Une capsule à la découverte des hydro-éco-systèmes profonds


 AHLeGall    03/02/2021 : 15:13

Timelaps_OZCAR_2021.jpg

Une journée de terrain avec des hydrogéologues

Camille Bouchez (Université de Rennes 1, Géosciences Rennes) et ses collègues hydrogéologues vous emmènent à Guidel (Morbihan, 56) pour une journée de manips : piézomètres, sondes, capsules... n'auront plus de secrets pour vous !



Chaque être humain accueille autant de bactéries qu’il possède de cellules humaines et ce microbiote participe activement au fonctionnement de notre corps. Dans notre environnement, les bactéries jouent également un rôle fondamental, elles sont par exemple à la base de la chaine alimentaire et participent à la dépollution des sols ou des eaux…

Les eaux stockés dans les roches terrestres (les aquifères) sont peuplées de bactéries qui pourraient, du fait des très grands volumes d’eau, représenter une proportion importante des bactéries de l’environnement. En l’absence de lumière, cet écosystème méconnu tire son énergie de l’oxydation des roches environnantes. Des études récentes ont montré que des bactéries vivaient jusqu’à quelques centaines de mètres de profondeur mais les conditions limitant leur viabilité restent inconnues. En effet, la difficulté d’accès au milieu souterrain rend difficile l’identification des communautés microbiennes, la compréhension de leurs habitats et de leurs métabolismes. Bien que les écoulements souterrains semblent être le moyen de transport le plus efficace pour apporter en profondeur les éléments dissous indispensables au développement bactérien, le couplage entre le cycle hydrologique souterrain et le maintien des écosystèmes profonds demeure mystérieux.


Objectifs et enjeux spécifiques de l’expérience

Ces expériences ont pour objectif d’étudier comment les communautés bactériennes se nourrissent des éléments dissous dans l’eau (en particulier nutriments, gaz, molécules organiques…) et donc se structurent en fonction des conditions d’écoulement des eaux souterraines.

Ces expériences sont avant tout le fruit d’un important travail de développement technique. Il a été nécessaire de développer un outil particulier, l’obturateur, qui correspond à une chambre d’échantillonnage encadrée par deux boudins gonflables. L’obturateur permet l’isolement des fractures, structures assurant non seulement le transport des eaux mais aussi le mélange entre différentes eaux au niveau de leurs intersections. Les capteurs (T°, O2, conductivité, fluométrie) installés au sein de la chambre permettent un suivi in situ et haute fréquence de paramètres environnementaux clés. Grâce à ces avancées techniques, des expériences de traçage ont été réalisées, avec pour objectif de « mimer » une arrivée d’eaux de surface oxygénée en profondeur et de suivre la réponse physico-chimique et biologique du milieu à ce mélange.




Timelapse Hubert Raguet 2020
La vidéo du timelapse (2:41) réalisé par le photographe Hubert Raguet
Le portfolio du reportage photographique



>>> Pour en savoir plus
Rendre visible le monde des eaux souterraines (vidéo)
Les fractures du sous-sol favorisent le développement de la vie intraterrestre
Les microbes des eaux souterraines protègent la qualité de l'eau. Un équilibre subtil entre biologie et géologie
Réseau National de sites Hydrogéologiques H+
OZCAR : Observatoires de la zone critique

Référence
Bochet, O., Bethencourt, L., Dufresne, A. et al. Iron-oxidizer hotspots formed by intermittent oxic–anoxic fluid mixing in fractured rocks. Nat. Geosci. (2020) doi:10.1038/s41561-019-0509-1



Contact OSUR
Camille Bouchez (Université de Rennes 1, Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR muliCOM) / @