Suivi des impacts d'un arasement de barrage sur la végétation riveraine par télédétection à très haute résolution spatiale et temporelle


 AHLeGall    26/09/2018 : 21:55

thesard.jpg

Le mercredi 26 septembre 2018 à 14:30, à l'Université Rennes 2 (salle des thèses du bâtiment de la Présidence 7ème étage), Marianne Laslier soutient sa thèse intitulée "Suivi des impacts d'un arasement de barrage sur la végétation riveraine par télédétection à très haute résolution spatiale et temporelle"

Le mercredi 26 septembre 2018 à 14:30, à l'Université Rennes 2 (salle des thèses du bâtiment de la Présidence 7ème étage), Marianne Laslier soutient sa thèse intitulée "Suivi des impacts d'un arasement de barrage sur la végétation riveraine par télédétection à très haute résolution spatiale et temporelle"



Le jury est composé de :

Mr Hervé Piégay, Directeur de Recherche CNRS à Lyon/ rapporteur

Mr Clément Mallet, Chargé de recherche HDR à L'IGN, Paris/ rapporteur

Mme Marta Gonzalez del Tanago, Professeure à l'Université Polytechnique de Madrid/ examinatrice

Mr Sébastien Gallet, Maître de conférence à l'Université de Bretagne Occidentale, Brest/ examinateur

Mr Simon Dufour, Maître de conférence à l'Université Rennes 2/ directeur de thèse

Mme Laurence Hubert-Moy, Professeure à l'Université Rennes 2/ co-directrice de thèse



Résumé :

Les cours d’eau font l’objet de prescriptions législatives encourageant leur restauration, et l’arasement de barrages est une des solutions utilisées actuellement en France pour y parvenir. La végétation riparienne participe à l’intégrité et à la stabilité des systèmes fluviaux, elle est donc une composante majeure à évaluer dans le cadre des actions de restauration .Les objectifs de la thèse sont d'analyser la dynamique de colonisation des berges exondées à court terme dans le contexte de l’arasement des barrages de la Sélune (Normandie) et de développer des indicateurs de suivi à long terme des zones ripariennes. Dans un premier temps, une analyse des dynamiques de colonisation aux échelles intra et interannuelles réalisée à l’aide d’images drone et de relevés terrain a révélé la pertinence de l’utilisation d’images drones pour cartographier la végétation, ainsi que des dynamiques successionnelles rapides, avec un potentiel de restauration passive et de stabilisation des sédiments. Dans un second temps, l’analyse de nuages de points LiDAR en trois dimensions acquis en hiver et en été a montré la complémentarité des deux dates d’acquisition pour cartographier des indicateurs de statut des ripisylves à large échelle tels que les essences principales, l’ombrage ou la densité de strates herbacées et arbustives. Ces résultats permettent de discuter les dimensions méthodologiques et opérationnelles de l’utilisation des approches par télédétection pour le suivi des ripisylves.

Mots clés: ripisylve, LiDAR, drone, dynamiques de succession, restauration écologique, indicateurs de suivi



Contact OSUR :
Marianne Laslier (LETG-Rennes) / @


ODD14 / ODD15




0 Commentaires