Soutenance de thèse de Stéphane Mahé (ECOBIO)



champignon.jpg

Le Mercredi 30 Mai 2012, à 9h30, dans la salle de conférence de l'OSUR (campus de Beaulieu, RDC du Bât 14B), Stéphane Mahé soutient sa thèse intitulée

Le Mercredi 30 Mai 2012, à 9h30, dans la salle de conférence de l'OSUR (campus de Beaulieu, RDC du Bât 14B), Stéphane Mahé soutient sa thèse intitulée

Diversité des branches évolutives basales du règne des Champignons dans les écosystèmes hydrothermaux marins profonds.


Le jury est composé de :
Laure GUILLOU, Directeur de recherche, UMR 7144, Roscoff / Rapporteur
Sébastien DUPERRON, Maître de conférence, UMR 7138, Université Pierre et Marie Curie, Paris / Rapporteur
Marc-André SELOSSE, Professeur, UMR 5175, Université de Montpellier 2 / Examinateur
Théodore BOUCHEZ, Chercheur à Irstea-Antony / Examinateur
Georges BARBIER, Professeur, ESMISAB Brest / Examinateur
Philippe VANDENKOORNHUYSE, Professeur, UMR 6553, Université de Rennes 1 / Directeur de thèse


Résumé

Les champignons sont des organismes hétérotrophes ubiquistes qui jouent des rôles pivots dans de nombreux écosystèmes (e.g. décomposeurs, symbiontes) et qui forment une des principales lignées eucaryotes. Les Chytridiomycota constituent les branches basales du règne des Champignons, une position critique pour la compréhension de la radiation évolutive fongique. Or, ce groupe a très peu été étudié, laissant les racines évolutives du règne des Champignons non résolues. Ici, nous décrivons la diversité fongique, en ciblant principalement les Chytridiomycota via des analyses de génomique environnementale. Des échantillons de diverses natures ont été collectés au niveau de sources hydrothermales marines profondes. Celles-ci sont connues pour être des hotspots de diversité avec un fort taux d'endémisme. Pour l'analyse des séquences moléculaires obtenues, une base de données (PHYMYCO-DB) portant sur des marqueurs moléculaires fiables dédiés à la phylogénie fongique, a été créée puis mise en ligne. Des outils développés au cours de cette thèse ont permis de récupérer six phylotypes Chytridiomycota dont quatre produisant des branches non-décrites à ce jour. De plus, la diversité obtenue dépasse le clade des Opisthokonta (i.e. qui contient principalement les règnes des Animaux et des Champignons) : un phylotype Apusozoa et deux autres phylotypes ayant une position indéfinie mais antérieure aux Unikonta connus. Ces résultats offrent des perspectives pour la description de nouveaux organismes via le séquençage de génomes ou l'imagerie. Ces organismes sont également prometteurs pour la résolution des relations évolutives chez les Opisthokonta, les Unikonta, voire les Bikonta.


Contact OSUR : Stéphane Mahé (ECOBIO)