Soutenance de thèse de Clément Bellamy (CReAAH)


 AHLeGall    19/07/2017 : 21:55

thesard.jpg

Le mercredi 19 juillet 2017 à 14:30, salle des Thèses (Bâtiment "La Présidence", 7ème étage, Campus de Villejean, Université de Rennes 2), Clément Bellamy soutient sa thèse intitulée "La céramique indigène peinte de l'Incoronata.

Le mercredi 19 juillet 2017 à 14:30, salle des Thèses (Bâtiment "La Présidence", 7ème étage, Campus de Villejean, Université de Rennes 2), Clément Bellamy soutient sa thèse intitulée "La céramique indigène peinte de l'Incoronata. Etude typo-fonctionelle et anthropologie d'une production de l'âge du Fer en Italie méridionale"

Devant le jury composé de :

- Jean-Christophe SOURISSEAU, Professeur, Université Aix-Marseille / rapporteur
- Eric GAILLEDRAT, Directeur de Recherches (HDR), UMR5140 / rapporteur
- Marina CASTOLDI, Professeure associée, Università degli Studi di Milano / examinatrice
- Francesco SIRANO, Directeur du Parc Archéologique d’Herculanum (HDR) / examinateur
- Mario DENTI, Professeur, Université Rennes 2 / directeur de thèse
- Massimo OSANNA, Professeur, Università di Foggia / co-directeur de thèse



Résumé :

Cette thèse de doctorat met en œuvre une analyse morpho-fonctionnelle et historico-archéologique d’une production céramique indigène décorée inédite de l’âge du Fer provenant du site de l’Incoronata en Italie du Sud (Basilicate, commune de Pisticci).
L’objet de cette enquête est multiple : par l’examen attentif des formes, décors et techniques, un catalogue complet de notre corpus céramique a été constitué, accompagné d’un dense faisceau de comparaisons. Celles-ci appartiennent à un horizon historico-culturel sud-italien cohérent, resserré entre les vallées du Cavone et du Bradano, entre IXe et VIIe siècles av. J.-C.
Le site de l’Incoronata est caractérisé par une période de fréquentation mixte : il accueille à partir du VIIe siècle av. J.-C. une composante grecque, plus particulièrement des potiers, dans un établissement indigène éminent déjà caractérisé par une production et une consommation locales importantes des produits céramiques. La contextualisation des données a donc constitué un autre pôle fort de cette recherche. Les problématiques se sont naturellement orientées vers la caractérisation des modalités d’interaction entre communautés indigènes et grecques, en cherchant des comparaisons dans les espaces – non-coloniaux – qui témoignent d’intenses relations entre les deux composantes. Bien conscient de la difficulté de manipuler le concept même d’identité, un travail de mise en perspective anthropologique, ethnoarchéologique et historique a été initié.
La possibilité atteinte de caractériser une production céramique indigène locale de l’âge du Fer dans toutes ses phases d’élaboration permet, avec ce premier jalon et de manière inédite, de raisonner de façon renouvelée avec des données solides sur le processus productif, sur l’évolution d’un répertoire formel et décoratif et l’impact de l’arrivée grecque sur tous ces aspects, et enfin sur le rôle et la diffusion d’une catégorie céramique spécifique, autorisant dans le même temps à réévaluer les modalités d’occupation du site de l’Incoronata et son rôle nodal dans la compréhension et l’analyse en sens historico-anthropologique des relations culturelles qui ont caractérisé, le monde méditerranéen archaïque.



Abstract:

Matt-painted pottery from Incoronata.
Typo-Functional Study and Anthropology of an Iron Age Production in Southern Italy
 
This doctoral thesis implements a morpho-functional and historical-archaeological analysis of an unpublished matt-painted pottery production from the Iron Age site of Incoronata in Southern Italy (Basilicata, com. Pisticci).
The subject of this inquiry is multiple: using a careful examination of the forms, decors and techniques, a complete catalog of our ceramical corpus has been constituted, accompanied by a dense bundle of comparisons which belong to a coherent South-Italian historical-cultural horizon, tightened between the valleys of Cavone and Bradano, between 9th and 7th centuries BC.
The site of Incoronata is characterized by a period of mixed occupation. From the beginning of the 7th century BC, Incoronata welcomes a Greek component, more particularly potters, in an eminent indigenous establishment already characterized by a significant local production and consumption of ceramic products. Contextualization of data has thus constituted another strong pole of this research. The problematics have naturally focused on the characterization of the modalities of interactions between indigenous and Greek communities, looking for analogies in non-colonial spaces that nevertheless show intense relations between the two components. Aware of the difficulty of manipulating the very concept of identity, some anthropological, ethnoarchaeological and historical perspectives have been initiated.
The possibility of characterizing a local indigenous ceramic production of the Iron Age in all its stages of development, allows us to re-think, with this first milestone in a renewed way, and with solid data on the production process, about the evolution of a formal and decorative repertory and the impact of Greek arrival on all these aspects. The role and the diffusion of a specific ceramic category could be approached, allowing at the same time to re-evaluate the modalities of occupation of the site of Incoronata and its nodal role in the understanding and the analysis in the historico-anthropological sense of the cultural relations which have characterized the archaic Mediterranean world.



Contact OSUR :
Clément Bellamy (CReAAH) / @





0 Commentaires