Tectonique, climat et biologie du delta de l'Okavango



Okavongo_Olivier_Dauteuil.png

Le projet "Okavango - Tectonic, climate and biology of the Okavango delta" est coordonné par Marc Jolivet (CNRS, Géosciences Rennes).

Le projet "Okavango - Tectonic, climate and biology of the Okavango delta" est coordonné par Marc Jolivet (CNRS, Géosciences Rennes). Le projet est soutenu par une International Emerging Action financée par le CNRS, l’IRD et le Cirad. Il n’y a que 2 projets de ce genre en Afrique financés par l’IEA ; ce projet participe en outre au tout nouveau GDR rift du CNRS. A noter également que ce projet est co-financé via l'appel d'offre interne de l’OSUR au titre de l’axe transverse "Paysage".


[source IRD : Okavango - Tectonic, climate and biology of the Okavango delta]



Okabongo Marc Jolivet

Contexte

Le delta de l'Okavango est le deuxième plus grand delta intérieur au monde après le delta central du Niger. Situé dans le nord du Botswana, les ressources naturelles du delta de l'Okavango soutiennent une importante industrie du tourisme et une grande partie de la population locale. Le delta est l'un des principales zones humides du monde, fortement dépendante des cycles hydrologiques annuels d'un bassin versant couvrant trois pays (Angola, Namibie et Botswana), influencé par le changement climatique.

L'Okavango est actuellement un système endoréique : chaque année, environ 11 000 km³ d'eau irriguent 15 000 km² de désert. L'eau du delta, provenant des montagnes angolaises, est pure car elle traverse un système complexe d'aquifères sableux et de nombreuses îles, où elle s'évapore, laissant d'énormes quantités de sel. Le fonctionnement de ce filtre naturel massif et très efficace est mal compris. Les eaux inondent chaque année la région jusqu'à une hauteur de 1 ou 2 m, au milieu de l'été austral, puis six mois plus tard dans le sud (mai-juin) en raison de la vitesse d'écoulement et de la distance. Malgré le caractère unique de cet écosystème et l'importance économique de ses ressources en eau, l'évolution géologique et hydrologique à long terme du delta de l'Okavango est mal comprise. La géométrie 3D du delta, son âge (estimé entre 12 000 ans et 2 millions d'années), sa structure hydrogéologique et l'évolution de sa morphologie de surface (en réponse aux contraintes hydrologiques, tectoniques et climatiques) sont encore inconnus.



Objectifs

Ce projet fait suite au projet Tellus-Rift, dont l'objectif principal était de cartographier la structure tectonique du delta et de montrer sa déformation actuelle à l'aide de données GPS. Ces données ont mis en évidence la déformation du delta liée à l'activité tectonique sur les principales failles ainsi que les crues annuelles du fleuve. Les premiers résultats permettent de déterminer la présence, notamment au sud du delta, de zones soulevées, soumises à un assèchement progressif et, à l'inverse, au nord, de zones en affaissement provoquant un déplacement des zones inondées vers le nord-est. Dans la partie centrale, les données GPS, complétées par les données gravimétriques, semblent indiquer un affaissement potentiellement lié au stockage de l'eau dans un aquifère profond, qui reste à déterminer.

Ce projet vise à construire un nouveau modèle de l'évolution morpho-sédimentaire à long terme du delta. Il permettra de mieux comprendre le système hydrogéologique en termes de géométrie, de composition chimique et de sensibilité au changement climatique.



Lire aussi
>>> Botswana’s Okavango Delta is created by a delicate balance, but for how much longer? (The Conversation, 14/11/19) >>>




Okavongo Olivier Dauteuil

Field work with tools (© Olivier Dauteuil)





Contact OSUR
Marc Jolivet (CNRS, Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @