Soutenance de thèse de Thomas EFOLE EWOUKEM (SAS et ESE)



thesard.jpg

Le 1er décembre 2011 à 13h45, dans la Salle Solanum du Bât 8 à Agrocampus Ouest (65 rue de St Brieuc 35042 Rennes), Thomas Efolé Ewoukem (laboratoires SAS et ESE associés à l'OSUR) soutient sa thèse intitulée

Le 1er décembre 2011 à 13h45, dans la Salle Solanum du Bât 8 à Agrocampus Ouest (65 rue de St Brieuc 35042 Rennes), Thomas Efolé Ewoukem (laboratoires SAS et ESE associés à l'OSUR) soutient sa thèse intitulée

Optimisation biotechnique de la pisciculture en étang dans le cadre du développement durable des Exploitations familiales Agricoles au Cameroun

Jury :
- FONTAINE Pascal Professeur URAFPA UHP Nancy1 (Rapporteur)
- BOSMA Roël H. Docteur Université de Wageningen Pays-Bas (Rapporteur)
- MARIOJOULS Catherine Professeur AgroParisTech (Examinatrice)
- TOMEDI EYANGO Minette Associate Professor, Univ. Dschang /ISH-UD Cameroun (Examinatrice)
- OMBREDANE Dominique Professeur Agrocampus-Ouest (Co-directrice de thèse)
- MIKOLASEK Olivier Chercheur CIRAD (Co-encadrant de thèse)


Résumé :

En Afrique subsaharienne et au Cameroun en particulier, la pisciculture est portée par les Exploitations Familiales Agricoles EFA au sein desquelles elle joue un rôle important de diversification de la production et de valorisation de sous-produits agricoles. Malgré son fort potentiel, cette pisciculture basée sur la production de Tilapia /Oreochromis niloticus/ n'a pourtant qu'un développement limité. Afin de déterminer quelles pourraient être les voies d'amélioration de la pisciculture en étang dans un cadre de développement durable, une démarche systémique en trois étapes a été adoptée : (1) une typologie des exploitations a été construite, permettant de définir des modèles de fonctionnement dans le contexte global des EFA (2) Une évaluation environnementale par Analyse du Cycle de Vie de cette activité pour chacun des principaux types de pisciculture identifiés, (3) une expérimentation en plan fractionnaire, dont les facteurs ont été choisis à partir des deux étapes précédentes, afin d'analyser le rôle et les interactions des facteurs qui déterminent les niveaux de production et de rentabilité du système.
Dans les deux régions du Cameroun étudiées, quatre types d'Exploitation Familiale Agricole se distinguent par les formes d'intégration de la pisciculture: celles de petite taille, mieux adaptées aux recyclages des rejets et sous-produits se distinguant entre elles par leur niveau d'intégration horizontale (faible, moyenne et forte) et celles de grande taille tendant vers une intégration verticale où chaque sous-système de production est isolé (patronale ou PME). L'analyse du cycle de vie (ACV) menée sur vingt cycles de production de poisson, montre qu'à l'exception de l'impact «travail humain » sensiblement égal dans tous les systèmes et des impacts « dépendance à l'eau » et « utilisation des surfaces » importants pour quelques fermes de type extensif, les impacts environnementaux augmentent avec le niveau d'intensification du système, et, ce sont également révélés importants comparés à ceux relevés dans d'autres systèmes aquacoles équivalents à cause de leur faible rendement et de l'origine des apports trophiques. La mauvaise gestion des systèmes (plus particulièrement de l'eau) ainsi que la défaillance de certains facteurs de production (amendements carbonés, association d'espèces?) seraient responsables de la faiblesse des rendements qui ne dépassent pas 3t/ha/an en général.
Parmi les facteurs de production d'une polyculture /Oreochromis niloticus/ ? /Clarias gariepinus/ en étangs, ceux testés lors de 'expérience en plan factoriel, peuvent être classés selon l'ordre d'importance décroissant suivant : densité d'élevage, pain, remoulage, chaux et cendre. Les apports d'urée et de cendre se sont révélés néfastes pour l'environnement, de part les rejets respectivement azotés et phosphatés qu'ils engendrent.
Deux logiques distinctes de pisciculture durable émergent de cette analyse: (1) celles à faible densité d'élevage (1,2 poisson/m²) et à faibles apports en intrants et (2) celles à forte densité d'élevage (2,2 poissons /m²) et fort niveau d'intrants, associées à des espèces complémentaires.
Ce travail a permis d'ouvrir des voies de réflexion sur la différenciation des stratégies à proposer selon les contextes (facilité d'accès aux intrants) et les objectifs des producteurs (autoconsommation/recyclage ou production marchande), pour une pisciculture plus durable au Cameroun.

Mots clés : Pisciculture en étang, Typologie- Analyse du Cycle de Vie, Optimisation technico-économique, Plan fractionnaire, Polyculture - Exploitation Familiale Agricole- Cameroun-


Contact : Thomas EFOLE EWOUKEM