les faciès de plaine deltaïque. Il a été montré une corrélation positive entre l’augmentation des TOC et l’augmentation des apports détritiques dans le delta, ainsi qu’entre les dépôts de charbon et illite. En revanche, aucune corrélation entre le second type (débris végétaux + MO amoprhe) de matière organique et le cortège argileux n’a pu être mise en évidence. A partir de la comparaison des dépôts de matière organique dans le Delta de Mackenzie et sur la Ride de Lomonosov, le taux de sédimentation et l’anoxie semblent être des paramètres clefs dans les conditions de sédimentation et surtout de préservation de la matière organique selon l’oxygénation du milieu. De plus, la Ride de Lomonosov semble semble avoir présenté un retard dans sa subsidence ce qui lui a permis de rester en position semi-émergée durant le Paléogène.

Contact OSUR :
Chloé Le Gouche
@





0 Commentaires