Soutenance de thèse de Nicolas Guihéneuf (Géosciences Rennes)


 AHLeGall    08/07/2014 : 21:18

thesard.jpg

Le mardi 8 juillet 2014 à 14h00, en salle de conf de l'OSUR (RDC Bât.

Le mardi 8 juillet 2014 à 14h00, en salle de conf de l'OSUR (RDC Bât. 14B , campus de Beaulieu), SNicolas Guihéneuf soutient sa thèse intitulée

Structure des écoulements et propriétés de transport des aquifères cristallins fracturés et altérés : Application au site de Choutuppal (Inde du Sud)


Jury :
Serge Brouyère (Rapporteur) Professeur assistant à l’Université de Liège
Christian Leduc (Rapporteur) Directeur de Recherche IRD Montpellier
Jacques Mudry (Examinateur) Professeur à l’Université de Franche-Comté
Jean-Raynald de Dreuzy (Examinateur) Chargé de Recherche CNRS
Olivier Bour (Directeur de thèse) Professeur à l’Université de Rennes 1
Jean-Christophe Maréchal (Co-directeur de thèse) Ingénieur de Recherche BRGM
Alexandre Boisson (Invité) Ingénieur de Recherche BRGM


Résumé :
Les milieux cristallins fracturés et altérés représentent souvent la seule ressource en eau viable pour les régions arides et semi-arides. Toutefois, ces milieux fortement hétérogènes restent encore mal connus, notamment les principales structures qui contrôlent les écoulements et le transport de contaminants. Afin d'améliorer la connaissance de ces milieux, nous avons effectué une analyse détaillée des propriétés hydrologiques du site expérimental de Choutuppal (Andhra Pradesh, Inde du Sud) qui bénéficie d’un réseau dense de forages d'observation. L'étude porte à la fois sur 1) l'identification des structures pertinentes et la variabilité spatiale des propriétés hydrauliques et 2) sur les processus dominants le transport de solutés dans ces milieux fracturés. Dans un premier temps, l'évolution des propriétés en fonction de la profondeur a permis d'identifier les structures les plus perméables. Les propriétés du milieu ont ensuite été étudiées dans des conditions hydrologiques très contrastées. En conditions de hautes eaux, l'interface saprolite - granite contrôle les écoulements souterrains à l'échelle du bassin versant. En revanche, lorsque les niveaux piézométriques sont plus bas que cette interface, une compartimentation hydrologique apparait en raison de la diminution de la connectivité et du nombre de fractures perméables en profondeur. Un modèle conceptuel d'écoulement souterrain est proposé à l'échelle du bassin versant pour illustrer ces comportements hydrologiques contrastés. Pour identifier le rôle respectif des processus advectifs et diffusifs affectant tous deux le transport de solutés, deux types d'essais de traçage ont été réalisés sous différentes configurations d'écoulements. La combinaison d'expériences de traçage entre puits et en puits seul ("push-pull") a permis de mettre en avant le rôle prédominant de l'advection hétérogène. La diffusion dans la matrice peut être négligée, au moins pour les échelles de temps considérées. Les expériences de "push-pull" ont également permis d'identifier l'impact de l'échelle d'investigation sur le transport anormal de solutés. L'ensemble de ces résultats fournit une meilleure connaissance des propriétés et de la vulnérabilité de ces milieux soumis à une forte pression anthropique.


Contact : Nicolas Guihéneuf (Géosciences Rennes)