Soutenance de thèse de Sébastien ROCHETTE



jeudi 17 mars à 14h00, à Agrocampus Ouest, centre de Rennes (Amphithéâtre Moule), Sébastien Rochette (INRA-ESE) soutiendra une thèse intitulée

jeudi 17 mars à 14h00, à Agrocampus Ouest, centre de Rennes (Amphithéâtre Moule), Sébastien Rochette (INRA-ESE) soutiendra une thèse intitulée Effet des perturbations anthropiques sur la survie des juvéniles de poissons marins dans les nourriceries et conséquences sur le renouvellement des populations

Jury : - Philippe GROS (Directeur de recherche, Ifremer), rapporteur - Adriaan RIJNSDORP (Directeur de recherche, IMARES), rapporteur - Étienne PRÉVOST (Chargé de recherche, INRA), examinateur - Anik BRIND'AMOUR (Cadre de recherche, Ifremer), examinatrice - David KAPLAN (Chargé de recherche, IRD), examinateur - Olivier LE PAPE (Professeur, Agrocampus Ouest), directeur de thèse - Étienne RIVOT (IPEF, Agrocampus Ouest), co-directeur de thèse Résumé Les populations de poissons marins sont sous l'influence de diverses pressions naturelles et anthropiques intervenant à tous les stades du cycle de vie et déterminant les taux de survie des individus et la taille des populations. Appréhender les conséquences de ces différentes pressions est un point d'entrée essentiel de l'approche écosystémique des pêches. La complexité des processus et la difficulté d'observation de ces populations en milieu naturel à tous les stades du cycle de vie font de la modélisation une approche privilégiée pour relever ce défi. Au travers de l'exemple de la sole commune (Solea solea) en Manche Est, cette thèse conjugue différentes approches de modélisation permettant de quantifier les mortalités d'origine naturelle ou anthropique à différents stades du cycle de vie et d'évaluer les conséquences de leur combinaison à l'échelle de la population. Chez les poissons plats, la taille et la qualité des habitats de juvéniles déterminent le niveau du recrutement. La cartographie quantitative de la production des nourriceries de la Manche Est par couplage entre un modèle d'habitat et un système d'information géographique a constitué la première phase de ce travail. Les conséquences de la dégradation des habitats dans l'estuaire de Seine au cours 150 dernières années ont notamment été évaluées, montrant ainsi que la destruction de ses vasières estuariennes a entraîné une perte de 40% de sa capacité de production. Par ailleurs, la faible productivité en juvéniles de ce secteur pourrait être liée à la contamination des eaux. La conjonction de la réduction de surface des vasières et des faibles densités sur les habitats résiduels a des conséquences significatives en terme de nombre de juvéniles à l'échelle de la population. La seconde phase de cette thèse s'est intéressée à la dispersion larvaire depuis la ponte jusqu'à l'établissement sur les nourriceries grâce à un modèle de transport de particules simulant les conditions hydro-climatiques de la Manche Est et incluant l'histoire de vie des individus. Ce modèle a permis de montrer que les variations d'abondance de larves parvenant sur les nourriceries sont fortement déterminées par les conditions hydrodynamiques, leur influence étant notamment supérieure à celle des variations de la biomasse féconde et du volume de ponte en étant issu. En revanche, les faibles densités de juvéniles en estuaire de Seine ne peuvent s'expliquer par des apports larvaires inférieurs. Enfin, ces acquis, ainsi que les effets de la pêche sur la partie adulte de la population, ont été inclus dans un modèle de cycle de vie Bayésiens à espace d'états. Ce modèle, structuré en âge et spatialisé pour les stades juvéniles, permet la description du cycle de vie dans son intégralité et la quantification de l'effet des différentes pressions anthropiques. Il permet de quantifier les sources d'incertitudes et de sensibilité afin d'identifier les zones d'incohérence et les points à explorer pour une meilleure compréhension des processus régissant la dynamique des populations. Cette combinaison de modèles a permis de poser des fondements méthodologiques permettant de nombreux développements et offrant des perspectives pour quantifier l'effet respectif des différentes pressions et envisager les conséquences de mesures de gestion spatialisées des milieux, des ressources et de leur exploitation. Contact : Sébastien Rochette