Soutenance de thèse de Thiago Andrade (ECOBIO)


 AHLeGall    04/11/2013 : 22:08

thesard.jpg

Le lundi 4 novembre 2013 à 14h, dans l'amphi P du bâtiment 12 du campus de Beaulieu, Thiago Andrade soutient sa thèse intitulée

Le lundi 4 novembre 2013 à 14h, dans l'amphi P du bâtiment 12 du campus de Beaulieu, Thiago Andrade soutient sa thèse intitulée

Evolution spatiotemporelle de la diversité et du fonctionnement d'une guilde de parasitoïdes


Jury :
- Jacques Brodeur (Professeur, Université de Montréal, Rapporteur)
- Sandrine Petit (Directeur de Recherche, Université de Bourgogne, Rapporteur)
- Philippe Vernon (Directeur de Recherche, Université de Rennes 1, Examinateur)
- David Giron (Chargé de Recherche, Université de Tours, Examinateur)
- Joan van Baaren (Professeur, Université de Rennes 1, Directeur de Thèse)
- Yannick Outreman (Professeur, Agrocampus-Ouest, Co-directeur de Thèse)
- Liliane Krespi (Maître de Conférence, Université de Rennes 1, Co-directeur de Thèse)

Résumé :
Cette thèse porte sur l’analyse des dimensions spatiale et temporelle du fonctionnement et de la diversité taxonomique et fonctionnelle d’une guilde. Au sein d’une guilde, les espèces exploitent un même type de ressources; pour cette raison, les niches écologiques fondamentales des membres d’une guilde sont similaires et une relation de compétition interspécifique se met en place si la ressource partagée est limitante. Quatre questions principales sur le fonctionnement d’une guilde ont été abordées : (1) à quelles échelles spatiotemporelles se structurent la guilde et les ressources exploitées, (2) quelles sont les influences respectives des filtres environnementaux et des interactions interspécifiques sur les traits fonctionnels des membres de la guilde, (3) quelle est la stratégie d’exploitation de ressources d’un membre de la guilde face à une faible disponibilité de ressources et (4) quel est l’impact du contexte climatique sur la structure d’une guilde et de son réseau trophique, et sur le degré de spécialisation écologique des espèces de la guilde sur la ressource. Le modèle biologique de cette étude a été une guilde de parasitoïdes de pucerons de céréales (Hymenoptera : Braconidae : Aphidiinae). Ces parasitoïdes s’attaquent aux pucerons (Homoptera : Aphididae) inféodés aux céréales dans les agroécosystèmes. Les variations d’abondance relative des parasitoïdes et de leurs hôtes ont été importantes aux échelles interrégionale et interannuelle, mais très faibles à l’échelle intra-régionale. La divergence des traits fonctionnels des parasitoïdes s’est maintenue sur trois régions et deux années, et le contexte local a influencé les traits de la guilde dans son ensemble. Pendant la saison hivernale, une période marquée par une faible densité de pucerons, le parasitoïde Aphidius rhopalosiphi a présenté des stratégies contrastées pour maximiser sa fitness en exploitant les hôtes Sitobion avenae et Rhopalosiphum padi, mais une forte spécialisation écologique sur le terrain a été observée en présence d’une espèce compétitrice : Aphidius avenae. Cette présence a pu être corrélée à une hausse des températures hivernales.


Contact : Thiago Andrade (ECOBIO)